Honorable Aly Kaba, président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel

Les travaux de la session spéciale de l’Assemblée nationale, ouverts le 21 avril dernier, se poursuivent avec l’étude et l’examen, actuellement, de quatre projets de loi. Ce qui est en contradiction avec certaines déclarations faisant état de la suspension de ces travaux portant sur l’étude et l’examen du Code électoral.

Dans la journée de ce jeudi, 11 juin 2020, le président du groupe de la majorité parlementaire, l’Honorable Aly KABA, a apporté un démenti formel à ces allégations et donne des précisions.

« Les propos qui sont de nature à faire croire que les travaux à l’Assemblée sont arrêtés ne sont pas du tout fondés. La Commission saisie au fond est la Commission des lois. Elle est en train de travailler. Vous pouvez aller le vérifier dans ses locaux. Comme la loi l’exige, le Bureau de l’Assemblée tient sa réunion, la Conférence des Présidents se retrouve pour examiner l’avant-projet de chronogramme pour établir un projet et la Plénière se prononce en définitive sur le projet de chronogramme. Au niveau des Commissions, chaque Commission saisie au fond établit son programme de travail qui est interne. Il lui appartient d’hiérarchiser et de catégoriser l’examen des textes qu’elle a reçus. L’essentiel est que le travail soit fait selon le chronogramme voté. Pendant ce temps, les autres Commissions font des avis. Et, pour ce cas présent, les Commissions sont informées pour formuler des avis et faire des amendements auprès de la Commission de fond. Et, après ce travail, il y a l’inter commission qui est convoqué où les représentants des différentes Commissions viennent avec des amendements, des avis et suggestions qui seront compilés dans un rapport et pour chacun des textes. Après cette rencontre, suivent la rédaction du rapport pour chaque texte et l’explication de vote dans les différents groupes parlementaires et la tenue de la plénière ».

Interrogé sur la saisine de l’Assemblée nationale à la Cour Constitutionnelle sur la vraie version de la Constitution, l’Honorable Aly KABA a précisé être parmi les députés signataires de cette requête.

« Ce n’est même plus une information, puisque nous l’avons dit bien avant, qu’un dixième des députés du Parlement dont moi-même, a saisi la Cour Constitutionnelle pour des éclaircissements par rapport à cette question. Et, ceux qui s’agitent au nom du parlement ne sont même pas parmi les signataires de cette correspondance », a indiqué le patron du groupe parlementaire RPG/AEC.

Propos recueillis par Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin