Jusque-là épargnée de la maudite pandémie du Covid-19, la préfecture de Gaoual vient d’enregistrer officiellement sa première victime. Il s’agit de Faya Enapou Oliano, Directeur de l’école primaire de Dapompo, située dans la commune rurale de Koumbia, relevant de la préfecture de Gaoual.

Joint au téléphone par Guineematin, Ibrahima Diawara, enseignant et conseiller à la commune rurale de Koumbia a expliqué que Faya Enapou Oliano, âgé de 33 ans, originaire de Guéckédou, en région forestière, décédé le vendredi dernier, est bien mort du nouveau coronavirus. Et, il a bénéficié d’un enterrement sécurisé, le lendemain, samedi, à Koumbia, par la Croix rouge.

« C’est ce que les autorités de la santé de Gaoual ont dit ici devant tout le monde. L’enseignant retrouvé mort à Dapompo a été victime du Covid-19. Des contacts ont été identifiés, y compris sa femme et ses 3 enfants », a indiqué ce responsable communal.

De son côté, Dr Marcel Dalamou, le Chef du centre de santé de Koumbia, a confirmé la triste nouvelle, avant de rassurer des nouvelles dispositions prises.

« D’abord, l’enseignant en question est venu de Conakry, il y a une ou deux semaines. Le vendredi, comme à son habitude, après avoir fini de manger, il a pris ses tapettes pour faire du sport. C’était vers 18 heures. Et, c’est entre 19 heures et 20 heures que des passants ont découvert son corps dans les périphéries du village avant d’alerter les autorités. Immédiatement, nous avons informé la Direction préfectorale de Gaoual. Sur place, la Croix rouge est allée prendre le corps pour l’amener à la morgue du centre de santé. Les prélèvements ont  été faits et l’analyse s’est révélée malheureusement positive au nouveau coronavirus. L’information a été remontée auprès de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, ANSS, et des dispositions ont été prises pour identifier et tester les personnes contacts », a expliqué le médecin.

Selon le chef du centre, tous les 17 contacts identifiés et soumis au test rapide ont donné un résultat négatif au Covid-19.

« Nous continuons de veiller là-dessus et nous sommes en contact avec les autorités sanitaires et de l’éducation pour les  dispositions utiles à prendre. En attendant, nous nous réjouissons de la disponibilité et de la compréhension affichées par la population. Nous demandons à tout le monde de respecter strictement des gestes barrières. Jusque-là, nous étions épargnés de la pandémie. Et nous venons d’être édifiés que nul n’est à l’abri de cette maladie, d’où l’impérieuse nécessité de se protéger pour protéger les autres », a conseillé Dr Dalamou.

A rappeler qu’en 2020, à l’annonce de la pandémie, l’Union des ressortissants de Koumbia à Conakry (URKC) et beaucoup d’autres organisations s’étaient mobilisées pour trouver des kits sanitaires qui ont été acheminés et distribués à travers toute la commune. Les autorités, les organismes impliqués dans la lutte et toutes les bonnes volontés sont à nouveau saisis de l’urgence d’accompagner ces populations vulnérables dans la lutte contre cette pandémie qui a fait sur le plan national 138 morts et 21 mille 392 cas positifs contre plus de 3 millions de décès à travers le monde sur plus de 140 millions de malades du Covid-19.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin