Plusieurs citoyens actuellement martyrisés par la militarisation de la ville et son cortège d’assassinats avec le lourd bilan de 5 morts, dont l’ambulancier de l’hôpital régional, en moins de 15 jours, sont désormais nostalgiques de l’ancien gouverneur de région, Sadou Keïta, et du Lieutenant- Colonel Mamadou Lamarana Diallo, qui a, pendant longtemps, séjourné à la tête de la préfecture de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Un nombre important de citoyens rencontrés et beaucoup d’auditeurs qui appellent les émissions interactives des radios privées locales reconnaissent aujourd’hui les qualités de l’ancien gouverneur de la Région Administrative (RA), Sadou Keïta, actuellement en poste à Faranah, qui, pendant près de 8 ans d’exercice à Labé, a toujours privilégié le dialogue et la concertation pour la résolution des problèmes, la restauration de la paix et de la quiétude sociale dans les différentes collectivités locales, au détriment de la répression sanglante et sauvage menée sur le terrain par des agents à la gâchette facile.

De même, ils rappellent que lorsque le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo était préfet à Labé, il s’est toujours montré actif, disponible et engagé en faveur de la résolution pacifique des conflits entre gouvernants et gouvernés. Il était toujours aux côtés du gouverneur quand il y a soulèvement populaire ou menace de débrayage.

« S’il est question de choisir entre l’actuel préfet, Safioulahi Bah, et le Colonel Lamarana, je préfère le dernier qui se montre préoccupé par des situations de crise. Safioulahi a un tempérament chaud. Il s’énerve facilement. Ce qui fait qu’en réalité il ne peut pas négocier avec une foule surexcitée », confie T.O Sow, tailleur, habitant un quartier de la banlieue Nord de Labé.

C’est justement à cause de son silence assourdissant, que l’antenne locale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a mis Elhadj Safioulahi Bah (qui est accusé à tort ou à raison, de n’avoir pris aucune initiative rassurante) dans la même enveloppe que le gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané qui reste l’autorité régionale la plus décriée de la région depuis l’accession du président Alpha Condé à la magistrature suprême du pays. Même si cela ne constitue pas un critère de sélection du régime en place méprisant à tout bout de champ la volonté populaire.

Comme T.O Sow, tous ou presque admettent que l’officier gendarme est plus coopératif que l’actuel préfet de Labé. « Le jour où les commerçants se sont soulevés contre le directeur des impôts de Labé, le lieutenant-colonel Lamarana Diallo est venu trouver un monde fou devant la préfecture et des gendarmes prêts à agir. Il a commencé par demander aux gendarmes de rentrer à la base. Il a reçu les manifestants qu’il a écoutés et calmés. Finalement, il a obtenu le départ du directeur des impôts et l’affectation d’un nouveau conformément aux exigences des commerçants », rappelle Mamadou K Barry, alors tablier au marché central de Labé.

De son côté, Moussa Cissoko de la société civile estime que c’est tout à fait naturel : « de par sa profession, le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo est habitué à la gestion de crise. Par contre, l’actuel préfet Safioulahi Bah n’est pas disposé à faire certaines choses ».

Cet avis est partagé par Mamadou B Bah de l’Union des Forces Républicaines (UFR) : « Lamarana aurait pu être visible sur le terrain pendant cette période de crise, parce qu’il est plus actif ».

Par ailleurs, on rappelle que c’est en pleine crise liée au limogeage de Mme Mariama Tata Bah de son poste de proviseur du Lycée Général Lansana Conté que le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo a pris fonctions à Labé.

« Le jour de son installation, cette situation de madame Tata Bah était très confuse et la tension était vive à Labé. C’est avec son implication personnelle, que les choses se sont calmées immédiatement. Ce qui a facilité l’installation sans incident du successeur de la dame de fer » ajoute-t-on.

A en croire cette source, c’est parce que le lieutenant-colonel Lamarana Diallo a eu l’initiative de rencontrer immédiatement les élèves meneurs que la situation a été vite maitrisée dans le milieu scolaire de Labé.

En conclusions, si leurs avis pouvaient compter, beaucoup de nos interlocuteurs, au nombre desquels la majorité ne souhaite pas abordé le sujet sur la place publique, ont exprimés le souhait de voir Sadou Keïta et le lieutenant-colonel Lamarana Diallo revenir à Labé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin