Kalémodou Yansané, vice-président de l’UFDG

Comme annoncé précédemment, plusieurs responsables de l’UFDG (dont le vice-président, Dr Fodé Oussou Fofana) ont été séquestrés ce samedi, 22 février 2020, à Mamou par la sécurité. Pendant plusieurs heures, ces cadres de la principale formation politique d’opposition en Guinée ont été contraints à se cloîtrer à l’hôtel « Relais Baly’s de Mamou », alors que le meeting qu’il voulait animer avait été autorisé, apprend-on.

Selon l’honorable Kalemodou Yansané, c’est le président Alpha Condé qui est responsable de cette séquestration. Mais, malgré les exactions, les menaces et les tentatives d’intimidations, le vice-président chargé des questions économiques de l’UFDG rassure que l’opposition empêchera la tenue des élections le 1er mars prochain, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était à l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG.

Selon l’honorable Kalemodou Yansané qui a présidé l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG ce samedi, l’arrivée du président Alpha Condé au pouvoir a été une catastrophe pour le peuple de Guinée. Car, indique-t-il, l’actuel chef de l’Etat guinéen n’a fait qu’accentuer la paupérisation du peuple qu’il avait juré de servir et de sortir de la pauvreté.

« Alpha Condé a créé artificiellement la pauvreté en Guinée ; et, finalement, il a fait une innovation qu’on appelle ANIES (Agence Nationale pour l’Inclusion Economique et Sociale). On vient chez vous, on demande est-ce que vous avez un climatiseur ? Vous avez un ventilateur ? Vous avez les carreaux dans la maison ? Non. Alors, on dit que lui, il est éligible à la pauvreté. On vient vous trouver à la maison, on vous donne 30 mille francs guinéens. C’est-à-dire, on vous appauvrit, on vous réduit à votre plus simple expression ; et, après, on vous met des gouttelettes d’eau sur la langue pour vous permettre de simplement vivre. C’est exactement la copie conforme du PDG-RDA. Il faut venir prendre du ravitaillement. On a même donné à Conakry ici du maïs padi. Alpha Condé est venu avec le slogan du changement ; mais, c’était pour changer la constitution. Le message que nous donnons, c’est que le 1er mars est un match, ce n’est pas la finale. Le 1er mars, il n’y aura pas d’élection. Ils peuvent se cacher pour faire des élections à Batté-Nafadji, dans les Koumana ; mais, dans les 99, 99% du territoire national, il n’y a aura pas d’élection. Ils peuvent même se cacher à Conakry pour proclamer les résultats, mais le tournoi continuera. Et, Dieu seul sait qui aura la victoire », a confié Kalemodou Yansané.

Parlant de la séquestration des leaders de l’UFDG à Mamou, le vice-président chargé des questions économiques de l’union des forces démocratiques de Guinée dit que le parti présidentiel est paniqué. Kalemodou Yansané estime d’ailleurs que l’ordre de restreindre la liberté de ses camarades est venu directement du président de la République.

« Aujourd’hui, honorable Fodé Oussou Fofana, accompagné d’une importante délégation est séquestré à Mamou. L’honorable Djessira Traoré qui avait été arbitrairement arrêtée est aussi séquestrée à Mamou. Cela, tout simplement parce que le RPG a perdu le Nord. Ils ont estimé que si Fodé Oussou sort à Mamou, c’est fini pour Bantama Sow. A 5 heures du matin, leur hôtel a été encerclé par les pick-up et les camions de la police à Mamou… C’est le président Alpha Condé qui est derrière ça. Parce que le maire de Mamou était informé qu’il y avait ce meeting à Mamou, aujourd’hui. Il a même donné son accord par écrit. Malheureusement, dès que le président a été informé il a donné des instructions de séquestrer nos camarades », a indiqué Kalemodou Yansané.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin