Abdoulaye N’Koya Sylla, correspondant de Guineematin.com à Kankan

A un moment où la tension est vive sur le front sociopolitique en Guinée, les hommes de médias n’échappent plus au courroux des forces de l’ordre. Le journaliste Abdoulaye N’Koya Sylla, correspondant de Guineematin.com à Kankan, a été embarqué manu militari ce mercredi, 22 janvier 2020, pour la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS) où il a été auditionné pendant 3 heures.

Notre correspondant couvrait une manifestation des élèves-maîtres de l’Ecole Normale des Instituteurs (ENI) de Kankan quand il a été embarqué de force par les agents de la CMIS numéro 13. « Ce mercredi matin, aux environs de 9 heures, j’étais avec mon confrère Facely Sanoh de la radio Horizon Fm. On a été informé que les élèves-maîtres manifestaient pour réclamer le payement de leurs bourses d’entretien. Donc, on s’est déployé sur les lieux pour couvrir la manifestation. Mais, il se trouve qu’il y a des agents de la CMIS qui procédaient à des arrestations. Quand j’ai commencé à faire des images, quatre d’entre eux m’ont interpellé. Je leur ai dit que je suis journaliste, j’ai même exhibé mon badge. Mais, cela ne leur a pas suffit. Ils m’ont embarqué de force pour me mettre en détention pendant trois heures. C’est suite à l’intervention de mes différentes rédactions, notamment de Guineematin.com que j’ai été libéré », a-t-il expliqué.

En l’espace de quelques mois, c’est le troisième journaliste à avoir maille à partir avec les forces de l’ordre. Cette situation ne laisse pas indifférent Abdoulaye N’Koya Sylla qui appelle à plus de confraternité pour faire face aux dérives qui restreignent la marge de manœuvre des journalistes. « Je voudrais juste dire aux confrères que trop c’est trop. Souvenez-vous qu’en avril et juin 2019, deux de nos confrères avaient été aussi victimes d’agression de la part des forces de l’ordre. Donc, il faut qu’on se donne la main et agir pendant qu’il est temps. Aujourd’hui, c’est moi ; demain, ça peut être un autre journaliste », a-t-il dit.

Fodé Bangaly Fofana, point focal de la Haute Autorité de la Communication (HAC) à Kankan

Fodé Bangaly Fofana, point focal de la Haute Autorité de la Communication (HAC) à Kankan, a fermement condamné cette arrestation de notre confrère « C’est avec beaucoup d’amertume que j’ai appris l’arrestation d’un collègue de travail qui a été embarqué manu militari par les services de sécurité, notamment la CMIS de Kankan. Je condamne avec la plus grande fermeté parce que je ne peux pas croire qu’un journaliste soit dans l’exercice de ses fonctions et qu’on l’arrête, surtout qu’il avait son badge sur lui ».

Après sa libération, Abdoulaye N’Koya Sylla a été reçu par le préfet, Aziz Diop, qui lui a présenté des excuses avant de le convaincre de ne pas porter plainte contre la CMIS N°13 de Kankan.

La rédaction de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin