TPI MamouMonsieur Malick Marcel Oularé, le procureur du tribunal de première instance de Labé, qui siège actuellement à Mamou, vient de requérir un an de prison ferme et deux millions de francs guinéens contre le président du parti « Les Démocrates Guinéens », Abdourahmane Bakayoko, qu’il accuse d’avoir offensé le Chef de l’Etat, Alpha Condé, dans sa communication lors d’une émission débat à Labé, à la radio GPP Fm, la semaine dernière.

On se rappelle que des proches du président de l’UFDG avaient, eux, vandalisé le véhicule 4×4 de Bakayoko avant de le calciner. « Gardé » à  la radio pour éviter la vindicte populaire, le jeune et très téméraire leader politique ne sortira qu’avec les agents de la sécurité qui ne l’ont toujours pas quitté, puisqu’il est, depuis, emprisonné.

Par crainte d’un affrontement entre les proches du chef de file de l’opposition (qui incendié son véhicule et menacé de le tuer) et les proches de ce jeune leader de l’opposition guinéenne, qui ont fait circuler des rumeurs pour « envahir » le tribunal à l’occasion de ce jugement, le tribunal de première instance de Labé a « déménagé » à Mamou pour ce brûlant dossier. « Ils ont appelé ça audience foraine », a précisé au téléphone une des « oreilles » de Guineematin.com dans ce tribunal.

Devant le juge et président du TPI de Labé, qui préside cette audience foraine, Amadou Sagnane et le greffier, Ousmane Kabé, le procureur, Malick Marcel Oularé, a requis un an de prison ferme et deux millions de nos francs contre le jeune leader de l’opposition.

Son avocat (puisqu’il en a un aujourd’hui, contrairement au premier jour), Maître Bernard Feindouno, a demandé une relaxe pure et simple de son client, Abdourahmane Bakayoko, après une plaidoirie qui se ferait applaudir dans les villes et campagnes de Guinée si on donnait la possibilité aux médias de les immortaliser. Mais, hélas !

Aux dernières minutes, le tribunal s’est retiré pour ses délibérations…

Guineematin.com a ses yeux et oreilles bien en éveil pour vous aider à ne rien rater de ce procès qui fera date dans le processus démocratique de notre cher pays.

 De Mamou, Idrissa Sampiring Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Commentaires