Antoine Dogbo Guilavogui, secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan

Hier, jeudi 04 mars 2021, l’actualité politique était marquée par la confirmation à la Cour d’appel de Conakry, qui a rendu son verdict dans le procès référé, pour la réouverture des locaux de l’UFDG. L’ordonnance rendue par le tribunal de première instance de Dixinn a été confirmée, contrairement au souhait de Cellou Dalein et sa défense. Au même moment, on apprenait que plusieurs opposants au troisième mandat du président Alpha Condé, incarcérés à la maison centrale de Conakry, ont été testés positifs à la Covid 19. 

Interrogé par le correspondant local de Guineematin.com, Antoine Dogbo Guilavogui, le secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan, a commenté ces deux actualités.

« Je crois que ce n’est pas une surprise pour tout bon guinéen, qui sait aujourd’hui qu’il n’y a pas une bonne justice ; mais, plutôt des hommes qui sont pour le pouvoir en place. Ils ont ces noms, on dit qu’ils sont libres, mais, en réalité, ils ne sont pas libres », a notamment indiqué monsieur Guilavogui.

Dans la soirée d’hier, Ousmane Gaoual Diallo, Ismaël Condé, Cellou Baldé et plusieurs opposants ont été testés positifs à la Covid 19. Pour Antoine Dogbo Guilavogui, toutes les conditions sont crées pour que ces opposants tombent malades en prison. « Si vous vous rappelez bien, dans un des discours du président, il a dit qu’il n’a pas enfermé de responsable politique ; et, prendre un Ousmane Gaoual, un Cellou Baldé, un Ismaël Condé, on dit qu’on n’a pas pris de responsables politiques ; mais, ça ne va pas. S’ils sont malades, toutes les conditions sont crées pour qu’ils tombent malades. Aujourd’hui, on parle de Coronavirus ; mais, si on les envois, on les enferme, c’est pour qu’ils tombent malades », a lancé le responsable local de l’UFDG.

A la veille des élections du 18 octobre dernier, le siège de l’UFDG à Kankan a été la cible d’attaques par des jeunes habillés en jaune. Des engins des citoyens supposés militants de cette formation politique ont été incendiés et d’autres bien emportés, Antoine Dogbo Guilavogui, dit que ce dossier traîne toujours au tribunal. « Notre avocat, Me Beavogui est venu, jusqu’à Kankan ici, nous avons engagé le processus ; mais, rien ! Ceux qui nous ont attaqués sont connus, ils passaient devant les forces de sécurité pour aller attaquer. On leur donnait même des cartons de jus au moment où on cassait chez nos militants », a encore dénoncé le secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan, qui se remet désormais à la volonté divine, n’espérant aucune surprise avec la justice guinéenne.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin