Dubréka : 404 mariages et 1805 naissances enregistrés en 2020

Le service de l’Etat civil de la commune urbaine de Dubréka a rendu public le mardi dernier, 05 janvier 2021, les statistiques des naissances, mariages et décès enregistrés au cours de l’année 2020. Et, selon les chiffres, le constat révèle que des efforts sont en train d’être fournis sur le terrain, surtout en ce qui concerne les déclarations des naissances. Car, selon les statistiques, 1 805 naissances sont déclarées, contre 404 mariages et 17 cas de décès durant les douze derniers mois dans cette commune.

A en croire le service de l’Etat civil de Dubréka, rencontré par un reporter de Guineematin.com, du 1er janvier au 31 décembre 2020, il y a eu une véritable augmentation de la population dans cette commune périphérique de la capitale guinéenne. Car, au vu des statistiques, le nombre de naissances enregistrées est au moins 106 fois supérieur au nombre de décès déclarés.

Fodé Naby Fofana, officier d’Etat civil délégué à la mairie de Dubréka

« Pour les cas de naissances enregistrés, on a eu : en janvier 152, février 120, mars 172, avril 117, mai 108, juin 171, juillet 133, août 139, septembre 231, octobre 104, novembre 96, décembre 262. Donc, le total pour l’année 2020 est de 1 805 naissances enregistrés. Cependant, pour les cas de décès, il n’y a eu que 17 enregistrés. Et, parmi ces 17 décès, il y a 15 hommes et 2 femmes », a expliqué monsieur Fodé Naby Fofana, l’officier d’Etat civil délégué à la mairie de Dubréka.

S’agissant des mariages qui ont été célébrés à la mairie de Dubréka, l’officier d’Etat civil parle de plus 400 cas. « Nous avons enregistré 48 en janvier, 48 en février, 45 en mars, 39 en avril, 02 en mai, 27 en juin, 43 en juillet, 23 en août, 21 en septembre, 28 en octobre, 33 en novembre et 47 en décembre. Donc, un total annuel de 404 mariages enregistrés dans la commune urbaine de Dubréka en 2020 », a indiqué Fodé Naby Fofana.

On apprend que le niveau de déclaration des naissances enregistré au cours de l’année 2020 par la mairie de Dubréka s’explique en partie par l’installation en 2019 d’un centre secondaire d’Etat civil à Tôbôlon1. Ce centre, situé entre Kagbélen et Km36, a permis de rapprocher la mairie aux habitants des quartiers Km36, Kagbélen, Ansoumania, Keitayah… et faciliter la déclaration des naissances de leurs enfants.

Cependant, malgré ces efforts louables, l’officier d’Etat civil délégué à la mairie de Dubréka redoute une hausse d’enregistrement pour l’année 2021. Car, en plus des difficultés d’ordre logistique que rencontre son service, la réduction du délai d’enregistrement des naissances de six à deux mois pourrait être un frein, une véritable épine sous les pieds des parents et de la commune.

« Nous avons rencontré d’énormes difficultés en 2020 dans ce travail, notamment au niveau des machines d’enregistrement. Le taux démographique s’accumule tous les jours. À cela, vient s’ajouter d’autres inquiétudes. Avant, on avait un délai de six mois pour enregistrer un nouveau-né. Et, maintenant, tel n’est plus le cas. Au lieu de six mois, nous n’avons que deux mois comme délai pour enregistrer un enfant. Donc, imaginez ce que cela pourrait nous causer. Le travail qu’on n’a pas pu faire en six mois, est-ce qu’on pourra le faire en deux mois ? La dernière fois à Kindia, j’ai évoqué ce problème lors de notre formation. Il faudrait que les autorités puissent revoir cette décision ; sinon, nous aurons beaucoup à faire. Et, c’est ce qui nous a d’ailleurs mis en retard par rapport à la centralisation du tableau récapitulatif de l’année 2020. C’est pourquoi, au nom de tous les travailleurs de mon service, je demande aux autorités de trouver les voies et moyens nécessaires pour nous faciliter le travail en cette année 2021 », a dit Fodé Naby Fofana.

De Dubréka, Foko Millimouno pour Guineematin.com

Tél. : 620 933 446 / 666 11 17 26

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS