Burkina Faso : la délégation de la CEDEAO félicite le peuple pour le bon déroulement du double scrutin

23 novembre 2020 à 22 10 23 112311

La mission d’observation des élections de la CEDEAO chez le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience ce lundi 23 novembre 2020 à Ouagadougou, la mission d’observation des élections, de la Commission économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conduite par l’ancien Premier ministre guinéen, Kabinet Komara. La délégation est venue féliciter le président Kaboré et toute la classe politique burkinabè, pour le bon déroulement des élections.

« Au nom de la mission de la CEDEAO, nous lui avons transmis à lui et au peuple burkinabè, nos sincères félicitations pour la qualité avec laquelle ces élections se sont déroulées sur le plan pacifique, sur le plan de la campagne, sur le plan également des débats », a déclaré Kabine Komara, à sa sortie d’audience.

Il s’est réjoui par ailleurs, de l’excellence du consensus trouvé en amont entre les acteurs politiques et qui a permis le bon déroulement du scrutin. Le chef de la mission d’observation de la CEDEAO souhaite aussi que « ce climat de paix continue et que tous les acteurs soient tenus par le même engagement du pacte politique qu’ils ont signé ». Il a émis le vœu que la classe politique dans son ensemble respecte ce pacte, et laisse le soin aux instances chargées de la proclamation des résultats d’achever leur travail.

Pour Kabinet Komara, dans les bureaux de vote visités par la mission CEDEAO, des pratiques ordinaires comme des retards et quelques problèmes logistiques ont été enregistrés et résolus au cours de la journée. « Nous avons aussi un soutien actif de la société civile, des jeunes et des femmes qui ont relevé les problèmes et les ont transmis à la CENI, qui elle-même n’a pas manqué de réagir progressivement », a ajouté le chef de délégation.

En guise de conclusion, le chef de la mission d’observation de la CEDEAO qui a déployé des équipes dans toutes les 13 régions du pays s’est dit satisfait de la participation des Burkinabè tant au vote, que lors du dépouillement du scrutin. Kabinet Komara est ainsi convaincu que, « nous aurons la chance d’avoir des résultats qui rendront compte du verdict réel c’est-à-dire le vote des Burkinabè ».

Transmis par la Direction de la communication de la présidence du Burina Faso

 

Lire

Elections au Burkina Faso : l’opposition rejette les « résultats entachés d’irrégularités »

23 novembre 2020 à 22 10 12 111211

L’opposition burkinabè rejette les premiers résultats partiels des élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020, publiés ce lundi 23 novembre. Elle l’a fait savoir à travers une déclaration ce soir lue par Tahirou Barry, candidat du mouvement pour le changement et la renaissance (MCR) et président de la conférence des candidats signataires de l’accord politique de Ouagadougou.

Lire

Interdiction des manifestations en Guinée : « cette décision n’engage nullement l’UFDG et l’ANAD »

23 novembre 2020 à 19 07 28 112811

L’UFDG et l’ANAD ne se soumettront à la décision du gouvernement guinéen d’interdire toute manifestation de rue sur l’ensemble du territoire national. Ces entités politiques dénoncent une instrumentalisation à outrance de la pandémie du coronavirus pour des fins politiques et annoncent le maintien de leur manifestation prévue le 25 novembre 2020.

Lire

Interdiction des manifestations en Guinée : Kaly Diallo demande aux autorités « de revenir sur cette décision »

23 novembre 2020 à 18 06 20 112011

Mamadou Kaly Diallo, activiste des Droits de l’Homme et chargé de relations du programme Démocratie sans violence de la « Baïonnette intelligence »

Les réactions continuent de se faire entendre suite à la décision des autorités guinéennes d’interdire toutes les manifestations de rue dans le pays. L’activiste des droits de l’homme Mamadou Kaly Diallo, membre de l’ONG Baïonnette intelligente, dénonce une violation systématique des lois guinéennes et des pactes internationaux auxquels la Guinée a souscrit. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce lundi, 23 novembre 2020.

Lire

Conakry : ouverture d’une session de la commission consultative du travail et des lois sociales

23 novembre 2020 à 17 05 30 113011

Composée des organisations tripartites (administration publique, syndicat et patronat), la commission consultative du travail et des lois sociales (CCTLS) a entamé ce lundi, 23 novembre 2020, sa première session consultative de l’année 2020 à Conakry. La cérémonie de lancement des travaux de cette session ont été présidés par le ministre du travail et des lois sociales, Elhadj Cheick Oumar Diallo, en présence de plusieurs cadres de son département, rapporte Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Assemblée nationale : Siaka Barry démissionne de son poste de député

23 novembre 2020 à 17 05 02 110211

Siaka Barry

Siaka Barry, président du parti MPDG (Mouvement Populaire Démocratique de Guinée), décide de quitter l’Assemblée nationale. L’ancien ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique a annoncé ce lundi, 23 novembre 2020, sa démission de son poste de député. Il justifie cette décision par des raisons « de convenance, d’accommodation et de disponibilité personnelle ».

Lire

Interdiction de manifester en Guinée : l’OGDH dénonce une violation de la constitution

23 novembre 2020 à 16 04 59 115911

Elhadj Mamadou Malal Diallo, président par intérim de l’OGDH

La décision du gouvernement d’interdire toute manifestation de rue en Guinée passe mal dans le milieu politique et chez les défenseurs des droits de l’homme. Réagissant à cette mesure, le président par intérim de l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH), dénonce une violation de la constitution guinéenne. Elhadj Mamadou Malal Diallo trouve incompréhensible la raison invoquée pour justifier cette décision et rappelle que les autorités guinéennes ne sont pas à leur coup d’essai. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce lundi 23 novembre 2020.

Lire

Jacques Gbonimy, président de l’UPG : « la Covid-19 est devenue une maladie politique dans notre pays »

23 novembre 2020 à 14 02 19 111911

 

Jacques Gbonimy, président de l’UPG

Comme annoncé précédemment, le gouvernement guinéen a annoncé hier, dimanche 22 novembre 2020, l’interdiction de toute manifestation de masse dans tout le pays. Les autorités justifient cette décision par la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus et assurent qu’elle sera levée aussitôt que cette maladie sera vaincue. Mais cet argument ne passe pas chez certains opposants, à l’image du président de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG) et membre de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD). Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce lundi, 23 novembre 2020, Jacques Gbonimy a dénoncé une décision visant tout simplement à empêcher l’opposition de manifester.

Lire

Football : le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu par la FIFA

23 novembre 2020 à 12 12 16 111611

Ahmad Ahmad

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, est suspendu de toute activité liée au football pour cinq ans. C’est la commission d’éthique de la FIFA qui a annoncé cette décision ce lundi, 23 novembre 2020. Le malgache, qui dirige la CAF depuis près de quatre ans, est reconnu coupable de détournement de fonds.

Lire

Tribune : « FNDC, ne mélangez pas les pédales »

23 novembre 2020 à 11 11 16 111611

Le FNDC est né d’une volonté commune d’hommes politiques, de membres de la société civile et des citoyens partageant les mêmes valeurs démocratiques, lesquelles se sont entendues sur l’impossible troisième mandat de Alpha Condé. 

Lire

Badra Koné persiste : « il n’y a qu’une seule NGP en Guinée, et j’en suis le président »

23 novembre 2020 à 10 10 48 114811

Badra Koné, président du mouvement « la Nouvelle Génération Politique » (NGP)

Resté silencieux depuis depuis son « éviction » à la tête de la Nouvelle Génération Politique (NGP) par certains responsables de ce mouvement politique, Badra Koné est sorti du bois pour répondre à ses adversaires. Ce dimanche 22 novembre 2020, le camp du vice maire de la commune de Matam a organisé un congrès extraordinaire au cours duquel il a annoncé l’exclusion des frondeurs. Ces 9 membres du bureau exécutif de la NGP ont été remplacés à leurs postes, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Labé : le secrétaire fédéral de l’UFDG dans le collimateur de la jeunesse du parti

23 novembre 2020 à 10 10 41 114111

Mamadou Bachir Koula Diallo, secrétaire fédéral de l’UFDG à Labé


Le secrétaire fédéral de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de Labé, Mamadou Bachir Koula Diallo est confronté à une contestation interne liée aux préparatifs de la prochaine manifestation de l’UFDG et de l’ANAD prévue pour le mercredi, 25 novembre 2020, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Interdiction des manifestations : le FNDC dénonce une décision « absurde et ridicule »

23 novembre 2020 à 10 10 12 111211

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, le gouvernement guinéen a interdit les manifestations publiques au lendemain d’une élection présidentielle très contestée. Ce que les opposants au troisième mandat rejettent, rappelant le droit au peuple de Guinée de désobéir cette décision du gouvernement que le FNDC accuse le régime Alpha Condé d’utiliser la Covid19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Ci-dessus le communiqué du FNDC de ce lundi 23 novembre 2020

Front National pour la Défense de la Constitution

COMMUNIQUE N°152

Ce dimanche 22 novembre, le Gouvernement Guinéen s’est fendu d’un communiqué anachronique et liberticide visant à formaliser l’interdiction des manifestations sociales et politiques dans tout le pays.

Le FNDC rappelle que depuis le mois de mars 2020, tous ses appels à manifester ont été systématiquement interdits par les autorités communales sur injonction du Ministère en charge de l’administration du territoire. Cette décision illégale du gouvernement Guinéen ne surprend guère le peuple de Guinée qui a le droit de désobéir à toutes les décisions de ce clan d’oppresseurs.

Le FNDC dénonce cette décision absurde et ridicule du gouvernement guinéen, quand on sait que la crise sanitaire que notre pays peine à endiguer a été provoquée et entretenue par ce clan qui s’est servi de la COVID-19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Malgré les nombreuses dénonciations et interpellations de la communauté nationale et internationale, et des organisations de défense des droits de l’Homme, le Gouvernement continue de profiter de cette pandémie pour tuer, kidnapper et emprisonner des leaders et militants du FNDC. Aujourd’hui, plus de 400 militants et sympathisants du FNDC sont illégalement emprisonnés au mépris de toute procédure légale.

Le Gouvernement irresponsable et sanguinaire d’Alpha Condé a violé toutes les mesures d’urgence sanitaire et de distanciation sociale en drainant les masses humaines lors des meetings ou rassemblements politiques, tandis que les citoyens opposés au projet de troisième mandat étaient sauvagement tués et emprisonnés au nom de la COVID-19 lors des rassemblements pacifiques.

Le FNDC ne saurait obéir à cette interdiction illégale et travaille déjà sur un schéma adapté au contexte de répression, d’abus de pouvoir et de totalitarisme.

Le FNDC réaffirme son soutien à tous les prisonniers politiques et exige leur libération immédiate.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

Conakry, le 23 novembre 2020.

La coordination nationale du FNDC

Lire

Manifestation de rue : le gouvernement barre la route au camp Cellou Dalein

23 novembre 2020 à 9 09 25 112511

À la veille de la manifestation appelée par l’UFDG et l’ANAD, le 25 novembre 2020, les autorités guinéennes prennent des dispositions pour barrer la route aux opposants. Dans un communiqué publié dimanche soir, 22 novembre, le gouvernement a annoncé la suspension de toutes les manifestations de masse dans le pays. Les autorités invoquent la pandémie du coronavirus pour justifier cette décision.

Lire