La moto de la victime calcinée par ses assassins

Vive tension ce mercredi, 7 avril 2021, à Mandiana. De nombreux citoyens ont manifesté devant la gendarmerie de la ville, suite à l’assassinat d’un orpailleur. Ils cherchaient à récupérer les deux suspects arrêtés par les services de sécurité pour les lyncher. Il a fallu l’intervention des militaires du camp de Mandiana pour disperser les manifestants et rétablir l’ordre sur les lieux, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mandiana.

Choc et consternation, ce sont les sentiments qui animent aujourd’hui les habitants de Diarakourou, un village situé à 25 kilomètres de la ville de Mandiana. Cela fait suite à l’assassinat de Samba Diakité, un orpailleur très connu de cette localité. Porté disparu depuis le 2 avril dernier, le jeune homme a été retrouvé mort hier, mardi 6 avril.

Après plusieurs jours de recherches, les habitants de son village ont retrouvé son corps dans une ancienne mine d’or située dans la localité de Zangbela, à 12 kilomètres de Mandiana. C’est d’abord les restes de sa moto, calcinée, qu’ils ont découverts aux alentours de cette mine, avant de retrouver le corps de la victime dans un trou.

« Comme il évolue dans le commerce de l’or, quelqu’un l’a appelé vendredi dernier pour lui dire d’aller le rejoindre dans cette mine pour évaluer une quantité d’or. C’est ainsi qu’il a quitté la maison à 6 heures du matin pour se rendre là-bas. Et c’est là-bas qu’il a été tué. Les bandits ont jeté son corps dans une ancienne mine et calciné sa moto. C’est grâce aux restes de cette moto qu’on a pu retrouver son corps », explique Madou Diakité, cousin de la victime.

Grâce au téléphone de la victime, qui était toujours dans sa poche, la gendarmerie a interpellé deux suspects. Il s’agit de celui qui l’a appelé en dernière position pour lui demander de se rendre dans la mine d’or et d’un autre ami de Samba Diakité. Informés de ces interpellations, de nombreux habitants du village de la victime se sont mobilisés ce mercredi 7 avril pour se rendre à Mandiana.

Ils sont venus manifester devant la gendarmerie départementale de la ville pour exiger que les deux suspects leur soient remis pour qu’ils puissent se rendre justice. Venu négocier avec les manifestants, le préfet de Mandiana a dû quitter précipitamment les lieux pour éviter que son véhicule ne soit caillassé par certains jeunes surexcités. Finalement, ce sont des militaires basés dans cette ville qui sont intervenus pour disperser ces citoyens en colère.

Aux dernières nouvelles, on apprend que des négociations auraient été engagées entre les autorités de Mandiana et les sages du village de la victime pour chercher à calmer les ardeurs et laisser la justice traiter sereinement le dossier.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com