Dr Sakoba Keïta, Directeur Général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire

Dr Sakoba Keïta, Directeur Général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire

En séjour dans la région, le Directeur Général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire en a profité pour visiter le centre de traitement des épidémies de Kankan et conférer avec les responsables régionaux et préfectoraux de santé. Dr Sakoba Keïta a exprimé son inquiétude par rapport l’évolution de la pandémie du coronavirus, redoutant une explosion de la maladie après la fête de Tabaski, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Cette visite du patron de l’ANSS, qui a eu lieu ce lundi 27 juillet 2020, intervient deux jours après la confirmation de 17 cas positifs de Covid-19 à Kankan, dont deux décès. Selon lui, ces nouvelles contaminations sont dues au relâchement dans l’application des gestes barrières. Et la situation risque bien de s’empirer la fête de Tabaski, prévient Dr Sakoba Keïta.

« Le port des bavettes, le refus des accolades, les bises en cette période, voilà les armes qui vous empêchent de contaminer votre entourage sans payer de l’argent. Mais malheureusement, les gens veulent continuer leurs baptêmes, ils veulent continuer à se congratuler. Bientôt la fête, avec les déplacements qui auront lieu à cette occasion, nous on s’attend à un boom après parce que nos parents ne veulent pas changer de comportement. Sinon pour la fête de ramadan, les gens ne se sont pas déplacés », a-t-il dit.

Avec plus de 17 cas confirmés de coronavirus, la ville de Kankan est considérée comme étant une zone rouge. Par conséquent, indique Dr Sakoba Keïta, il n’est pas exclu de la confiner à nouveau. Au moment où la décision d’ouverture des lieux de culte a été prise, Kankan était dans la zone verte, il n’y avait pas de cas à Kankan. En principe, après 15 ou 16 cas, vous tombez dans la zone rouge comme Coyah ou Dubréka ; donc, on doit vous appliquer les règles de la zone rouge. Il faut dire cela aux religieux, est-ce qu’on ne va pas vous réconfiner pour limiter la contamination. Vous n’avez même pas dépisté beaucoup de cas ; le jour où vous ferez 1000 tests par jour, vous n’aurez pas de place à l’hôpital ici », a averti le DG de l’ANSS.

Pour l’heure, l’hôpital régional de Kankan n’a que 25 lits pour les malades de Covid-19 et aucun appareil de réanimation. Mais Dr Sakoba Keïta promet que l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire va améliorer ces équipements pour pouvoir assurer la prise en charge des nouveaux cas attendus. « Les 25 lits pour une ville comme Kankan me semblent insuffisants. Donc, il faut qu’on prenne des dispositions pour avoir au moins 60 lits, dans les deux semaines qui suivent. On ne connaît pas le rythme ; au fur et à mesure que vous allez tester, vous risquez d’avoir plus de cas comme nous. Ensuite, on a décidé d’ouvrir 11 centres de réanimation à l’intérieur du pays, dont Kankan », a-t-il annoncé.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin