La décision gouvernementale d’interdire les importations de marchandises n’est pas du goût du président du district de Pamelap, relevant de la sous-préfecture de Farmoriah, dans la préfecture de Forécariah. Dans un entretien accordé à l’envoyé spécial de Guineematin.com à Pamelap, ce mardi, 11 février 2020, Mohamed Lamine Cissé a suggéré au gouvernement de renforcer plutôt la sécurité au niveau des frontières par une fouille systématique des camions et autres véhicules.

Mohamed Lamine Cissé, président du district de Pamelap, chargé des affaires transfrontalières entre la Guinée et la Sierra-Léone

Mohamed Lamine Cissé, président du district de Pamelap, chargé des affaires transfrontalières entre la Guinée et la Sierra-Léone, a déploré cette mesure. « Cette décision de l’Etat joue négativement sur la population. De telles décisions étaient prises deux à trois jours avant les élections. Mais cette fois-ci, elle a été prise plusieurs jours avant les élections. Les gens sont peinés. Aujourd’hui, l’huile ne rentre pas, le gari ne rentre pas, ce qui a fait que les prix ont aujourd’hui grimpé. L’huile rouge qui était vendue à 45 mille GNF est aujourd’hui vendue à 55 mille GNF. Nous souffrons énormément de cette décision », a fait savoir Mohamed Lamine Cissé.

Loin de contester cette décision, le président du district de Pamelap suggère au gouvernement de renforcer la sécurité au niveau des frontières terrestres. « Moi, ce que je demande à l’Etat, c’est de renforcer plutôt la sécurité. Quel qu’en soit la grandeur de la voiture, qu’une fouille systématique soit faite. Cela, pour éviter que ce qui nous est arrivé en 1999 ne nous arrive. Donc, je souhaite que l’autorité allège la fermeture des frontières en organisant une fouille systémique des camions et des autres véhicules mais à pas d’empêcher la rentrée des marchandises. Car si ça continue ainsi, les populations vont souffrir davantage », a-t-il laissé entendre.

À rappeler qu’il y a actuellement une centaine de camions bloqués au niveau de la frontière entre la Guinée et la Sierra-Léone. Des camions remplis de produits périssables de toute nature.

Le district de Pamelap, qui dépend économiquement de la Sierra-Léone, subit de plein fouet les conséquences de cette fermeture.

De Pamelap, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin