Lansana Kourouma, poignardé par un militaire à Faranah

Comme annoncé précédemment, un conducteur de taxi moto a été violemment agressé par un militaire dans la journée du jeudi, 15 avril 2021, à Faranah. Lansana Kourouma a été poignardé aux niveaux du cou et du ventre, avant d’abandonner sa moto pour se sauver. Le correspondant local de Guineematin.com est allé à sa rencontre à l’hôpital régional de Faranah, où il reçoit des soins. Le jeune homme, qui est également élève en classe de 2ème année à l’école nationale de santé de Tindo, est revenu sur sa mésaventure.

« Hier (jeudi), après les cours, je suis parti m’arrêter à la gare pour travailler un peu afin de contribuer à subvenir aux besoins de ma famille. C’est là qu’un homme, habillé en tenue militaire, est venu me déplacer aux environs de 14h30 pour Yatia, à 25 km de Faranah. On s’est entendus sur un montant de 50 000 francs comme frais de transport. C’est ainsi qu’on a bougé. Quand on est arrivés à Yatia, qui se trouve au bord de la route nationale Mamou-Faranah, on a dévié pour aller à Yatia Tanganyah.

C’est entre ces deux villages, en pleine brousse, qu’il a sorti un couteau pour le mettre sur mon cou. Après cela, j’ai laissé la moto, et on est tombés. Dès qu’on est tombés, j’ai saisi sa main qui tenait le couteau et je l’ai pris au collet avec l’autre main, on s’est relevés ensemble. Je me suis débattu pendant près de 3 minutes pour chercher à récupérer son couteau, sans succès. Il m’a poignardé au niveau du cou et au niveau du ventre. Heureusement pour moi, le couteau n’est pas rentré en profondeur.

C’est ainsi que je l’ai laissé là-bas avec la moto pour m’enfuir. Il a pris ma moto pour repartir vers la ville. Immédiatement, j’ai pris mon téléphone pour appeler un ami qui est en ville. Je lui ai demandé d’informer la police qui est sur la route afin de pouvoir mettre main sur le monsieur qui m’a attaqué. Après cela, je suis parti vers un bas-fond où j’ai trouvé un confectionneur de briques. C’est lui qui m’a pris pour m’envoyer jusqu’au niveau de Yatia qui est au bord de la route, et les gens m’ont emmené à l’hôpital ici », a expliqué la victime.

Rapidement, l’information a été passée dans les villages environnants jusque dans la ville de Faranah. Et, les habitants de Yatia Tanganyah ont pris des dispositions pour attendre le militaire, auteur de cette agression. Dès qu’il est arrivé au niveau de ce village, il a été intercepté et mis aux arrêts. Informé de cette situation, le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Faranah a immédiatement envoyé une équipe d’agents de sécurité pour aller récupérer l’agresseur pour éviter qu’il ne soit tué lynché.

« Heureusement, ces éléments se sont rendus à Yatia et ils ont réussi à extraire le présumé auteur. Quand ils sont arrivés à Faranah, j’ai demandé, pour sa sécurité, à ce qu’il soit détenu à la Maison centrale, et un dispositif sécuritaire a été installée tout au autour de la prison », a indiqué Mamoudou Magassouba, procureur de la République près le TPI de Faranah. Mais dès qu’ils ont été informés de la détention de l’agresseur de leur ami dans cette maison carcérale, les taxi-motards se sont mobilisés pour venir réclamer qu’il leur soit remis pour qu’ils puissent « s’occuper de son cas ».

Les forces de l’ordre ont dû tirer des bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants. Et le lendemain, vendredi 16 avril 2021, les conducteurs de taxis motos ont occupé les rues de la ville pour toujours la tête du militaire qui a poignardé leur ami. Pour calmer la situation, le maire de Faranah a convoqué une réunion d’urgence avec les responsables des protestataires pour leur donner la garantie que justice sera rendue dans cette affaire. La même assurance a été donnée par le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Faranah.

Mamoudou Magassouba, procureur de la République près du TPI de Faranah

« J’ai saisi la Brigade de recherche pour lui demander de procéder à l’enquête préliminaire pour qu’un PV soit établi et que ce document soit transmis au parquet. Le moment venu, on fera notre travail. Notre mission, c’est de protéger la société contre les actes antisociaux. C’est vrai, l’acte qui s’est passé a heurté la sensibilité des citoyens, mais ils doivent avoir confiance en la justice. Je réitère encore que justice sera faite et que l’auteur des faits sera sanctionné à la hauteur de sa forfaiture », a promis l’empereur des poursuites. Ces assurances ont réussi à faire baisser les tensions et à ramener le calme dans la ville.

A noter que le militaire, accusé d’être l’auteur de cette agression, est originaire de Yatia (Faranah). Il serait en service dans la préfecture de Guéckédou.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224 620241513/660272707

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin