A l’image de certaines villes de la Guinée, la marche du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le 3ème mandat pour Alpha Condé s’est tenue ce lundi, 6 janvier 2020, dans la ville de Boké. Plusieurs opposants au projet de nouvelle constitution ont défilé dans la ville, du carrefour TP (Travaux Publics) à la Place des Martyrs où des discours caustiques ont été prononcés, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Des femmes, des hommes et des jeunes, habillés aux couleurs du FNDC, ont battu le pavé, munis de pancartes et banderoles où on pouvait lire : « Ne touche pas à ma Constitution », « La population de Boké dit Non au Référendum », ou encore « Troisième mandat, AMOULANFÉ ».

Lamarana Bah, coordinateur du FNDC à Boké

Après avoir parcouru l’itinéraire choisi pour la circonstance, les responsables du FNDC de Boké se sont adressés à leurs partisans. Lamarana Bah, le coordinateur régional du FNDC Boké a dit que le départ d’Alpha Condé au terme de son dernier mandat est non négociable. « Nous sommes très heureux cet après-midi. Nous avons bien réussi la marche de l’ultimatum. Les gens sont sortis et nous avons marché dans la paix et la tranquillité. Nous disons à Alpha condé qu’ici à Boké nous sommes contre un troisième mandat, nous sommes contre une nouvelle constitution et nous sommes contre le référendum. Et ça ne marchera pas. Il faut qu’il quitte après son deuxième et dernier mandat, et c’est non négociable », a-t-il lancé sous les applaudissements du public.

Salematou Coumbassa, présidente des femmes du FNDC

L’autre discours a été tenu par Salématou Coumbassa, présidente des femmes du FNDC de Boké. Elle a invité les femmes à rejoindre les rangs du FNDC pour mener le combat. « Les femmes de Boké doivent sortir pour soutenir le FNDC parce que nous n’avons rien dans notre ville, nos enfants ne travaillent pas, nous n’avons pas le courant, on n’a pas d’eau. Et regarder les routes de notre commune, elles sont impraticables. Je demande aux femmes de ne pas avoir peur, nous devons sortir dire Non à ce régime. Il n’est pas question de laisser Alpha Condé au pouvoir après 2020 », a-t-elle martelé.

Pendant la journée de ce lundi, la plupart des boutiques et magasins de la commune urbaine sont restés fermés. Des policiers étaient postés à plusieurs carrefours de la ville pour veiller aux grains.

Depuis Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin