Comme annoncé précédemment, dans le cadre de la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre prochain, la Haute Autorité de la Communication (HAC) a établi hier, jeudi 17 septembre 2020, l’ordre de passage des candidats sur les médias d’Etat. Mais, cela ne rassure pas le représentant de l’UFDG à ce tirage qui s’est tenu dans les locaux de l’organe de régulation des médias en Guinée. Ousmane Gaoual Diallo relève des dysfonctionnements et exprime des inquiétudes dans la présentation qui a été faite par la HAC, rapporte un journaliste que Guineematin.com avait dépêché sur place.

Pour le responsable de communication de l’UFDG, la marginalisation des médias privés dans la diffusion du journal de campagne est un dysfonctionnement qui laisse la latitude aux partis qui ont de gros moyens d’avoir accès à plus de médias et à plus de temps d’antenne.

Ousmane Gaoual Diallo

« Il y a un certain nombre de choses qui sont inquiétantes dans ce qui a été présenté ici. Quand on dit que la presse privée ne fait pas partie de l’espace médiatique guinéen qui doit être réglementée, ça veut dire qu’on laisse la latitude aux partis qui ont plus de moyens d’avoir accès à plus de médias, à plus de temps d’antenne, que les partis qui seront moins dotés économiquement. Ça, c’est un dysfonctionnement. Dans tous les pays du monde, le temps d’antenne est compté de la même manière que vous passez dans les privés ou dans les médias publics. C’est le temps d’antenne par jour et par parti politique qui est décompté. Mais, quand j’entends ça, c’est quelque chose d’inquiétant », a relevé Ousmane Gaoual Diallo.

Parlant des messages à véhiculer dans le journal de campagne, l’ancien député uninominal de Gaoual a exprimé son inquiétude sur les directives qui ont été données par la HAC. L’opposant accuse d’ailleurs l’organe de régulation des médias d’être un organe de censure.

Ousmane Gaoual Diallo

« Le président de la HAC, dans sa prestation, a indiqué en quelque sorte que c’est un organe de censure. Je l’ai entendu prendre l’exemple, en disant que quand on dit que quelqu’un est un menteur, on va couper. Mais, je pense que l’UFDG ne passera pas. Parce qu’on est gouverné par un menteur. On est gouverné par un système de mensonge. Si nous dénonçons ça et que ça doit être coupé, ça veut dire que toutes nos émissions vont être coupées. C’est quelque chose d’inquiétant ; mais, j’espère qu’ils n’arriveront pas ce point de vue. Pour le reste, c’est le hasard qui a joué. Nous prenons le chiffre 8 comme je l’ai indiqué, c’est le chiffre de la résurrection. Le christ ressuscité le huitième jour et j’espère que cela marquera la résurrection du peuple de Guinée qui retrouvera le chemin de sa démocratie longtemps confisquée par les kleptocrates qui nous gouvernent aujourd’hui », a martelé Ousmane Gaoual Diallo.

Mohamed Doré pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin