Affaire 3èma mandat : « il n’y aura pas de vote en Basse Guinée, en Moyenne Guinée et en Guinée Forestière…»

22 février 2020 à 23 11 15 02152

La coordination de la Basse Côte, dirigée par le Kountigui, Elhadj Sékhouna Soumah, a conféré ce samedi, 22 février 2020, à Tanènè Bouramaya, dans la préfecture de Dubréka, avec la Coordination Nationale Haali Pular et des Foulbhé de Guinée et des représentants de la Diaspora Forestière. A l’unanimité et à travers une déclaration, les trois entités ont réaffirmé leur opposition à la tenue du vote du 1er mars dans notre pays, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Séquestration des responsables de l’UFDG à Mamou : pourtant, « le meeting était autorisé »

22 février 2020 à 23 11 03 02032

Kalémodou Yansané, vice-président de l’UFDG

Comme annoncé précédemment, plusieurs responsables de l’UFDG (dont le vice-président, Dr Fodé Oussou Fofana) ont été séquestrés ce samedi, 22 février 2020, à Mamou par la sécurité. Pendant plusieurs heures, ces cadres de la principale formation politique d’opposition en Guinée ont été contraints à se cloîtrer à l’hôtel « Relais Baly’s de Mamou », alors que le meeting qu’il voulait animer avait été autorisé, apprend-on.

Lire

Tueries de manifestants, arrestations ciblées en Guinée : l’UFR va continuer la « résistance active »

22 février 2020 à 22 10 46 02462

L’union des forces républicaines a tenu ce samedi, 22 février 2020, son assemblée générale hebdomadaire. Au cours de cette rencontre politique, les responsables du parti ont appelé leurs militants à redynamiser la « résistance active et citoyenne » du FNCD (front national pour la défense de la constitution) contre le changement de la constitution en faveur d’un éventuel 3è mandat pour Alpha Condé.

Lire

Aboubacar Soumah menace : « nous allons descendre dans la rue si… »

22 février 2020 à 22 10 31 02312

Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG

Malgré le refus du gouvernement de négocier avec lui et les multiples menaces proférées à l’encontre des enseignants grévistes, le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah ne lâche pas du lest. L’organisation syndicale a convié ses membres à une nouvelle assemblée générale ce samedi, 22 février 2020, à son siège national, à Conakry. Une occasion mise à profit par Aboubacar Soumah pour galvaniser la troupe et menacer de passer « à l’extrême », a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Le PADES répond à Alpha Condé : « quand on aime son pays… »

22 février 2020 à 22 10 24 02242

La classe politique guinéenne est indignée suite aux propos tenus par le président Alpha Condé lors de sa tournée en Haute Guinée. Au Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES), Mohamed Kaba trouve dangereux d’appeler à la violence, surtout de la part du président de la République qui devrait plutôt se battre pour le développement de le Guinée. Le coordinateur administratif du parti l’a dit à l’occasion de l’assemblée générale tenue ce samedi, 22 février 2020, à Nongo, dans la commune de Ratoma, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Biro Soumah sur le référendum : « mobilisons nous pour l’empêcher… »

22 février 2020 à 22 10 19 02192

La sortie du président Alpha Condé à Faranah, demandant de frapper toute personne qui tenterait d’empêcher les contestées législatives et le référendum, passe mal dans les rangs des partis de l’opposition. Aboubacar Biro Soumah, président du Parti pour Progrès et le Changement (PPC), s’est dit choqué par de tels propos qui ne sont qu’une incitation à la violence. Il l’a dit à l’occasion de l’assemblée générale de son parti, tenue ce samedi, 22 février 2020, à son siège à Hamdallaye Pharmacie, dans la commune de Ratoma, a constaté sur place Guineemtin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Le PUP n’empêchera pas le vote du 1er mars : « quand on ne participe pas… on reste tranquille »

22 février 2020 à 22 10 00 02002

Alors que la Guinée s’achemine vers la tenue des contestées élections législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars, certaines formations politiques de l’opposition invitent leurs militants à ne pas y prendre part. C’est le cas du Parti de l’Unité et du Progrès (PUP) qui invite ses partisans à rester à la maison le jour du vote pour protester contre la façon dont le processus a été conduit. L’annonce a été faire de samedi 22 février 2020, à l’occasion de l’assemblée générale du parti, à son siège à Cameroun, dans la commune de Dixinn, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Attaque contre l’ambassade de Guinée en Sierra Léone : un mort et des cartes d’électeurs détruites

22 février 2020 à 19 07 32 02322

L’ambassade de Guinée en Sierra Leone attaquée par des manifestants

L’information a été donnée par le ministère guinéen des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger. L’ambassade de Guinée en Sierra Léone a été attaquée ce samedi, 22 février 2020, par « des militants de l’opposition » guinéenne. Un manifestant a été tué et des cartes d’électeurs détruites, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Le département précise que la victime a été prise « pour un voleur par les populations environnantes », ajoutant qu’un policier Sierra-léonais a aussi été battu par les manifestants. « Mais son état de santé reste stable selon nos informations ». Le ministère guinéen des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger souligne également « la destruction d’une trentaine de cartes d’électeurs par les manifestants ».

Le département, dirigé par Mamadi Touré, indique que la Chancellerie est actuellement sous haute surveillance et que les autorités sierra léonaises annoncent l’ouverture d’une enquête dans les heures qui suivent pour identifier les auteurs de cette attaque.

Cette attaque intervient à moins de 10 jours du double scrutin (élections législatives et référendum constitution » du 1er mars 2020, qui se prépare dans un contexte de tensions en Guinée. Les principaux partis d’opposition du pays et les activistes de la société civile membres du FNDC, promettent d’empêcher la tenue de ces élections.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Mamou : grâce aux religieux, les responsables de l’UFDG recouvrent leur liberté

22 février 2020 à 18 06 48 02482

Rencontre entre les leaders religieux de Mamou et la délégation de l’UFDG

Il a fallu l’intervention des autorités religieuses de Mamou pour décrisper la situation qui commençait à prendre une allure inquiétante. Ces sages ont réussi à obtenir la levée du confinement des responsables de l’UFDG qui étaient bloqués dans leur hôtel depuis le matin. Toutefois, le meeting des opposants qui était prévu ce samedi, 22 février 2020, dans la ville carrefour, a été reporté, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

La situation était déjà explosive dans la ville lorsque les religieux sont venus à la rescousse. Juste après l’annonce de la « séquestration » de la délégation de l’UFDG, conduite par Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président du principal parti d’opposition du pays, à l’hôtel de Relais Baly’s, un mouvement de colère a éclaté dans la ville carrefour. Dans plusieurs de quartiers, des jeunes sont descendus dans la rue pour ériger des barricades et brûler des pneus ainsi que des ordures sur la chaussée.

C’est ainsi que les autorités religieuses, en leur tête l’inspecteur régional des Affaires religieuses, Elhadj Amadou Kolon Barry, ont décidé de s’impliquer pour éviter que les choses ne se compliquent davantage. Leur médiation a permis la levée du confinement des opposants, qui ont réussi enfin à sortir de leur hôtel. Les religieux ont rencontré aussi les membres de la délégation de l’UFDG pour leur demander de reporter à la semaine prochaine, le meeting qu’ils prévoyaient de tenir ce samedi dans la ville.

A noter que le président Alpha Condé est attendu demain, dimanche, à Mamou. En campagne depuis quelques jours à l’intérieur du pays, le chef de l’Etat va animer un meeting dans la ville carrefour pour inviter les populations locales à se rendre massivement aux urnes le 1er mars prochain et à voter dans le calme. Un double scrutin (élections législatives et référendum constitutionnel) dont l’opposition promet d’empêcher la tenue. C’est d’ailleurs ce qui expliquerait le confinement des responsables de l’UFDG pour les empêcher de tenir leur meeting avant l’arrivée d’Alpha Condé.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 62812 43 62

Lire

Les prédictions du RPG sur le référendum : « le OUI l’emportera à 100 pour 100 »

22 février 2020 à 17 05 06 02062

Le RPG arc-en-ciel a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 22 février 2020, à son siège national à Gbéssia. Et, au cours de cette rencontre politique, Bangaly Camara a réitéré la détermination du parti au pouvoir d’aller aux élections législatives et au référendum constitutionnel dont il prédit l’approbation populaire à cent pour cent. Cet ancien maire de la ville de Kankan a mis en garde l’opposition contre toute action visant à mettre en cause le bon déroulement de ce scrutin, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au siège du RPG arc-en-ciel.

Lire

L’UFDG répond à Alpha Condé : « on va chicoter ceux qui violent la loi »

22 février 2020 à 16 04 39 02392

Les dernières sorties du président Alpha Condé, qui invite à la bagarre, continuent d’alimenter la chronique et de susciter diverses réactions. A l’occasion de l’assemblée générale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de ce samedi, 22 février 2020, Kalémodou Yansané a dénoncé les propos tenus par le président Alpha Condé à l’occasion de sa tournée dans certaines préfectures du pays. Le député a également regretté le fait que Soronkoni soit transformé en camp de tortures, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

En tournée dans le pays profond, le président Alpha Condé invite ses partisans à « frapper » ceux qui vont essayer d’empêcher la tenue des législatives et du référendum du 1er mars 2020. En réponse à ces propos, Kalémodou Yansané, qui a présidé l’assemblée générale de l’UFDG de ce samedi, a demandé à ses militants à se tenir prêt. « Le président Alpha Condé est en tournée de campagne du RPG en Haute Guinée. Il est le président du RPG, il est le militant du RPG. Ceci, contrairement au serment qu’il a prêté devant le peuple de Guinée, qu’il jure de défendre la constitution et de la faire respecter. Il a violé son serment. Il a dit que s’il viole son serment, que la rigueur de la loi le frappe. Eh bien, c’est la rigueur du peuple qui va le frapper… Les premiers discours de ce monsieur, c’était à Kindia. Il a dit, ces gens-là, ce sont des tortues, il faut mettre le feu dans le derrière. Ce n’est pas une parole propre dans la bouche d’un président. Il est allé plus loin en invitant les Guinéens à l’affrontement. Et aujourd’hui, il demande de chicoter les gens. Alors, tout le monde doit sortir le 1er mars. Si on doit chicoter, on va chicoter tout le monde, y compris ceux qui violent la loi. Tout le monde doit être chicoté », a martelé le vice-président chargé des questions économiques de l’UFDG.

Par ailleurs, Kalémodou Yansané a regretté le fait qu’Alpha Condé ramène la Guinée en arrière avec des comportements dignes de la dictature des années 1970. « On a estimé qu’Alpha Condé est le premier universitaire président en Guinée. Nous sommes surpris de constater qu’Alpha Condé est encore dans les années 1970, une période où il n’y avait que la pensée unique, la dictature, les camps de déportation, comme il en a créé à Soronkoni ».

Kalémodou Yansané, vice-président de l’UFDG

Aujourd’hui, le camp de Soronkoni est sur toutes les lèvres où le régime Alpha Condé est accusé d’infliger des tortures à des guinéens, notamment opposés au 3ème mandat. Kalémodou Yansané se dit peiné devant ce drame. « Soronkoni est une cité qui avait été construite à l’occasion du projet de construction de la route Kouroussa-Kankan et le pont sur le Niger à Koumana.

Nous avons construit une cité avec une quarantaine de villas et après le projet, le président Cellou Dalein m’a demandé qu’au lieu de démanteler les maisons, de les donner à la région de Kankan pour que le village Soronkoni déménage dans ces villas. Nous sommes peinés de constater aujourd’hui que notre cité, la cité des Travaux Publics, est transformée en camp Boiro en Haute Guinée. C’est regrettable… Transformer la cité des Travaux Publics en camp de déportation nous peine aujourd’hui », a-t-il laissé entendre.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Kindia : l’UFDG dépose la liste de ses conseils de quartiers et de districts pour leur installation

22 février 2020 à 16 04 22 02222

L’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), à travers ses deux fédérations de Kindia, s’active à l’implantation de 4100 conseils des quartiers et des districts à travers le pays. C’est dans ce cadre que le principal parti de l’opposition, à travers ses deux fédérations de Kindia, a déposé à la mairie la liste nominative des présidents des conseils de quartiers et de districts en vue de leur installation. L’annonce a été faite hier, vendredi 21 février 2020, au siège local du parti, au quartier Abattoir 2, dans la commune urbaine, rapporte un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Cette volonté de l’UFDG d’installer les conseils de quartiers et de districts dans les localités où elle a gagné les élections communales du 04 février 2018 fait suite à l’arrêt de la Cour Suprême en date du 26 /12/2019. La délégation de l’UFDG qui a déposé la liste était conduite par Ismaila Forécariah Camara, secrétaire administratif de la fédération de l’UFGD Kindia 1.

« Conformément à l’arrêt de la cour suprême, les deux fédérations de Kindia m’ont donné la lourde charge de conduire une délégation pour aller à la commune urbaine de Kindia déposer la liste nominative des futurs chefs de quartiers et districts dans lesquels l’UFDG a gagné. Donc, c’est dans ce sens que ma délégation et moi, nous sommes allés à la commune et on a déposé la liste. Cela s’est très bien passé. L’enveloppe a été consignée comme étant reçue par le secrétaire », a fait savoir Ismaila Forécariah Camara.

Pour sa part, Aliou Camara, secrétaire fédéral de l’UFDG à Kindia 1, est revenu en détails sur les péripéties qui entourent la mise en place des conseils de quartiers et de districts. « C’est suite aux résultats des élections communales et communautaires du 04 février 2018 que nous sommes partis dans les quartiers, parce que la Cour Suprême avait statué sur le contentieux électoral que l’UFDG avait gagné dans beaucoup de quartiers. Donc, c’est par rapport à ces résultats-là que nous avons gagné 14 quartiers et 4 districts.

Donc, nous avons parcouru tous ces quartiers où nous avons gagné et les responsables de l’UFGD, en connivence avec les militants, nous avons fait un choix dans chaque quartier où nous avons gagné. C’est à travers cela que nous avons eu un travail confiné avec tous les militants à la base .Il va s’en dire que le pouvoir actuel en avait peur .Il y a eu des endroits où nous avons été menacés. Ça, il faut l’avouer. Il ya eu des gendarmes et des policiers qui sont venus nous menacer, notamment pour nous dire pourquoi nous sommes venus à ce niveau là. C’est fort de l’arrêt de la Cour Suprême que nous avons choisi et c’est par rapport à ce choix que nous avons fait déposer aujourd’hui cette liste au niveau de la commune urbaine de Kindia. »

De son côté, Ibrahima Baldé, secrétaire fédéral de l’UFGD Kindia 2, a invité la mairie à agir avec diligence pour installer les chefs de quartiers. « Nous attendons quelques temps pour voir effectivement si la mairie va entériner pour qu’on puisse installer ces chefs de quartiers comme cela se doit .Dans le cas contraire, nous ferons nous-mêmes l’installation de ces chefs de quartiers », prévient-il.

Mohamed Diané, désigné par l’UFDG comme futur président du conseil de quartier de Wondima, a dit sa joie pour la confiance placée en lui pour diriger ce quartier. « On a un sentiment de satisfaction et de joie par rapport à la confiance et le choix que l’UFDG a placé en notre personne pour diriger désormais notre quartier Wondima, commune urbaine de Kindia pour un mandat de 5 ans. C’est ce qui fait la valeur de la politique et c’est qui fait l’importance de la démocratie. Nous sommes nombreux à être choisis pour diriger les quartiers de Kindia. Notre mission sera le développement à la base. Donc, le premier travail, c’est d’abord la réconciliation et instaurer la paix afin de promouvoir la cohésion sociale dans nos localités respectives.»

Il faut toutefois noter que cette réclamation du principal parti d’opposition du pays a peu de chances de prospérer. Car, les autorités guinéennes refusent catégoriquement d’installer les conseils de quartiers, de districts et ceux régionaux, élus à l’issue à l’issue des élections communales du 04 février 2018, dans tout le pays. Même l’arrêt de la Cour Suprême, demandant au gouvernement d’installer ces élus locaux n’a pas eu une oreille attentive au sein du pouvoir de Conakry.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628516796

Lire

Alpha Condé invite Siguiri au référendum : « ne me faites pas honnir le 1er mars »

22 février 2020 à 15 03 54 02542

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a été accueilli par une marée jaune ce samedi, 22 février 2020, dans la ville de Siguiri. C’est la place des martyrs qui a servi de cadre à la réception où le président la République a axé son discours sur le contesté référendum constitutionnel et la remise du chèque du FODEL (Fonds de Développement Economique Local) pour les communautés, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le président Alpha Condé poursuit sont périple en Haute Guinée à la rencontre des populations, notamment pour la promotion de la nouvelle constitution. Dans son intervention, le chef de l’Etat a demandé aux militants du RPG de retirer leurs cartes et de voter massivement le 1er mars prochain pour le référendum constitutionnel. « Avez-vous retiré vos cartes ? Retirez-les ! Retirez-les! Sortir pour me réceptionner, c’est bien. Mais, retirez les cartes, vérifiez dans les villages les plus reculés s’ils ont pris leurs cartes. Ce référendum est très important, si Siguiri est la capitale du RPG, montez-le le jour du vote. Quand tu dis la nuit que tu es beau, le matin on le saura. Le 1er mars aussi, on saura… Donc, retirez les cartes. Ne me faites pas honnir le 1er mars ».

Par ailleurs, Alpha Condé a invité les citoyens de Siguiri à ne pas se laisser manipuler car la nouvelle constitution est faite pour eux. « Je vous remercie comme toujours pour votre mobilisation. Siguiri ne changera jamais. N’acceptez pas que les gens viennent créer la pagaille ici, qu’ils viennent raconter du n’importe quoi. Cette constitution est pour les femmes, la parité entre hommes et femmes, l’interdiction du mariage jusqu’à 18 ans, l’interdiction de la mutilation génitale féminine, aussi un fond alloué au développement de la jeunesse, ensuite pour les personnes âgées et les handicapées… »

Pour ce qui est des cadres qui ont servi le parti, Alpha Condé a annoncé un geste en leur faveur. « Le RPG n’est pas un parti d’ingrats. Nous allons recenser les gens qui ont souffert dans ce parti et leur venir au secours ».

En outre, le président de la République a remis le chèque du FODEL (Fonds de Développement Economique Local) au maire de la commune urbaine, Elhadj Koumba Sékou Magassouba. Il a ensuite précisé que « le FODEL n’est pas pour le maire ni pour le préfet. C’est pour la communauté. »

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire

Fin de la psychose : « il n’y a pas de Coronavirus à Kamsar »

22 février 2020 à 15 03 44 02442

Lieutenant-colonel Jean Felix Bangoura, sous-préfet de Kamsar

C’est un ouf de soulagement pour les habitants de la sous-préfecture de Kamsar, dans la préfecture de Boké. L’indonésien mort à l’hôpital de la ville et qui avait suscité peur et méfiance, n’est pas décédé du Coronavirus.

Lire

Mamou : mouvements de colère dans la rue suite à la séquestration des responsables de l’UFDG

22 février 2020 à 15 03 01 02012

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, des responsables de l’UFDG ont été séquestrés ce samedi, 22 février 2020, à l’hôtel Relais Balys de Mamou. Cette situation a entraîné des mouvements de colère dans les rues de la ville, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les réactions n’ont pas tardé suite à l’annonce de la séquestration de Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, et d’autres députés du principal parti d’opposition du pays. Les militants de la formation politique, qui s’apprêtaient à aller au meeting organisé par l’UFDG dans la ville, sont sortis pour protester contre cette décision des autorités.

Dans les quartiers réputés chauds de Mamou, comme Pétel ou au carrefour Sabou, des jeunes ont brûlé des pneus sur la chaussée pour exprimer leur colère face à la séquestration de leurs leaders. A côté de la Boucherie également, des jeunes ont brûlé des ordures sur la chaussée.

Les forces de défense et de sécurité sont visibles sur la route commerciale, où boutiques et magasins sont complètement fermés. Les banques et les gares routières sont également affectées par cette atmosphère tendue. Les gendarmes et policiers, renforcés par les bérets rouges, sont postés à plusieurs endroits de la ville.

A suivre !

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel: 625698919/657343939

Lire

Cas suspect de Coronavirus : l’hôpital de Kamsar mis en quarantaine

22 février 2020 à 14 02 36 02362

Pas d’entrée ni de sortie ce samedi, 22 février 2020, à l’hôpital de Kamsar, dans la préfecture de Boké. L’établissement hospitalier a été mis en quarantaine suite au décès d’un ressortissant indonésien sur les lieux. Des agents de sécurité et de la protection civile quadrillent la zone.

Pour l’instant, on ne sait pas s’il s’agit d’un cas de Coronavirus ou pas, mais les autorités guinéennes ne veulent prendre aucun risque face à cette épidémie qui fait des ravages en Chine et dans beaucoup d’autres pays d’Asie de l’Est et du Sud-est.

« Contrairement à ce que les gens disent, celui qui est décédé est un indonésien, ce n’est pas un chinois. Mais on a déjà fait des prélèvements sur le corps et les examens sont en train de se faire en ce moment. Nous avons dit à tout le monde qu’il n’y a pas d’entrée ni de sortie dans l’hôpital, en attendant de voir quelque chose de clair », a déclaré le lieutenant-colonel Jean Felix Bangoura, le sous-préfet Kamsar que nous avons joint au téléphone.

Nous y reviendrons !

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Lire

Enlèvement d’Abdoulaye Diallo : sa famille inquiète

22 février 2020 à 14 02 01 02012

Abdoulaye Diallo, un jeune conducteur de taxi moto de 19 ans, est porté disparu depuis bientôt deux semaines. Selon un membre de sa famille qui s’est confié à Guineematin.com, le jeune homme a été « kidnappé » le 11 février 2020, à Kaloum (Conakry).

Lire

Réception d’Alpha Condé à Siguiri : les écoles et les commerces fermés

22 février 2020 à 13 01 05 02052

Le président Alpha Condé poursuit sa tournée en Haute Guinée et en Forêt à cette période de promotion du contesté projet de nouvelle Constitution et des législatives tout aussi décriées du 1er mars 2020. Le chef de l’Etat est attendu dans la ville de Siguiri ce samedi, 22 février 2020. Déjà, les écoles et les commerces sont fermés sur ordre des autorités, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les écoles et les marchés sont fermés ce samedi à Siguiri sur injonction des autorités qui veulent que tout le monde se mobilise pour accueillir le président Alpha Condé. Cette situation n’est pas nouvelle d’autant plus qu’il en toujours été comme ça à l’occasion de chaque visite présidentielle.

Cette fermeture des écoles et des commerces, certains citoyens disent l’avoir fait à contrecœur et ne sont pas motivés par cette réception. C’est le cas de Sékou Condé, habitant de la commune urbaine : « ils m’ont obligé à fermer ma boutique. Mais, je préfère rester chez moi pour faire le thé. On en a marre dans ce pays. Nous sommes dans un régime colonial, pas démocratique », martèle-t-il.

Il est signaler que le président Alpha Condé est attendu ce samedi à Siguiri pour, entre-autres, la remise du chèque du FODEL (Fonds pour le Développement Economique Local) aux communautés.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire

Cimenterie : un incendie ravage plusieurs boutiques et leur contenu

22 février 2020 à 12 12 45 02452

Un incendie d’origine inconnue a ravagé des boutiques et des magasins à quelques pas du carrefour de la Cimenterie, relevant de la préfecture de Dubréka, dans la nuit du vendredi 21 février 2020, au samedi 22 février 2020. Le sinistré n’a pas causé de pertes en vie humaine mais d’importantes pertes matérielles ont été enregistrées par les victimes, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Kaporo : des jeunes manifestent dans la rue suite à un accident mortel

22 février 2020 à 11 11 36 02362

Un accident de la circulation, survenu ce samedi 22 février 2020, aux environs de 6 heures, a fait trois (3) morts et un blessé au quartier Kaporo, dans la commune de Ratoma. Le drame a suscité la colère des jeunes du quartier qui ont érigé des barricades, provoquant des accrochages avec les forces de l’ordre, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon des informations recueillies sur place, les trois victimes sont des femmes qui revenaient de la mosquée pour la prière de l’aube. C’est ce qu’a confié à notre reporter Ange Pépite Tewa Camara, voisin de la famille des victimes, qui affirme que l’auteur de l’accident était ivre. « Je confirme que c’est trois morts. Et ce sont toutes des femmes. C’est entre 5 h et 6 h du matin que l’accident s’est produit. La voiture est venue à vive allure, elle a ramassé deux personnes en première position, et la troisième se trouvait juste à côté de la maison.

Il y a deux autres véhicules qui étaient garées juste à côté de la cour qu’il a aussi percutés. Les corps ont été automatiquement transportés à l’hôpital Donka. Le jeune (l’auteur de l’accident, ndlr) était inconscient parce qu’après qu’on ait cramé sa voiture, on a constaté réellement qu’il y avait de la Chicha et des boites d’alcool dans la voiture. Ça, il n’y a aucun doute là-dessus, moi-même qui l’ai vu de mes propres yeux. Il était dans un état d’ivresse », explique ce témoin.

L’auteur de l’accident serait en fuite. Ce qui n’est pas du goût de notre interlocuteur, Ange Pépite Tewa Camara. « Je suis sous le choc. Le monsieur qui provoqué cet accident, jusqu’à présent on n’arrive pas à le retrouver. Il est en fuite. Tout ce que j’ai, ce sont les papiers de sa voiture. Tout ce qu’on attend de lui, c’est de venir se présenter, qu’il répare ses erreurs et présente ses condoléances à la famille. On verra la suite. Ce qui est fait est fait », a-t-il laissé entendre.

Après avoir incendié le véhicule de l’auteur de l’accident, les jeunes ont érigé des barricades sur la route pour exprimer leur colère. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour ramener le calme et rétablir la circulation.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire