Le déguerpissement des emprises de la voie publique, en cours à Conakry, continue de susciter des réactions au sein de la classe politique guinéenne. Le président du PUP s’est prononcé sur le sujet en marge de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, hier, samedi 13 février 2021. Même s’il n’est pas contre l’opération, Elhadj Fodé Bangoura déplore la façon dont elle est menée, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Depuis plusieurs maintenant, le gouvernement guinéen mène une vaste opération de déguerpissement à Conakry. Des machines sillonnent la capitale guinéenne pour démolir les maisons, commerces et autres « encombrants physiques » situés aux abords des routes. Et cette opération, qui a fait de nombreuses victimes, ne laisse pas indifférent le président du Parti de l’Unité et du Progrès (PUP). Elhadj Fodé Bangoura reconnaît que les citoyens déguerpis n’avaient pas raison d’occuper les emprises de la route, mais il rappelle que l’Etat a une part de responsabilité dans cette situation.

Elhadj Fodé Bangoura, président du PUP

« Les gens se sont installés là où ils ne devraient pas s’installer, ils ont occupé les emprises de la route, c’est une mauvaise chose. Mais le problème, c’est qu’on les a laissés faire. Il y a les chefs de secteurs, les chefs de quartiers, les conseillers communaux, les mairies, le gouvernorat, le ministère de la ville, qui les ont laissés s’installer. Moi, je ne suis pas contre qu’on déguerpisse, je veux tout simplement qu’il y ait une bonne manière. Qu’on le fasse dans les règles de l’art. Et surtout, qu’il n’y ait pas du deux poids deux mesures et qu’on n’outrepasse pas », a dit le leader de l’ancien parti au pouvoir.

Et, la bonne manière pour lui, c’était de sensibiliser les occupants des emprises de la route et leur donner le temps pour libérer tranquillement les lieux. « Il fallait avertir les gens. On leur donne un temps pour qu’on fasse un battage médiatique là-dessus dans toutes les langues. On demande à tous ceux qui ont des croix de libérer les lieux de telle date à telle date. Et, il ne s’agit pas seulement de venir casser. Aujourd’hui, certains quartiers ressemblent à un pays qui est sorti d’une guerre. Mais quand on casse, il faut embellir. Il faut enlever complètement les débris pour que ça ne ressemble pas à un pays qui est sorti d’une guerre. Il faut aussi que le suivi soit continu et pérenne », conseille Fodé Bangoura.

Le PUP a mis cette occasion à profit pour annoncer l’inauguration du hangar nouvellement construit dans l’enceinte de son siège. Une grande cérémonie est prévue à cet effet le 20 février prochain. La formation politique invite ses militants et sympathisants à se mobiliser massivement pour prendre part à cet événement.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin