Sékou Koundouno, Administrateur Général de la Cellule Balai Citoyen et responsable des stratégies et planification du FNDC

Dans sa volonté d’empêcher le président Alpha Condé de rester au pouvoir au-delà de son second mandat, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) entend reprendre ses manifestations de rue à partir du 29 septembre prochain. Quelle est la stratégie que les opposants à un troisième mandat comptent-ils utiliser pour permettre l’atteinte de leur objectif ? Guineematin.com a posé la question à Sékou Koundouno, le responsable de la planification et des stratégies du FNDC, au cours d’un entretien qu’il a accordé à notre rédaction ce mardi, 22 septembre 2020.

Décryptage !

Guineematin.com : après une longue trêve due à la crise sanitaire liée au coronavirus, le FNDC entend renouer avec les manifestations de rue à partir du 29 septembre prochain pour exiger le départ du président Alpha Condé. Comment se prépare aujourd’hui cette reprise ?

Sékou Koundouno : depuis la plénière du 16 septembre 2020, tous les leaders de la société civile, des partis politiques et des syndicats sont sur le terrain : dans les quartiers, dans les communes et dans les préfectures. Comme vous le savez, c’est une marche qui se fera dans le grand Conakry mais aussi en province. Et la stratégie déployée cette fois-ci, c’est de mieux sensibiliser, informer, mobiliser et édifier les citoyens sur les enjeux du combat que nous menons mais aussi sur les conséquences au cas où nous ne parvenons pas à atteindre nos objectifs.

Donc, ce travail continue sur le terrain. Et au niveau du FNDC, nous continuerons à mobiliser les Guinéens tant que monsieur Alpha Condé ne rendra pas le pouvoir à ce peuple. La mobilisation va continuer à travers tous les moyens légaux qui nous sont offerts par nos lois mais aussi les traités et les conventions.

Guineematin.com : le défi du FNDC aujourd’hui, c’est celui de la mobilisation des citoyens. Est-ce que vous rencontrez des difficultés à ce niveau ?

Sékou Koundouno : les difficultés sont inhérentes à toute entité humaine. Mais au niveau du FNDC, nous parvenons à les surmonter car le combat que nous menons, c’est un combat de dignité, un combat d’honneur qui ne nécessite pas forcément des moyens financiers ou matériels. Ça nécessite tout simplement une détermination, un engagement afin que nous puissions atteindre nos objectifs.

Donc, tant bien que mal, avec les militants des partis politiques, les partisans du FNDC et des universitaires, nous parvenons à pallier à ces difficultés dans l’atteinte des objectifs généraux que nous nous sommes fixés, dont celui du retour à l’ordre constitutionnel et de ne pas permettre à monsieur Alpha Condé de transformer notre belle République en une monarchie.

Guineematin.com : aujourd’hui, quelle assurance pouvez-vous donner aux Guinéens quant à l’aboutissement de votre combat, qui est celui d’empêcher le président Alpha Condé de rester au pouvoir au-delà de ses deux mandats légaux ?

Sékou Koundouno : l’assurance, c’est la détermination de tous les leaders du FNDC. Et, l’appel qu’on peut lancer à ce peuple, c’est un appel d’éveil des consciences, de mobilisation et de détermination afin de se battre par tous les moyens légaux pour rétablir l’ordre constitutionnel, afin d’empêcher un groupe de guinéens qui pensent qu’ils sont au-dessus des normes, d’atteindre son objectif, qui consiste à permettre à monsieur Alpha Condé de rester au pouvoir jusqu’à la fin de sa vie.

Il ne faut pas permettre à un clan mafieux de piller de façon permanente les ressources de ce pays pour alimenter les poches d’une minorité. Donc, l’assurance, c’est notre détermination, notre farouche opposition au 3ème mandat, notre constance à mener ce combat jusqu’au bout au compte et dans l’intérêt supérieur du peuple de Guinée.

Guineematin.com : récemment, vous avez porté plainte contre le commissaire Fabou Camara, le directeur national de la police judiciaire. Où en êtes-vous avec ce dossier ?

Sékou Koundouno : le commissaire Fabou doit comparaître dans les conditions normales le jeudi, 24 septembre 2020, à 10 heures, au tribunal de première instance de Dixinn. Il est cité à comparaître puisque nul n’est au-dessus de la loi et que les officiers de police judiciaire ne bénéficient d’aucune immunité. Nous espérons qu’il sera présent à l’audience. Au cas contraire, nos avocats et nous-mêmes, tirerons toutes les conséquences.

Guineematin.com : votre message de la fin ?

Sékou Koundouno : c’est de demander à tous les Guinéens, à toutes les corporations, de se mobiliser. Un appel au sursaut national, à l’union sacrée afin que nous puissions mettre hors d’état de nuire tous ceux qui veulent le recul démocratique de ce pays. Ceux qui ont comme unique objectif, la transformation de la Guinée en une monarchie. Permettre à Alpha Condé de mourir aux affaires et permettre à eux-mêmes d’accumuler, de façon très primitive, les ressources de ce pays pour leurs sales intérêts.

Entretien réalisé par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin