La fondation internationale Thierno & Mariam (FITIMA), en partenariat avec la BICIGUI et le service neurologie de l’hôpital Ignace Deen de Conakry, a organisé ce samedi, 28 novembre 2020, une journée de consultations en faveur des enfants en situation de handicap. Cette activité, purement humanitaire, vise à aider les familles modestes dans la prise de leurs enfants nés avec un handicap, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est dans le cadre de son engagement à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des personnes les plus vulnérables, que la fondation internationale Thierno & Mariam(FITIMA) a initié cette consultation gratuite. Organisée au siège de FITIMA, sis au quartier Nongo, dans la commune de Ratoma, cette activité a connu la participation de nombreux en situation de handicap, issus de familles modestes. Selon madame Hawa Dramé, fondatrice et présidente de FITIMA, il s’agit là d’une consultation pluridisciplinaire qui permettra de faire les meilleurs diagnostics.

Madame Hawa Dramé, fondatrice et présidente de FITIMA

« Les enfants que nous recevons dans notre centre souffrent de ce qu’on appelle des infirmités motrices d’origine cérébrale, de myopathie ou encore des séquelles de neuropalu. Les gens ne savent pas qu’un palu mal soigné, pour des petits enfants, peut avoir des conséquences qui ressemblent à ces infirmités de motrice cérébrale. Donc, nous organisons ces consultations avec des médecins, et d’autres thérapeutes, comme des éducateurs et des orthophonistes, parce qu’il faut une prise en charge globale pour ces enfants.

Un seul spécialiste ne peut pas obtenir des résultats, donc c’est vraiment une équipe pluridisciplinaire scientifique médicale, qui s’occupe de ces enfants. Cette journée est le point d’orgue d’une série de consultations qui ont été menées pour ces enfants au cours du mois d’octobre et ce, grâce à la BICIGUI, qui nous soutient pour l’organisation de ces consultations », a-t-elle expliqué, précisant que ces enfants ont pu bénéficier de diagnostics très poussés.

« On a pu faire des scanners qui coûtent très chers et des examens biologiques de grande qualité, en partenariat avec des labos de premier plan à Conakry. Il y a eu tout une batterie de tests et d’examens qui permettent d’avoir des diagnostics les plus précis que possible. Avec ces diagnostics, l’enfant peut avoir une prise en charge adaptée et efficace. Tout cela se fait en partenariat avec la BICIGUI et avec le service de neurologie de l’hôpital Ignace Deen, avec le professeur Cissé, qui a mobilisé toute son équipe pour mener à bien ces investigations et nous aider dans la prise en charge de ces enfants qui souffrent de handicap », a dit madame Hawa Dramé.

« Faire du social »

Partenaire de mise en œuvre de ce projet, la BICIGUI a été représentée à cette cérémonie par Mamadou Dramé, responsable du contrôle de rapprochement au sein de cette institution bancaire. Selon lui, la Banque internationale du commerce et de l’industrie de Guinée a accepté d’accompagner cette initiative de FITIMA parce qu’elle accorde une importance au côté social.

Mamadou Dramé, responsable du contrôle de rapprochement de la BICIGUI

« Nous sommes dans un monde de transformation, donc il faut aussi faire du social. La BICIGUI ne fait pas que du business, elle accompagne aussi ces organisations qui font aussi du social. C’est dans ce cadre que nous sommes partenaires avec FITIMA pour parrainer des enfants en situation de handicap. Aujourd’hui, la BICIGUI accompagne FITIMA à hauteur de 120 millions par an pour un projet triennal en faveur des enfants en situation de handicap. Donc, c’est un honneur pour nous de représenter la BICIGUI à cette journée de consultation offerte par FITIMA aux enfants les plus vulnérables », a laissé entendre monsieur Dramé.

De son côté, le professeur Fodé Abass Cissé, responsable du service neurologie de l’hôpital Ignace Deen de Conakry, a souligné que cette consultation permettra également d’évaluer l’impact social de la situation de ces enfants en situation de handicap sur leurs familles. Ce spécialiste souhaite que le handicap puisse bénéficier d’une plus grande attention dans notre pays. « Je voudrais féliciter l’ONG FITIMA, qui a mené des démarches proactives envers l’équipe de la neurologie de l’hôpital Ignace Deen pour offrir des consultations spécialisées à des parents qui ont des revenus assez modestes.

La prise en charge est assez complexe parce qu’il existe plus de 100 causes de myopathie et il faut suffisamment de médecins formés, des examens complémentaires qui ne sont pas toujours disponibles dans notre contexte. Donc, la prise en charge est très laborieuse. Mais, il serait intéressant que des maladies aussi graves comme le handicap entrent dans l’agenda de ce pays, afin que ces malades soient mieux pris en charge », préconise Pr Fodé Abass Cissé.

A noter que cette consultation pluridisciplinaire est organisée en prélude à la journée internationale des personnes handicapées, qui sera célébrée le 4 décembre 2020.

 

Ismael Diallo pour Guineematin.com

Tél. : +224 624693333

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin