Alhouseny Makanera Kaké, ancien ministre de la communication

La polémique se poursuit autour de l’origine des violences enregistrées le mardi, 29 septembre 2020, à Labé et Dalaba. Deux villes de la Moyenne Guinée où le cortège de campagne du Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, a été attaqué par des jeunes, qui ont vandalisé plusieurs véhicules. Après la sortie de l’UFDG, qui crie à une machination du pouvoir visant à créer des tensions dans le pays à la veille de la présidentielle du 18 octobre prochain, Alhoussein Makanéra Kaké n’a pas tardé à répliquer. L’ancien ministre de la communication et actuel député à l’Assemblée nationale assure que le parti de Cellou Dalein Diallo est le seul et unique responsable de ces violences. Il l’a dit au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi, 1er octobre 2020, à Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« Les causes de ces violences à Dalaba et à Labé, peut-être que beaucoup parmi vous savent, certains aussi peuvent l’ignorer. La Guinée est en train de bouger dans le bon sens. Il y a une grande mutation au niveau des partis politiques. Le Professeur Alpha Condé, candidat à sa propre succession, est en train de rafler l’électorat partout en Guinée, y compris dans le bastion de son principal challenger. Cela ne fait pas plaisir. Pour cela, lorsqu’on n’a plus d’arguments, lorsqu’on n’a pas de projet de société, on se réfugie dans la violence, on cherche à développer l’ethno-stratégie, l’ethnocentrisme, et se positionner tout de suite en victime. Quand vous prenez la situation à Labé, le Premier ministre, chef du gouvernement, directeur de campagne du RPG Arc-en-ciel, était attendu.

Certains avaient dit ici que le président n’a même pas de bastion et que quand il va aller à Labé, la délégation va se retrouver dans un désert humain. Et la réalité les a contredits. C’est ce qui a choqué. C’est ce que les gens n’ont pas pu digérer. Et cela a amené certains individus mal intentionnés qui ne veulent pas accepter cette défaite avant le jour, ils ont orchestré, organisé, orienté cette violence politique. Nous avons été surpris quand nous étions là en train de tirer les leçons, en train de prêcher la paix, de demander à nos militants et responsables de ne pas prêter le flanc à cette violence, de voir l’UFDG, un parti que je considère comme un loup déguisé en agneau, en train de dire partout que ce qui s’est passé à Labé a été orchestré par le Premier ministre », regrette le parlementaire.

Ancien allié de l’UFDG, Alhoussein Makanéra Kaké dit avoir la certitude que le principal parti d’opposition du pays est caractérisé par la violence. « Nous avons toujours dit qu’une bonne partie de la violence politique est orchestrée par l’UFDG. Nous avons la preuve pour avoir été membre de l’opposition républicaine. Nous avons la preuve pour avoir suivi les comptes rendus de chaque manifestation. Lorsqu’une manifestation se passe dans les règles de l’art sans violence, certains responsables et militants de l’UFDG ne sont pas contents. Parce qu’on veut utiliser les jeunes gens qui sont blessés, des fois qui perdent la vie, comme fonds de commerce pour tenter de mettre sur le banc du régime du Professeur Alpha Condé », a-t-il dit.

L’ancien ministre s’en est pris également au préfet de Labé, qui a balayé la version selon laquelle c’est l’UFDG qui aurait organisé l’attaque du cortège du Premier ministre dans cette ville. Dans une sortie médiatique, Safioulaye Bah a laissé entendre que ce sont des jeunes, mécontents du non-respect de la promesse pécuniaire tenue par les organisateurs du meeting au stade de Labé, qui auraient attaqué le cortège de Kassory Fofana. Des propos jugés très graves par Makanéra Kaké, qui estime que le préfet devait être immédiatement limogé. « Ce qui s’est passé à Labé, ce n’est pas la nuit, c’est en plein jour. Même ceux qui ont cogné, caillassé les véhicules, savent que ce que le préfet est en train de dire est faux.

Ceux qui étaient témoins savent que ce que le préfet est en train de dire est faux. Lui-même, il sait que ce qu’il a dit est faux. Monsieur Safioulaye sait que tout a été orchestré par l’UFDG de Labé. C’était un secret de polichinelle. Je vous dis que c’est un loup déguisé en agneau. Malheureusement, monsieur Safioulaye n’a pas trouvé d’arguments pour le cas de Dalaba… Pour être honnête avec vous, si j’étais le président de la République, j’allais prendre le décret qui limoge le préfet avant d’être là. Je ne le fais pas parce que je suis contre lui, je le fais pour le respect de l’administration. A partir de son discours d’hier, il ne mérite plus d’être préfet », a dit l’ancien ministre.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/654416922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin