Avec son Projet d’appui à la participation des jeunes à la prévention des conflits en période électorale et la pérennisation des synergies locales des acteurs de la paix en Guinée Forestière, l’ONG internationale Search for Common Ground a organisé une session de dialogue entre les différents leaders religieux (Imams, Prêtres et Pasteurs) autour de la problématique de la paix dans la ville. Présidée par le maire de la commune urbaine de N’Zérékoré, cette rencontre qui s’est tenue le samedi dernier, 24 avril 2021, dans la salle de réunion de la mairie de N’Zérékoré, vise à permettre  aux leaders religieux d’échanger et faire passer les messages de paix dans les lieux de cultes en cette période ‘’sensible’’ (Ramadan), rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Face à la menace sur paix dans la ville de N’Zérékoré en cette période de Ramadan, les jeunes leaders, imams, prêtres et pasteurs, membres des synergies locales des acteurs de paix en Guinée Forestière, se sont rencontrés pour échanger sur les initiatives de consolidation de la paix dans  la capitale de la région forestière.

Jean Claude Kékoura Zoumanigui, assistant projet à Search for common ground

« Cette session de dialogue entre les leaders religieux a trois objectifs. Le premier,  c’est de contribuer au renforcement des synergies locales des acteurs de la paix dans leur mission de prévention des conflits. Le deuxième, c’est de soutenir les différentes initiatives de prévention des conflits et surtout de faire en sorte que les jeunes ne soient pas instrumentalisés par les politiques. Et, le troisième objectif, c’est d’aboutir à l’opérationnalisation de l’architecture nationale de la paix. Car, le plus souvent, à N’Zérékoré, les violences intercommunautaires naissent pendant un certain nombre de périodes sensibles (mois de Ramadan ou lors des consultations électorales). C’est pour cela que ces infrastructures sociales de paix et leurs membres se sont dits qu’il faut qu’on essaye de mettre en œuvre une activité pendant cette période. Laquelle activité va permettre aux gens d’échanger sur le contexte de paix  et surtout leur donner l’occasion de faire passer les messages de paix à l’endroit des citoyens et des fidèles. Car, cela peut contribuer à minimiser les risques de violences pendant ces moments très sensibles au niveau de la commune urbaine de N’Zérékoré », a expliqué Jean Claude Kékoura Zoumanigui, assistant du projet à Search for Common Ground.

Moriba Albert Délamou, maire de la commune urbaine de N’Zérékoré

Présidant la session, le maire de N’zérékoré, a remercié Search for Common Ground pour ses initiatives de préventions de conflits. Moriba Albert Délamou a profité de sa communication pour demander aux participants de s’invertir dans la consolidation de la paix. « Je me doit de féliciter et encourager Search pour ses différentes activités en faveur de paix dans la ville. Parce que la paix n’a pas de prix… Sans la paix, rien ne peut se réaliser, et aussi sans elle (paix) tout est hypothéquée. C’est pourquoi, que ce soit l’autorité régionale, préfectorale et communale, nous avons cette mission régalienne de faire en sorte que N’Zérékoré ne devienne plus comme avant. Nous devons faire en sorte d’anticiper les évènements, d’être proactifs pour que les populations de N’Zérékoré vivent en paix », a notamment indiqué le maire Délamou.

Au sortir de la salle, les différents leaders religieux ont tour à tour lancé des messages de paix à l’endroit de leurs fidèles respectifs. Pour Abbé Jean Paul Haba, le Curé de la paroisse sainte Thérèse de Nyenh, il faut sensibiliser tous les fidèles pour que les provocateurs arrêtent.

Abbé Jean Paul Haba, Curé de la paroisse Sainte Thérèse de Nyen

« Nous avons demandé à tous les leaders religieux de s’impliquer pour sensibiliser les fidèles musulmans comme des fidèles chrétiens à éviter les provocations et surtout à respecter les lieux de culte pendant cette période où nos frères sont en carême musulman ou encore au moment où nos frères sont en train de prier pour la paix. Donc, nous devons les respecter et nous devons éviter de les provoquer. De leur côté,  nous leur demandons aussi de nous respecter et de ne pas souvent profiter des petites erreurs pour faire surgir la violence. Car, la violence ne résoudra pas les problèmes, plutôt elle les aggrave. Donc, si nous voulons réellement la paix à N’Zérékoré, c’est sûr que nous devons tous être acteurs », a dit le père Haba.

Moussa Keita, grand Imam de l’OSSUD II et président des associations des Imams de la Guinée Forestière

Enfin, Moussa Keita, le grand Imam de l’OSSUD II et président des associations des Imams  de la Guinée Forestière, a appelé à la paix et au respect des autres. « Notre message à l’endroit des musulmans, c’est de conserver la paix et de se retenir. Surtout en ce mois béni de Ramadan, ne pas  donner l’occasion aux personnes malintentionnées. Parce que c’est à ces  moments pareilles que souvent les problèmes commencent à N’zérékoré. Quand on dit l’islam, d’abord, c’est un mot arabe qui signifie la paix. Donc, partout où un musulman est, il doit préserver la paix avec ses voisins. Et, il doit savoir que la coexistence pacifique fait partie de notre religion. Donc, on doit imiter notre prophète Mohammed (Paix et salue lui). Parce que quand il est arrivé à la Médine, il y avait des Juifs là-bas. Et, il a commencé à faire des pactes entre les musulmans et les non musulmans», a indiqué l’Imam Keita.

De N’Zérékoré Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224 620166816/666890877

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin