Lamah Sidibé à Dakar.jpg0L’artiste émérite guinéen, Lama Sidibé et le « Groupe Horèfello » était face à la presse sénégalaise, ce lundi 28 décembre 2015. C’est le jardin du Complexe hôtelier « Le Relais » sis au quartier Fann de Dakar, non loin de la Chancellerie de notre ambassade au pays de la Téranga, qui a servi de cadre à cette conférence de presse ayant a drainé un parterre de professionnels des médias sénégalais et internationaux. Objectif : annoncer les couleurs du double concert en live que l’enfant prodige de Mamou-Horèfello livrera le 31 décembre 2015 et le 1er janvier 2016, au Stade Communal de Ouakam en banlieue dakaroise, a constaté sur place Guineematin.com via son Correspondant local.

Invité dans la capitale sénégalaise, Dakar, par « Gorka Soussay Production », une structure créée par des jeunes Guinéens vivant au pays de Léoplod Sédar Senghor, dont le leitmotiv est  la promotion et la distribution de produits culturels, Lama Sidibé, dès l’entame de  ses propos, n’a guère masqué « son immense joie » et sa « surprise agréable », consécutivement à « l’accueil inédit qui lui a été réservé » et « l’hospitalité légendaire » dont il fait l’objet depuis sa descente d’avion, le dimanche dernier, jusqu’à la tenue de la conférence de presse.

Lamah Sidibé à Dakar.jpg00Se déclarant très ému par la chaleur fraternelle des Guinéens et  la culture d’intégration développée et entretenue par les Sénégalais, l’auteur de la célèbre chanson « Bèrdèhendèn Walikè » martèle : « Je remercie les organisateurs, la presse sénégalaise et internationale, les Guinéens du Sénégal et l’ensemble de la population sénégalaise pour leurs marques de sympathie et d’hospitalité légendaire à mon endroit. En raison de la mobilisation inédite des Sénégalais autour de moi, je promets de chanter très prochainement en Wolof, histoire de leur rendre l’ascenseur. En attendant, j’invite le public sénégalais à venir massivement à mes deux concerts que je dédie à l’amitié sénégalo-guinéenne. Lorsque Youssou NDour, Baba Maal ou Koumba Gawlo Seck prestent en Guinée, ce sont les Guinéens qui remplissent la salle, ne laissant aucune place à leurs frères et sœurs sénégalais ».

Parlant de sa carrière musicale, Lama Sidibé précise : « J’ai fait mes premiers pas dans la musique à l’âge de sept ans, en compagnie de mes sœurs au clair de lune, contre la volonté de ma brave maman qui finira par céder. Je me souviens encore de mes prestations émouvantes dans ma tendre enfance au sein de la troupe théâtrale et le mouvement pionnier de mon école, alors je faisais encore le CM1. Ma première prestation sur scène s’est produite à Mamou sur invitation expresse du gouverneur de région d’alors, El Hadj Moussa Sanguiana Camara. C’était parti pour ma carrière musicale ».

Apportant avec aisance des réponses sans tabous aux multiples questions de la presse, Lama Sidibé est encore revenu de long en large sur les mobiles de l’avortement de son déplacement pour Dakar à l’occasion de la toute dernière visite d’état du Professeur Alpha Condé au Sénégal. « Je n’ai jamais refusé et je ne refuserais jamais de chanter pour le Président Alpha Condé, quand bien même mon identité politique est Cellou Dalein Diallo et l’UFDG. La preuve est que j’ai récemment participé aux manifestations culturelles marquant l’investiture du Président. Si je ne suis pas venu en septembre à Dakar, c’est parce que les organisateurs ont biaisé la procédure et m’ont pas dit la vérité quant à leur motivation réelle. Pire, Tidiane World Music s’est contenté seulement de dire qu’il m’a donné de l’argent. Qu’il ait le courage de dire le montant. Moi je n’en dirai pas plus ».

A préciser que Lama Sidibé dispose d’une bonne partie de sa famille biologique au Sénégal qu’il considère comme sa deuxième patrie après la Guinée. Rendez-vous est pris pour le 31 décembre 2015 et le 1er janvier 2016, au Stade Communal de Ouakam, pour deux concerts en live qui se tiendront, les deux nuits durant, de 21 heures à l’aube, sous la présidence effective des autorités sénégalaises augmentées des autorités consulaires guinéennes.

Depuis Dakar, Mandian SIDIBE pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin