Elhadj Mamadou Sylla, président du parti Union pour le Développement de la Guinée (UDG)

Comme annoncé précédemment, l’Union pour le Développement de la Guinée (UDG) a créé la surprise en décidant de participer aux élections législatives prévues pour se tenir le 16 février 2020. Le parti dirigé par le richissime homme d’affaires, Elhadj Mamadou Sylla, se démarque ainsi de ses amis de l’opposition, réunis au sein du FNDC, qui ont décidé de ne pas participer et même d’empêcher la tenue de ces élections dans les conditions actuelles. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ? Mamadou Sylla a répondu à cette question et à bien d’autres au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com ce lundi, 06 janvier 2020.

Décryptage !

Guineematin.com : pourquoi l’UDG a décidé de se démarquer de ses compagnons du FNDC pour déposer ses listes de candidatures pour les élections législatives du 16 février 2020 ?

Elhadj Mamadou Sylla : c’est vrai que je suis membre du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). Au départ, nous avons décidé de ne pas aller aux élections. Nous avons conditionné notre participation aux élections législatives. Mais, vous savez que chaque parti est indépendant, et tout parti est créé pour conquérir le pouvoir. De ce fait, j’ai convoqué une réunion du bureau exécutif le 25 décembre 2019 pour discuter de la question. Et la majorité a décidé qu’on aille aux élections. En bon démocrate, j’ai été mis en minorité et tenu d’accepter cette décision, après avoir consulté la base à tous les niveaux. Au final, la décision de la base était d’aller aux élections. Tout le monde a dit président, on va aller aux élections. Il faut le dire qu’un leader est leader que s’il y a de militants avec lui.

Guineematin.com : quels sont les arguments que les membres du bureau exécutif et les responsables à la base de votre parti ont utilisés pour vous convaincre à prendre part à ces élections ?

Elhadj Mamadou Sylla, président du parti Union pour le Développement de la Guinée (UDG)

Elhadj Mamadou Sylla : ils ont dit beaucoup de choses. Mais fondamentalement, ils ont rappelé que pour être représenté à la CENI par exemple, la loi a exigé entre autres conditions à remplir, participer aux deux dernières élections nationales. Ils m’ont rappelé que c’est à cause de cela que l’UDG n’a pas eu un délégué à la CENI. Mes collègues de l’opposition ont dit que même si j’ai participé aux deux dernières élections, mais en 2013 j’étais sur la liste du RPG quoique j’avais eu trois députés. Donc, ils m’ont rappelé tout cela, et j’ai compris.

Guineematin.com : quelle a été la réaction de votre allié de l’UFDG suite à votre décision de participer à ces élections ?

Elhadj Mamadou Sylla : il faut préciser que j’ai une alliance politique avec l’UFDG. Ce qui est différent d’une alliance électorale. L’alliance politique permet à ce qu’on discute de certaines questions, que chacun donne son point de vue par rapport aux problèmes du pays. S’il faut ou non rencontrer le président par exemple. Donc, avant de déposer la liste de mon parti, on s’est rencontrés plusieurs fois, Cellou et moi.

Guineematin.com : qu’est-ce que Cellou Dalein vous a dit quand vous lui avez fait part de votre volonté de participer à ces législatives ?

Elhadj Mamadou Sylla : il a tenté de me faire fléchir. Mais, je lui ai dit que je reste bien sûr membre de l’opposition. Cependant, je vais aux élections. Puisque c’est ça la volonté de mon parti.

Guineematin.com : à part Cellou Dalein Diallo, avez-vous discuté de la question avec d’autres responsables du FNDC ?

Elhadj Mamadou Sylla : après Cellou, j’ai invité Abdourahmane Sanoh. Il est venu ici chez moi et il m’a dit qu’il n’est pas politique. Mais il voulait qu’on ne participe pas à ces élections. Il a souhaité que j’en parle avec les leaders politiques de l’opposition.

Guineematin.com : maintenant, dites-nous comment est-ce que vous préparez ces élections législatives ?

Elhadj Mamadou Sylla : on se prépare bien. Déjà, j’ai remis le matériel de campagne aux fédéraux. De la Forêt au Fouta en passant par la Haute Guinée et la Basse Guinée, ils étaient tous ici et chacun a reçu le matériel nécessaire pour la campagne. On continue les préparatifs.

Guineematin.com : vous avez des candidats à l’uninominal mais aussi la liste nationale. Est-ce que vous avez déjà évalué vos chances de remporter des sièges au parlement ?

Elhadj Mamadou Sylla : c’est vrai, on a déposé la liste nationale et nous avons aussi misé sur quelques huit candidats uninominaux à travers tout le pays. Puisque réellement, nous voulons avoir un groupe parlementaire fort. Soit plus que 10 députés.

Guineematin.com : la CENI a fixé la caution pour la participation à ces élections à 50 millions pour les uninominaux et 200 millions de francs pour la liste nationale. Certains pensent que c’est une manière d’éliminer les moins nantis dans cette course. Quelle est votre position là-dessus ?

Elhadj Mamadou Sylla : comme vous le savez, le prix des denrées de première nécessité a augmenté, même le prix du carburant. C’est la même chose pour la devise sur le marché. Nous, nous savons qu’il ne sert à rien de faire du bruit autour de ça puisqu’ils ont fini de fixer le montant sans associer les partis politiques. Ils ont fixé le montant un vendredi et ils ont fait un communiqué radiodiffusé. Mais j’ai eu la copie ici le samedi. Personne n’a été associé. Pourtant la loi l’exige.

Guineematin.com : récemment, vous avez rencontré le président Alpha Condé. Est-ce que vous avez évoqué la question de la dette que l’Etat guinéen doit à votre société Futurelec ?

Elhadj Mamadou Sylla : je n’étais parti pour cela. On n’a pas discuté de ce sujet. J’étais parti pour autre chose. D’ailleurs, j’ai décidé de porter plainte à la Cour de la CEDEAO, après avoir épuisé tous les recours dans mon pays. Vous avez suivi avec le Béninois qui a eu raison sur son pays devant la Cour de la CEDEAO.

Guineematin.com : la plainte est-elle déjà prête ?

Elhadj Mamadou Sylla : bon, ça va se faire. La Guinée est membre de l’OHADA. Quand le problème est à la justice, le dossier suit son cours normal.

Guineematin.com : à date, vous réclamez combien à l’Etat guinéen ?

Elhadj Mamadou Sylla : pour ça, il faut voir les documents. Tout est dedans. Je ne veux pas donner des montants au hasard.

Guineematin.com : fermée depuis plusieurs semaines par les autorités guinéennes, votre radio, Continental FM, a repris ses émissions après votre rencontre avec le président de la République. Est-ce que vous avez abordé la question avec Alpha Condé ?

Elhadj Mamadou Sylla : bien sûr. Apparemment, le Président n’était bien informé, et moi je lui ai donné la vraie version. C’est pourquoi la radio a repris.

Entretien réalisé par Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin