image d’archive

Poursuivi pour « manœuvres et acte de nature à compromettre la sécurité publique et occasionner des troubles graves à l’ordre public », Mamadou Saliou Diallo a comparu le mardi dernier, 05 janvier 2021, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Ce militaire à la retraite est en prison depuis le mois de mars 2020. Il lui est reproché d’avoir fabriqué des explosifs, des cocktails molotov, pour armer des jeunes manifestants qui affrontaient les forces de l’ordre dans la haute banlieue de Conakry. Des faits que le prévenu a nié en bloc, arguant qu’il n’a jamais fabriqué de bombe, même pendant son service au sein de l’armée guinéenne, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Mamadou Saliou Diallo (le prévenu) est un septuagénaire. Il est domicilié à Wanindara, un quartier réputé chaud de la commune de Ratoma, pendant les manifestations sociopolitiques de ces dernières années. Il a été arrêté et placé sous mandat de dépôt pour une présumée fabrication de cocktail molotov destiné à des jeunes manifestants qui affrontaient les forces de l’ordre dans les rues de Conakry.

A la barre, ce vieil homme a plaidé non coupable des charges articulées à son encontre. Et, dans sa déposition, il a accusé Abdoulaye Touré, le responsable des jeunes de son quartier, Wanindra, d’avoir orchestré son arrestation pour échapper au payement d’une dette.

Abdoulaye Touré, président de la jeunesse de Wanindara 3

« Durant toute ma formation, je n’ai jamais appris à fabriquer le cocktail Molotov. Depuis ma retraite, je n’ai jamais fabriqué ces genres d’explosifs. Moi, c’est Abdoulaye Touré qui fait office d’agent d’information de la police qui a pris les gendarmes de Matoto pour venir m’arrêter chez moi, à Wanindara. Il a déplacé les gendarmes de Matoto pour me mettre aux arrêts. Il a fait savoir aux agents que je suis en train de fabriquer des explosifs servant à dissuader les forces de l’ordre qui se trouvent à Wanindara. Ils sont venus fouiller chez moi. Ils n’ont rien trouvé. Mais, à la gendarmerie, ils (les agents) m’ont présenté un sac noir contenant de l’essence, du sable, de la cire, et des écorces de bois. Pourtant, je n’ai jamais envoyé ça chez moi pour fabriquer des explosifs. Et, aucun membre de ma famille ne peut envoyer ça chez moi. Tout ça, c’est parce que Abdoulaye Touré me doit de l’argent et il refuse de me le payer. C’est pourquoi, il a passé par les moyens là pour me mettre en prison », a expliqué Mamadou Saliou Diallo.

Poursuivant sa déposition, le prévenu a dénoncé devant le tribunal les multiples violations de ses droits dans cette procédure qui l’a conduit à un procès.

« A la gendarmerie, on m’a fait sortir à la télévision contre ma volonté. J’ai été contraint d’être devant les caméras. Ils (les gendarmes) m’ont auditionné deux fois à la gendarmerie, à 2 heures du matin, sans mon avocat. Ils m’ont fait signer le procès verbal sans faire la lecture de mes déclarations », a dénoncé Mamadou Saliou Diallo.

A la lumière de cette déposition du prévenu, le tribunal a renvoyé l’audience au 02 février prochain pour la comparution de Abdoulaye Touré (le président de la jeunesse de Wanindara), indexé comme étant à l’origine de cette procédure.

A suivre !

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 58 95 27/654 41 69 22

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin