Alors qu’il a annoncé hier sa candidature à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, Cellou dalein Diallo est attendu ce lundi, 7 septembre 2020, à la Cour Constitutionnelle où il devrait déposer son dossier de candidature et également subir un examen médical.

Comme cela s’est déjà passé pour plusieurs candidats dont le sortant, Alpha Condé- qui a changé la constitution guinéenne pour briguer un troisième mandat- le président de l’UFDG est attendu par la commission de réception des dossiers de candidatures et le collège médical. Mais, cette candidature n’est pas qu’une surprise ou le signe d’une scission du FNDC (Front national pour la défense de la Constitution). Elle fait surtout peur du côté de la mouvance présidentielle.

Dès l’officialisation de la candidature du principal opposant, les dirigeants du parti présidentiel, le RPG arc-en-ciel, a sorti son artillerie. L’honorable Aly Kaba a haussé le ton. Le président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel a prévenu que Cellou Dalein Diallo ne réussira pas à créer le chaos. Ce responsable de la mouvance présidentielle- comme beaucoup d’autres commentateurs guinéens d’ailleurs- soupçonne l’UFDG de participer plus pour perturber le vote que pour espérer une victoire par les urnes. D’autant que, c’est évidence, le fichier électoral, les institutions qui gèrent les élections et toute la machine administrative lui sont défavorable et totalement contrôlés par le chef de l’Etat sortant.

Alors, la présence d’un pick-up de gendarmes devant la Cour constitutionnelle, peu avant l’arrivée de Cellou Dalein Diallo, est-elle l’autre signe que le principal opposant perturbe sérieusement le sommeil du président-candidat ? Les autorités guinéennes craignent-elles des troubles à Kaloum, après le passage du principal opposant ? L’opposant prépare-t-il réellement autre chose que l’opinion publique ignore aujourd’hui ?

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo est à la Cour Constitutionnelle pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin