Répartition des 15 places des partis politiques pour le CNT : « ce qu’ils ont fait là-bas, n’engage qu’eux », ADC-BOC

Dr Ibrahima Sory Diallo, président du parti ADC-BOC et membre de la CARP

A la faveur d’une réunion inter-coalition tenue hier, lundi 22 novembre 2021, certains partis politiques se sont entendus sur le partage des 15 places accordées aux formations politiques au sein du conseil national de la transition (CNT). L’ANAD de Cellou Dalein Diallo et le RPG arc-en-ciel (l’ancien parti au pouvoir sous Alpha Condé) se sont taillé la part du lion avec 4 places chacun. Le reste des places a été attribué à certaines coalitions politiques qui étaient autour de la table.

Le bloc de l’opposition constructive (BOC) a été laissé pour compte pour avoir claqué la porte dès l’entame des négociations qui ont abouti à ce partage. Mais, son président Dr Ibrahima Sory Diallo, le leader de l’alliance démocratique pour le changement (ADC), ne compte rester tapis dans l’ombre, encore moins se plier

Joint au téléphone ce mardi par la rédaction de Guineematin.com, cet ancien député de la 9ème législature en Guinée a laissé entendre que le BOC fera cavalier seul. Et, il était déjà au ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation pour déposer la liste de sa coalition.

« Je suis comme ça au ministère de l’Administration du territoire par rapport au dépôt. Je crois que ces gens qui se sont retrouvés en copinage là-bas pour faire comme si ce sont eux le ministre de l’administration du territoire, ils se trompent. Ce sont des personnes qui n’ont pas une dose de responsabilité face à ce qui les engage en politique. Quand vous envoyez des lettres d’invitation aux gens pour se retrouver, c’est parce que les gens comptent et pèsent quelque chose. Moi j’ai reçu leur lettre d’invitation, le premier jour je suis venu ; mais, qu’est-ce que j’ai constaté, on a donné des principes de base, on a dit que chaque coalition vient avec deux personnes. Mais, je viens trouver que certains sont venus avec six personnes et d’autres comme l’ANAD sont venus avec sept. J’ai compris qu’ils voulaient qu’en cas de vote avoir la majorité de leur côté. Ainsi, je leur ai dit : si vous ne respectez pas les engagements de départ, moi je ne serai pas là avec vous… Pire, j’ai trouvé que sur la table, ce n’était pas du tout le problème de partage des 15 places qui était là. Parce que le premier point à l’ordre du jour était comment mettre en place des forces vives, le deuxième était comment se préparer pour être une force sociopolitique dynamique qui va désormais fixer des principes de la transition. Certains sont partis jusqu’à parler de la charte. J’ai dit : cette charte a été publiée ici, personne n’a dit mot. Donc, on en parle plus. Ici, on ne parlera que de la répartition des 15 places ; et, ça aussi, c’est avec le respect des quotas par alliance politique. Comme on a sept alliances, il devait y avoir 14 personnes autour de la table. Malheureusement, il y avait plus de 30 personnes. Donc, j’étais obligé de demander aux représentants du BOC de quitter. Alors, ce qu’ils (les coalitions qui ont fait le partage des 15 places) ont fait là-bas, ça n’engage qu’eux. Nous, cela ne nous engage nulle part », a déclaré Dr Ibrahima Sory Diallo.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS