Depuis quelques semaines, des concertations ont été initiées au sein du parti présidentiel, le RPG arc-en-ciel. Les échanges officiels se sont déroulés au siège national du parti. Ce qui a empêché la tenue des assemblées générales ces deux dernières semaines. Un rapport officiel est prévu pour remonter au sommet du parti l’intégralité des problèmes soulevés et les propositions de solution.

Mais, Guineematin.com a appris qu’au même moment, des consultations secrètes se faisaient à un niveau plus élevé sur des questions encore plus sensibles, touchant tous les points, y compris la succession du chef de l’Etat.

Evidemment, à l’examen de la gouvernance actuelle, le constat a été décevant et l’unanimité s’est dégagée contre les innombrables détournements des fonds publics, l’impunité, l’inefficacité des services publics, la corruption, etc. La recommandation conséquente a été la proposition de formation d’un nouveau gouvernement où l’ensemble des Guinéens se sentiraient représentés. « Il nous faut impérativement mettre en place un gouvernement exclusivement tourné vers le bien être des Guinéens et non des gens qui veulent s’enrichir pour nous combattre après dans les élections à venir », recommande le parti.

Parlant des réformes au sein du parti, il a été proposé d’élire un président à charge de piloter la réforme et le renouvellement en profondeur des structures parti. « Le RPG arc-en-ciel doit arrêter de se glorifier de son passé. Nous devons bâtir un parti d’avenir au risque de le voir éclater comme le PDG parès Sékou Touré et le PUP après Lansana Conté. Nous avons des cadres et des jeunes capables de préserver nos acquis. Mais, cela n’est pas possible sans avoir des structures solides sur toute l’étendue du territoire national », fait-on observer.

S’agissant des candidatures à la présidence du RPG arc-en-ciel, plusieurs noms ont été cités comme éventuels successeurs du professeur Alpha Condé. Et, certains ont indiqué que le président Alpha devrait conduire les destinées du parti et du pays pour au moins cinq autres années, le temps d’anéantir complètement les candidats de l’opposition actuelle. Mais, la majorité a rappelé ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire en 2010 avec Laurent Gbagbo et au Sénégal en 2012 avec Abdoulaye Wade…

« La communauté internationale et l’opinion publique en général ne nous permettront pas de rester après 2020 si c’est le président Alpha Condé qu’on présente. Ils seront prêts à inciter le peuple contre notre système et nous combattre par tous les moyens. Et, au meilleur des cas, ils feront une coalition au-delà des partis politiques pour exiger le changement. Face à un tel scénario, même si on parvient à garder le pouvoir, ce sera sans gloire et toutes les aides internationales seront coupées. Enfin de compte, nous perdrons toutes élections qui suivrons et nous aurons du mal à revenir aux affaires comme le PDG et le PUP actuellement. Pour continuer à diriger le pays, nous devons oser dire au professeur Alpha Condé l’obligation vitale de désigner un autre candidat », a-t-on expliqué.

Bref, au bout de plusieurs semaines de tractations, le nom de Damantang Albert Camara est sorti du lot comme candidat consensuel. « Il est jeune, pondéré et surtout très apprécié un peu partout. C’est le candidat idéal qui a des amis partout en Guinée. Notre pays étant ce qu’il est, nous allons mettre à profit ses relations pour mieux vendre son image au sien de toutes les communautés », se confie un haut responsable du RPG.

Par ailleurs, notre source annonce une possibilité de confier la Primature à Damantang Camara pour au moins deux ans, le temps qu’il se fasse une stature internationale. « Si le président l’accepte, il fera un moment le profil bas pour permettre à son futur Premier ministre de le représenter à des rencontres internationales et se familiariser un peu plus des grands dossiers internationaux. Vers la fin 2019, il pourrait ainsi démissionner pour se consacrer à sa candidature », précise-t-on.

Enfin, le RPG arc-en-ciel a rassuré le président Condé de la préservation des acquis de sa gouvernance et le succès électoral de leur candidat en 2020. « Certains nous disent que le professeur veut négocier avec l’opposition, notamment Cellou Dalein pour qu’on dise qu’il est démocrate. C’est pour cela qu’il ne se détermine pas tôt et cela joue forcément contre le RPG arc-en-ciel qui n’aura pas suffisamment de temps pour préparer son candidat. Mais, il se trompe parce qu’il n’y a rien de plus normal que de présenter quelqu’un et de l’aider à accéder au pouvoir », a fait observer notre informateur.

A préciser que cet échange hautement confidentiel s’est déroulé en marge de l’assemblée générale hebdomadaire qui vient de prendre fin au siège national du RPG arc-en-ciel, dans la journée de ce samedi 1er avril 2017.

Bonne digestion !

Nouhou Baldé

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin