Dinguiraye : 30 000 pour inscrire un enfant dans une école publique

Alors que le gouvernement interdit de faire payer les frais d’inscription et de réinscription dans les écoles publiques, de nombreux responsables des établissements du primaire et du secondaire continuent d’extorquer de l’argent aux parents d’élèves à Conakry et à l’intérieur du pays. Après la Commune de Matoto où le Directeur communal de l’éducation, Daouada Doumbouya, a été suspendu de ses fonctions par le ministre Guillaume Hawing, c’est à Dinguiraye (en Haute Guinée) où Guineematin.com a été interpellé sur la persistance des responsables scolaires.

Un parent d’élève qui a requis l’anonymat a expliqué à un de nos journalistes vendredi dernier, 12 novembre 2021, avoir payé trente mille francs guinéens pour chacun de ses trois enfants qu’il a fait inscrire au collège-lycée Bowal.

« Nous, ici à Dinguiraye, les responsables des écoles publiques ne nous font aucun cadeau. Si tu veux retirer les dossiers de ton enfant, tu paies 40 000 francs guinéens par élève. Et si tu veux le faire inscrire ailleurs, tu paies au minimum 30 000 francs guinéens par enfant. Personnellement, j’ai trois enfants au collège-lycée Bowal. J’ai payé pour chacun d’entre eux 30 000 francs guinéens pour leur inscription. Et puis, cela est accompagné d’une table-banc », a expliqué ce parent d’élève qui interpelle le département de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation.

Ce parent d’élève rappelle que cette situation n’est pas nouvelle dans la cité sainte d’Elhadj Oumar Tall où les populations sont soumises à ce paiement aussi bien au Collège-lycée Elhadj Oumar Tall qu’au Collège-lycée Bowal.

Mais, malgré ses multiples tentatives, le journaliste de Guineematin.com n’a pas pu échanger avec Aliou Barry et Sidiki Mara, tous les deux proviseurs, respectivement du Collège-lycée d’Elhadj Oumar Tall et celui du Collège-lycée Bowal.

Du côté du département de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, cette pratique est jugée inacceptable.

Aboubacar Sidiki Camara, responsable communication du MENA

« On ne fait pas payer les inscriptions ou réinscriptions dans les établissements publics. C’est formellement interdit. C’est pour cette raison que le DCE (Directeur Communal de l’Éducation) de Matoto a été sanctionné par le Département. Il y a une note de service qui existe depuis longtemps. Pour ceux qui parlent des frais liés à l’Association des parents d’élèves et amis de l’école (APEAE), le montant est de 8 000 francs guinéens pour le primaire et 10 000 francs guinéens pour le secondaire. Celui qui dépasse cela aura outrepassé », a rappelé Aboubacar Sidiki Camara, le responsable de la communication de ce département.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS