La Guinée s’achemine vers une élection présidentielle à hauts risques et aux lendemains incertaines. C’est ce qui ressort en tout cas des discours des deux principaux adversaires : le président sortant et son principal opposant. Après la sortie d’Alpha Condé qui a déclaré il y a quelques jours que cette élection est comme une guerre pour son parti, Cellou Dalein Diallo l’a répondu ce samedi, 26 septembre 2020.

Après avoir bénéficié du soutien de 37 partis politiques et plus de 500 mouvements et associations qui se sont ralliés derrière sa candidature, l’opposant a tenu à prévenir le pouvoir. Il a laissé entendre que si Alpha Condé essaie de voler sa victoire, il aura effectivement la guerre qu’il cherche.

« En 10 ans, il (Alpha Condé, ndlr) a fait reculer la démocratie et a violé, de manière récurrente, les droits humains. Il a divisé le peuple de Guinée et il n’a rien fait. En 10 ans, ils ont fait moins de 150 kilomètres de nouvelles routes bitumées. Il n’y a pas un seul kilomètre de plus sur le réseau interurbain de route nouvellement bitumé. Ce n’est pas possible.

D’ici Kindia, vous faites 5 heures. Et si vous cumulez tous les flux financiers qu’on a eus depuis l’indépendance jusqu’en 2010, ça ne peut pas atteindre ce qu’on a eu pendant les 10 ans d’Alpha Condé : l’explosion de l’exploitation de la bauxite, l’aide internationale, parce qu’on a considéré que Alpha était le premier président démocratiquement élu.

Ce qui n’est pas vrai, parce qu’il n’avait pas été élu en 2010. C’est par la ruse et la violence qu’on lui a donné le pouvoir. C’est par la ruse et la fraude qu’il a pris le pouvoir. C’est parce qu’on est attachés à la vie de nos compatriotes, c’est parce que nous sommes attachés à la paix, que nous avions accepté ce hold-up. Le refus par l’UFDG d’accepter le verdict prononcé par la Cour Suprême deviendrait à s’engager dans la rue, les gens risquaient de perdre la vie.

Nous lui avons fait cadeau de son premier et de son deuxième mandat. Maintenant, il faut qu’on soit d’accord sur une chose, nous voulons être à Sékhoutouréya. Alpha, parlant de ces élections, parle déjà de guerre. Il faut qu’on s’y prépare. C’est lui qui l’a dit. S’il veut voler une autre victoire, nous nous battrons pour gagner. Et lorsque nous gagnerons, s’il essaie de voler, s’il veut la guerre, il l’aura », a-t-il déclaré.

Pour Cellou Dalein Diallo, après les deux mandats du président Alpha Condé, la Guinée a besoin d’un redressement moral, d’une réconciliation effective, d’une démocratie apaisée, d’une administration dépolitisée et d’un développement harmonieux.

Alpha Assia Baldé et Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin