Très tôt dans la matinée de ce vendredi, 10 juillet, le premier vice-maire de la commune de Matam, Ismaël Condé, a alerté l’opinion sur la présence suspecte d’un véhicule de police devant son domicile. L’ancien cadre du RPG arc-en-ciel (le parti au pouvoir) et désormais proche collaborateur de Cellou Dalein Diallo (le leader de la principale formation politique d’opposition en Guinée) a demandé aux internautes de rester connectés pour participer à son « interpellation en live ».

« Inédit. Depuis 6 heures du matin, j’ai été informé par mon garde qu’un pickup de la police est posté devant chez moi. Pourquoi ? Aucune idée. Restez connecté pour participer peut être à mon interpellation en live. Quand on appartient à une nation qui s’appelle la Guinée, résister est un droit », a écrit Ismaël Condé sur son compte Facebook.

Joint au téléphone quelques heures plus tard par un reporter de Guineematin.com, le premier vice maire de Matam est revenu plus en détails sur son alerte qui suscite des déjà de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.

« Ce matin, mes gardes m’ont appelé pour me dire qu’il y a des policiers qui sont stationnés devant ma maison ; et, ils (les policiers) sont en train de demander où j’habite exactement. Donc, aussitôt informé, j’ai essayé de savoir c’est le véhicule de quel commissariat. D’après les informations, j’ai compris que c’est un véhicule qui provient du commissariat central de Matoto. Et, immédiatement, j’ai appelé le commissaire central de Matoto pour lui demander ce que font ses hommes chez moi. Il m’a répondu qu’il y a une réquisition d’amener signé par le procureur qui me concerne. Je lui ai demandé si je peux savoir pourquoi, il a dit non c’est arrivé sur place que je saurais. Ainsi, j’ai appelé mon avocat qui devrait être là (chez Ismaël Condé) d’un moment à l’autre pour que nous puissions aller répondre de cette convocation et pour savoir c’est par rapport à quel dossier », a expliqué Ismaël Condé.

Face à la réponse quasi menaçante du commissaire de central de la police de Matoto, Ismaël Condé dit avoir immédiatement saisi son avocat. Et, à la lumière des échanges que ce dernier a eu avec le procureur de la république près le tribunal de première instance de Mafenco, l’actuel collaborateur de Cellou Dalein Diallo lie cette affaire à une PME et crie au complot ourdit par le pouvoir dans le but de l’atteindre à cause de ses positions politiques actuelles.

« Quand mon avocat a appelé le procureur de Mafenco pour savoir ce qu’il reproche à son client, il (le procureur) a dit que c’est un entrepreneur qui a porté plainte contre moi par rapport à un dossier. Et, moi, le seul dossier dont j’ai connaissance, c’est le dossier d’une PME qui a fait une demande d’autorisation pour exercer le métier de PME dans notre commune (Matam). Donc, quand la demande a été envoyée, j’ai mis le représentant de la PME avec le DMR (directeur de microréalisation) qui a établi un contrat type qu’on a l’habitude de donner aux PME. Mais, vous savez, quand les PME viennent à la commune, c’est pour faire la collecte des ordures. Nous, on leur donne les autorisations ; mais, c’est à eux d’aller se débrouiller avec les ménages pour signer des contrats. Donc, cette PME a recruté des femmes, je crois dans le cadre du balayage des devantures des magasins. Normalement, la PME devrait avoir des contrats avec les propriétaires de boutiques qui longent la route du Niger. Et, elle doit être rémunérée par ces commerçants. Mais, d’après ce que j’ai compris, les commerçants ont refusé de payer la PME. Et, la PME veut se retourner contre moi comme c’est moi qui l’avais mis en contact avec le DMR pour le contrat. Ils veulent que je puisse les régler (payer) comme les commerçants ne l’ont pas fait. Cependant, leur contrat a été signé par le maire. Moi, je ne suis qu’un vice maire, je n’ai pas le pouvoir de donner un contrat à une personne ou à une entreprise. Donc, si une PME a un problème avec la mairie, c’est l’administration qu’elle doit poursuivre et non le vice maire. Moi, je ne suis signataire de rien, je ne suis qu’un intermédiaire. Mais, vous savez qu’aujourd’hui, dans ce pays (la Guinée), les gens sont poursuivis par rapport à leurs opinions. Donc, comme je suis aujourd’hui de l’opposition, je suis un peu critique avec le pouvoir, ils (le pouvoir) cherchent tous les moyens et par n’importe quelle voie pour me faire taire. Ce n’est pas un secret de polichinelle pour personne que les agissements qu’ils font aujourd’hui, c’est par rapport à mes différentes prises de position et mon adhésion à l’UFDG (union des forces démocratiques de Guinée). Mais, moi mes convictions sont claires et nettes. Ce ne sont pas quelques intimidations qui vont me faire changer de ligne. Et, je peux vous rassurer que je resterai droit dans mes bottes jusqu’à la victoire finale qui est la promotion d’un véritable Etat de droit en Guinée et l’arrivée de Elhadj Cellou Dalein Diallo (le leader de l’UFDG) au pouvoir en 2020 », a indiqué Ismaël Condé.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin