Démission de Yéro Baldé : Saïkou Yaya salue un bon exemple à suivre

27 février 2020 à 23 11 06 02062

Honorable Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Les réactions ne se sont pas fait attendre après la démission du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Abdoulaye Yéro Baldé a démissionné ce jeudi, 27 février 2020, pour exprimer son opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com peu après l’annonce de cette démission, l’honorable Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR, a salué une décision responsable et invité les autres membres du gouvernement à suivre cet exemple.

« Ceux qui sont respectueux de certaines valeurs, qui observent ce qui se passe aujourd’hui, moralement ne peuvent pas être dans un gouvernement de ce genre et cautionner ce qui se passe. Yéro Baldé, c’est quelqu’un que j’ai connu et avec qui je me suis battu dans l’opposition ici.

Je me souviens des années 2006-2007, les grandes manifestations que nous avons organisées pour qu’il y ait plus de démocratie, plus de bonne gouvernance, plus de justice dans le pays. A mon sens, sa décision est intervenue un peu tard, il a pris du temps pour réfléchir, mais il a fait un bon choix et au bon moment pour quitter ce navire qui ne respecte pas les valeurs pour lesquelles il s’est battu pendant tant d’années.

Et, c’est dans ce sens que j’en appelle à la bonne conscience de tous ceux qui se sont battus. Qu’ils soient du RPG aujourd’hui ou dans d’autres formations politiques ou même qui n’ont jamais été dans des formations politiques mais qui sont dans ce gouvernement, qu’ils se rendent compte qu’il y a actuellement Alpha, mais il y a aussi l’après Alpha. Et, ce qui est important, c’est d’être en harmonie avec leur conscience et ne pas cautionner ce qui se passe », a déclaré l’opposant.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Démission de Yéro Baldé : « il a choisi le bon côté de l’histoire » (Ibrahima Diallo FNDC)

27 février 2020 à 22 10 28 02282

Ibrahima Diallo, chargé des Opérations du FNDC

Comme annoncé précédemment, le ministre guinéen de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a jeté l’éponge. Abdoulaye Yéro Baldé a démissionné ce jeudi, 27 février 2020, pour exprimer son opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com peu après l’annonce de cette démission, Ibrahima Diallo, coordinateur chargé des opérations du FNDC, a estimé que Yéro Baldé a choisi le bon côté de l’histoire.

« Pour nous, la démission du ministre Abdoulaye Yéro Baldé traduit à suffisance la légitimité et l’idéal du combat du FNDC. Et, nous pensons que le ministre Abdoulaye Yéro Baldé a plutôt choisi le bon côté de l’histoire. Donc, nous invitons les autres ministres à suivre les pas des ministres Cheick Sacko (ancien ministre de la Justice), Gassama Diaby (ancien ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté) et Abdoulaye Yéro Baldé (désormais ancien ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique) en démissionnant de leur fonctions de ministre.

Nous espérons que tous les autres ministres qui ont le sens du patriotisme vont suivre les pas de ces ministres qui ont démissionné, et dire la vérité à monsieur Alpha Condé de respecter la constitution et de laisser la Guinée dans une situation de paix et de sécurité », a réagi ce responsable du Front National pour la Défense de la Constitution.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Télimélé : le bureau du sous-préfet de Brouwal attaqué, le matériel électoral brûlé

27 février 2020 à 22 10 17 02172

image d’archive

Le siège de la sous-préfecture de Brouwal Sounki, dans la préfecture de Télimélé, a été la cible d’une attaque ce jeudi, 27 février 2020. Des citoyens sont allés défoncer la porte du bureau du sous-préfet pour récupérer et incendier le matériel qui était stocké sur les lieux, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

Guinée : l’armée ne doit pas interférer dans le processus électoral

27 février 2020 à 22 10 09 02092
Communiqué : Alors qu’au moins 37 personnes ont été tuées depuis octobre 2019 lors des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) en Guinée, l’appel à la mobilisation de toutes les unités de l’armée de terre par son chef d’État major risque de faire basculer le pays dans un cycle de violences et de répression incontrôlable. Étant données les violences commises par les militaires depuis des décennies dans le pays, et l’impunité dont ils ont toujours bénéficié – l’emblématique procès du 28 septembre 2009 n’a notamment toujours pas eu lieu -, la FIDH et ses organisations membres appellent le gouvernement à cantonner les forces armées dans leurs casernes et à prendre les mesures nécessaires pour endiguer les violences faites aux manifestants et cesser la répression des opposants.

Lire

Guinée : opposé à un 3ème mandat pour Alpha Condé, le ministre Yéro Baldé démissionne

27 février 2020 à 21 09 31 02312

Le ministre guinéen de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique quitte le Gouvernement. Abdoulaye Yéro Baldé a annoncé sa démission ce jeudi, 27 février 2020. Il justifie cette décision par le fait que « les valeurs pour lesquelles le RPG a lutté sont reléguées au second plan.

Les institutions et le tissu social qui constituent le socle d’une nation qui se veut fortes sont fragilisés chaque jour davantage. La sérénité dans le fonctionnement de l’Etat est mise à rude épreuve, l’environnement n’est plus favorable à la conduite des affaires de l’Etat dans l’intérêt des populations et la crédibilité de nos actes s’effrite ».

Après Gassama Diaby et Cheick Sako (ancien ministre de la Justice), Abdoulaye Yéro Baldé est le troisième ministre d’Alpha Condé à jeter l’éponge, suite à l’obstination du président de la République de Guinée à changer l’actuelle Constitution pour s’octroyer la possibilité de briguer un troisième mandat. Il quitte le navire d’Alpha Condé à trois jours des élections législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars prochain. Un double scrutin boycotté par l’opposition guinéenne, qui promet d’empêcher le vote.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628 12 43 62

Lire

Dalaba : recherché, le coordinateur préfectoral du FNDC brise le silence

27 février 2020 à 18 06 55 02552

Quelques semaines après les folles journées des violentes manifestations à Dalaba, Dr Sada Sow, coordinateur préfectoral du FNDC, est toujours introuvable. Alors que de nombreuses interpellations ont été enregistrées, Dr Sow a réussi à passer entre les mailles du filet. Dans un entretien accordé au correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture, le coordinateur préfectoral du FNDC réaffirme son engagement à continuer le combat contre le 3ème mandat et appelle à la mobilisation générale.

Lire

Rétablissement du chemin de fer de Boké

27 février 2020 à 18 06 42 02422

La Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) est heureuse d’annoncer le rétablissement du chemin de fer reliant la mine aux installations portuaires de Kamsar. Le premier train chargé vient de passer avec succès sur la partie réhabilitée, pour rallier le port, ce mercredi 26 février à 15h 25.

Lire

Droits de l’Homme, double scrutin… Dr Alya Diaby (INIDH) à Guineematin

27 février 2020 à 18 06 27 02272

Dr Alya Diaby, président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits de l’homme

Le président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Homme (INIDH) vient de réagir face à l’actualité sociopolitique de notre pays. Dans une interview qu’il a accordée à un reporter de Guineematin.com, Dr Alya Diaby s’est exprimé sur les nombreux cas de tueries et les exactions commises sur les citoyens par les forces de l’ordre en Guinée.

Lire

Manifs anti-3ème mandat en Guinée : situation toujours tendue à Wanindara

27 février 2020 à 17 05 41 02412

Comme annoncé précédemment, la situation est très tendue ce jeudi, 27 février 2020, au quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma. Les affrontements qui ont commencé dans la matinée entre des jeunes manifestants et les forces de l’ordre, se sont poursuivis dans l’après-midi, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Lire

SMB-WINNING : plus de 5 milliards pour indemniser les communautés de Katounou, Malapouya et Daramagnaky

27 février 2020 à 17 05 28 02282

Le Consortium SMB-Winning a de nouveau procédé jeudi, à Dapilon (Kolaboui), au payement d’un montant total de cinq milliards sept-cents trente-quatre millions soixante-dix-huit mille trente francs guinéens (5.734.078.030 GNF) pour indemniser 49 personnes vivant dans le secteur Katounou, district Sogoboly, sous-préfecture de Kolaboui ainsi que 87 personnes de 17 villages relevant des communes rurales (CR) de Malapouya (Boké) et de Daramagnaky (Télimélé).

Lire

Boké en colère : routes barricadées, pneus brûlés sur la chaussée

27 février 2020 à 17 05 01 02012

La cité minière de Boké est sous tension. Dans l’après-midi de ce jeudi, 27 février 2020, des jeunes en colère ont pris d’assaut les rues de la ville pour ériger des barricades et brûler des pneus sur la chaussée. La ville est complètement paralysée et les forces de l’ordre peinent encore à venir à bout des manifestants, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Lire

Manifs du FNDC : affrontements entre manifestants et forces de l’ordre à Hamdallaye

27 février 2020 à 16 04 35 02352

Image d’archive

Des accrochages ont éclaté dans l’après-midi de ce jeudi, 27 février 2020, entre des jeunes manifestants pro FNDC et des agents des forces de l’ordre à Hamdallaye Kabalaya, dans la commune de Ratoma. Les échauffourées ont duré plusieurs minutes sans faire de morts ni de blessés graves, rapporte un reporter de Guineematin.com qui est sur place.

Depuis le matin, la situation était calme à Hamdallaye, fief de l’opposition guinéenne et un des quartiers chauds de la commune de Ratoma. Mais les choses ont dégénéré dans l’après-midi. Choqués par les patrouilles que les agents des forces de l’ordre mènent constamment dans le long de la route le Prince, plusieurs jeunes de la localité de Hamdallaye Kabalaya ont décidé d’affronter des policiers qui tentaient d’empêcher tout regroupement au bord de la route.

Après un long échange de jets de pierres et du gaz lacrymogène, les manifestants ont pris le dessus sur les policiers. Les agents de sécurité ont dû rebrousser chemin pour aller chercher du renfort. D’autres équipes de policiers et de gendarmes sont venues leur prêter main forte. Ce qui a permis de repousser les jeunes dans les profondeurs du quartier. On a noté aucun cas de mort ni de blessé grave dans ces affrontements.

Pour l’heure, le calme est revenu dans la zone mais la tension est toujours palpable. La circulation est inexistante et toutes les autres activités sont à l’arrêt entre Koloma et Hamdallaye.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com
Tel: 622919225 / 666919225

Lire

Ousmane Gaoual attaqué à Tormélin : « nos agresseurs étaient dans le domicile familial de Makhissa »

27 février 2020 à 15 03 44 02442

En mission du Front National pour la Défense de la Constitution dans la ville de Fria, le cortège du député Ousmane Gaoual Diallo a été la cible d’une attaque ce jeudi 27 février 2020. L’incident s’est produit dans la sous-préfecture de Tormélin, à mi-chemin entre Fia et Tanènè, avec des dégâts matériels importants, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Après le cortège de Dr Faya Millimouno et Cie à Kissidougou, en Région Forestière le mercredi, 19 février dernier, c’est autour du député Ousmane Gaoual Diallo d’être victime d’une attaque. Les faits se sont produits au niveau de Tormélin, dans la préfecture de Fria, en Basse Guinée, village natal de Makhissa Camara, Directeur National des Impôts.

Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com Ousmane Gaoual Diallo a dit s’en être sorti indemne grâce à l’intervention des nombreux jeunes qui l’accompagnaient. « Je revenais de la ville de Fria pour une mission de sensibilisation au compte du FNDC. Après mon meeting qui a bien réussi, nous sommes venus jusqu’à la hauteur de la maison du Direction National des Impôts, Aboubacar Makhissa Camara. Des jeunes ont pris à partie le cortège dans lequel j’étais. Il a fallu la résistance des jeunes qui étaient avec moi, notamment la sécurité, pour éviter le pire. »

Le député accuse le Directeur National des Impôts, Aboubacar Makhissa Camara, d’être derrière l’attaque qui a visé son cortège. « C’est Aboubacar Makhissa Camara qui est à l’origine de l’attaque. Je pèse bien mes mots. Nos agresseurs étaient dans le domicile familial de Makhissa, situé au bord de la route. Ils étaient dans sa maison en chantier. D’abord, ils ont amené un minibus qui nous a croisés sur le chemin. Celui-ci transportait des gens qui détenaient des bouteilles d’essence et autres mais, il n’y a pas eu d’altercation à ce niveau. Nous avons continué notre chemin et c’est quand on est arrivé à la hauteur de la maison en chantier de Makhissa que les gens ont fait irruption sur la route pour attaquer le cortège à l’aide des pierres. »

Le responsable de la communication de l’UFDG a fait savoir certains de ses compagnons ont été blessés. « A présent, nous nous ne sommes plus là-bas. Nous avons réussi à passer. Au cours de l’attaque, certains parmi nous, ceux qui étaient sur les toits des véhicules, ont reçu quelques projectiles et ils sont tombés à terre. Il y a eu également des dégâts matériels enregistrés », conclu Ousmane Gaoual Diallo.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Manifs du FNDC : affrontements entre jeunes et policiers à Baïlobaya (Dubréka)

27 février 2020 à 14 02 40 02402

L’appel à de nouvelles manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) à partir de ce jeudi, 27 février 2020, à travers la Guinée a entraîné une paralysie des activités dans certains fiefs de l’opposition. C’est le cas sur l’axe Cimenterie-Baïlobaya, relevant de Dubréka, où des affrontements on eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Manifs contre un 3ème mandat en Guinée : les activités paralysées à Madina

27 février 2020 à 14 02 11 02112

A quelques jours du contesté scrutin législatif et référendaire du 1er mars, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ne désarme pas et appelle à la mobilisation générale. L’appel à manifester de ce jeudi, 27 février 2020, a entrainé une relative paralysie des activités commerciales et de la circulation au grand marché de Madina, dans la commune de Matam, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le FNDC n’entend pas reculer devant la volonté d’Alpha Condé de doter la Guinée d’une nouvelle constitution, qui lui ouvrirait la voie à un 3ème mandat. Les manifestations se poursuivent dans certaines parties du pays, à l’image de ce jeudi 27 février. Le marché de Madina n’échappe pas à cette réalité où les activités ont tourné au ralenti au grand dam des citoyens.

Abdoulaye Bah, vendeur de chaussures à Madina, se plaint de ces manifestations récurrentes du FNDC. « Les manifestations du FNDC paralysent les activités commerciales à Madina. En ce sens que pendant ces journées, on ne peut qu’avoir deux à trois clients. Et ça ne nous arrange pas du tout. Ce que je voudrais dire aux leaders du FNDC, il faut qu’ils allègent leur manière de manifester. Il faut qu’ils revoient encore leur stratégie de protestation contre un éventuel 3ème mandat d’Alpha Condé. Il faut qu’ils sachent encore que le guinéen vit du quotidien ».

Pour Aboubacar Moussa Barry, marchands de produits cosmétiques, le combat du FNDC est noble mérite d’être appuyé. « Pour moi, ces manifestations du FNDC ne me dérangent pas malgré qu’elles causent la paralysie de nos activités. Il faut le dire, ce combat mené par le FNDC est une manière de sauver notre jeune démocratie qui veut être dévorée par Alpha Condé et ses arrivistes du gouvernement. Donc, ce combat de ces leaders est noble pour moi parce que je ne serai pas prêt pour qu’Alpha Condé brigue un 3ème mandat. Nous sommes prêts à empêcher la tenue des élections prévues le 1er mars 2020 ».

Par contre, Ibrahima Biro Kourouma, vendeur de friperie à Madina, soutient que le FNDC est entrain de fatiguer les guinéens pour un combat voué à l’échec. « Ces protestations des leaders du FNDC ne me s’intéressent pas parce que pour moi, c’est une manière de fatiguer nous les guinéens. Il faudrait qu’ils sachent une seule chose, le pouvoir, c’est Dieu qui le donne. Donc, tant qu’Alpha Condé a envie de briguer plusieurs mandats en Guinée, il le fera sans un problème parce qu’il a la bénédiction de Dieu et nous le souhaitons avec toutes nos forces. Nous n’avons pas peur de ces manifestations de feu de paille du FNDC. Ils sont trop petits dans cette affaire-là. Pour finir, je m’en vais vous dire qu’on en a marre de ces pagailles organisées par ces rebelles du FNDC ».

Même son de cloche chez Amadou Touré, vendeur de chaussures, qui tacle le FNDC. « Je n’ai rien compris dans cette affaire des marches pacifiques du FNDC, ayant pour prétexte de protester contre un éventuel 3ème mandat d’Alpha Condé ou pour empêcher la tenue du couplage des élections prévues le 1er mars. Je m’en vais leur dire qu’ils n’ont aucune force de braver un président qui est démocratiquement élu. Ça ne sera pas possible. Il est temps pour eux de rejoindre immédiatement le camp de la mouvance présidentielle. Nous n’accepterons pas que des individus malintentionnés viennent brûler la Guinée ».

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tél: 661 74 99 64

Lire

Manifestations du FNDC : notre constat à Kaloum

27 février 2020 à 13 01 47 02472

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) est dans la dernière ligne droite dans son combat contre le projet de nouvelle constitution et des élections législatives. À quelques jours de la tenue de ce double scrutin (le 1er mars prochain), cette entité qui regroupe l’essentiel de la société civile et les partis politiques d’opposition en Guinée a appelé les guinéens à une grandiose manifestation ce jeudi, 27 février 2020.

Lire

Manifs contre un 3ème mandat en Guinée : la circulation fluide sur l’axe Matoto-Aéroport

27 février 2020 à 13 01 26 02262

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) appelle ses partisans à manifester encore une fois contre le pouvoir d’Alpha Condé qui veut doter le pays d’une nouvelle Constitution. Les activités ne sont que partiellement paralysées sur l’Autoroute Fidel Castro, notamment entre l’Aéroport et le grand marché de Matoto, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A Matoto marché, les grandes boutiques et les magasins sont tous fermés. Mais, certains étalagistes et quelques petits commerçants sont visibles le long de la route. Les vendeuses de condiments et denrées alimentaires sont les plus nombreuses même si la clientèle ne se bouscule pas devant les étales. Les banques et assurances sont fermées mais les stations-services sont ouvertes.

La circulation est fluide sur l’axe Matoto-Aéroport en passant par la Tannerie. Ce n’est pas l’engouement habituel qui prévaut.

A l’Aéroport, quelques agences de transfert d’argent, les restaurants, les salons de coiffure et de couture sont également ouverts. Les citoyens vaquent à leurs occupations. Les cambistes sont à leur place habituelle et attendent impatiemment des clients qui se font désirer.

Des pick-up de la police et de la gendarmerie sont déployés à chaque carrefour pour veiller au grain.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Manifs du FNDC : des échauffourées signalées à Wanindara et Sonfonia

27 février 2020 à 13 01 13 02132

Le nouvel appel à manifester lancé par le FNDC fait des effets ce jeudi, 27 février 2020, à Conakry. Des émeutes sont signalées à plusieurs endroits de la route le Prince, relevant des quartiers Wanindara et Sonfonia, dans la commune de Ratoma. Des accrochages ont opposé les manifestants aux forces de l’ordre, a constaté un reporter de Guineematin.com qui a sillonné ces localités.

Comme d’habitude, les émeutes ont éclaté à Manguébounyi et au carrefour de la T8, dans le quartier Sonfonia, ainsi qu’à plusieurs endroits du quartier Wanindara. Des jeunes pro FNDC sont sortis ériger des barricades et brûler des pneus sur la chaussée, coupant complètement la circulation entre la Cimenterie et Sonfonia et entre Sonfonia et Enco 5. Ils expriment ainsi leur opposition à la tenue des élections législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars prochain.

Des affrontements les ont opposés aux forces de l’ordre, qui sont intervenues pour tenter de les disperser. Partout, les manifestants, scandant des slogans comme « Alpha Condé zéro », ont échangé des jets de pierres et du gaz lacrymogène pendant plusieurs minutes. Après avoir repoussé les jeunes dans les quartiers, les agents de sécurité font des patrouilles dans la zone pour empêcher tout attroupement.

La situation reste très tendue de Wanindara jusqu’à la Cimenterie, où toutes les activités sont complètement paralysées.

 

A suivre !

Mohamed DORÉ pour Guineematin.com

Lire

Manifs du FNDC : ce qui prévaut entre Cosa et Hamdallaye

27 février 2020 à 12 12 27 02272

Comme annoncé précédemment, le front national pour la défense de la constitution (FNDC) a entamé ce jeudi, 27 février 2020, de nouvelles manifestations dans le cadre de sa « résistance active » contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Une résistance qui paralyse la circulation et les activités économiques dans plusieurs endroits de la capitale guinéenne.

Lire