Dr Faya Millimono, président du BL

Comme annoncé précédemment, la première session inaugurale de la nouvelle Assemblée nationale est prévue demain, mardi 21 avril 2020, à Conakry. Celle-ci se tient dans un contexte de crise sanitaire marquée par la propagation inquiétante du coronavirus dans le pays. Une situation qui met en colère le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimono. Au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, ce lundi 20 avril, l’opposant a dénoncé « l’irresponsabilité » du pouvoir guinéen, qui continue, selon lui, d’exposer les Guinéens à la maladie de Covid-19 pour des raisons purement politiques.

« Je suis profondément choqué de constater que ceux qui sont à la tête de notre pays sont capables de se comporter de façon aussi irresponsable. Nous le BL, nous avions déjà depuis le 18 mars, fait une déclaration invitant les autorités de ce pays à prendre des mesures pour protéger les Guinéens contre le coronavirus. Cette déclaration a été ignorée. On est allé à ce qu’on a appelé le double scrutin du 22 mars. Ce jour, beaucoup de guinéens ont été exposés. Parmi eux, certains sont morts, il y a d’autres qui sont à l’hôpital, d’autres contaminés par ceux qui ont été contaminés le 22 mars, ne savent même pas qu’ils sont porteurs du virus.

Alpha Condé n’est intéressé qu’à son agenda politique. C’est pourtant lui qui a pris un décret instituant l’état d’urgence sanitaire, en vertu duquel état d’urgence sanitaire nous n’allons ni à l’église, ni à la mosquée et pas à l’école. Donc, tous les lieux publics qui nécessitent le regroupement de beaucoup de personnes sont aujourd’hui fermés. En apprenant qu’il a pris un acte invitant 114 soi-disant députés avec probablement les diplomates accrédités dans notre pays à prendre part à un semblant de cérémonie, c’est encore une fois exposer des milliers de guinéens à la contamination.

C’est irresponsable, c’est condamné. Et c’est pour cette raison que j’appelle le peuple de Guinée, à respecter le mot d’ordre du FNDC, qui consiste à faire de demain une journée de ville morte. On sait que beaucoup de citoyens sont déjà confinés. C’est la meilleure chose à faire. Et ceux qui sont obligés de sortir, qu’ils s’abstiennent de sortir pour la journée de demain », a lancé le président du BL, membre du Front National pour la Défense de la Constitution.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin