L’approche des élections législatives aiguise les appétits des politiques. C’est le branlebas de combat dans les états major des partis politiques en prélude à cette compétition. Les candidats aux élections primaires dans les différentes formations politiques se préparent activement pour espérer être les heureux élus. C’est dans ce cadre que Maladho Diallo, trésorier général de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a officialisé sa candidature à la députation aux élections primaires de son parti au compte de la préfecture de Pita. C’était au cours d’une conférence de presse organisée au QG du parti à Hamdallaye ce samedi, 30 novembre 2019, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Diplômé en Master II en Gestion de Projet de Développement de l’Université Paris 7, et ayant travaillé pendant deux ans dans une entreprise française, Maladho Diallo a décidé de tout abandonner pour rentrer au pays. Après avoir milité au sein de l’UFDG pendant 15 ans, un parcours qui lui a permis de gravir plusieurs échelons, Maladho Diallo se porte candidat à la députation à Pita, sa préfecture d’origine.

Dans son intervention, monsieur Diallo a laissé entendre que ce choix a été muri pendant plusieurs années. « Depuis des années, je suis convaincu d’une chose, c’est que les jeunes occupent une place importante dans la vie de la nation. Pour le cas spécifique de Pita, depuis années, j’y pense. Depuis deux ans, un groupe de jeunes, des amis, m’ont sollicité, m’ont demandé de me porter candidat pour les prochaines élections législatives. Cela, afin de défendre les intérêts de Pita, ça c’est un. Deuxièmement, il y a une année, j’ai été sollicité par le député uninominal de Pita qui est un frère, monsieur Diouldé Sow. Il m’a demandé de le soutenir pour le conseil régional de Mamou. Et pour être électeur et éligible, il faut d’abord appartenir à un conseil communal. Nous l’avons aidé. En contrepartie, il allait me soutenir pour être le député uninominal de Pita. Nous l’avons aidé à faire partie du conseil communal de Pita. Depuis ce jour, j’ai pris mon bâton de pèlerin pour sillonner la préfecture de Pita, j’ai rencontré la jeunesse de Pita, j’ai rencontré la diaspora. Depuis, je suis sur cette dynamique », a-t-il expliqué.

Maladho Diallo a dit son optimisme de représenter officiellement l’UFDG à l’occasion de l’assemblée générale extraordinaire que le parti va organiser les 7 et 8 décembre prochain. Il justifie cela par son engagement militant au sein du parti depuis des années et de la proximité qu’il a avec les populations de Pita. Il promet d’apporter un changement de qualité dans leur quotidien une fois à l’Assemblée nationale. « Une fois que je serai élu député, la première chose que je ferai, c’est de sillonner les sous-préfectures relevant de Pita et de la commune urbaine pour identifier les besoins. La deuxième chose que je ferai, c’est de réunir tous les fils de Pita, toutes tendances confondues, pour parler de développement. Pita a beaucoup de potentialités. Tout récemment, j’ai eu échange avec quelqu’un qui m’a dit que Pita, c’est la préfecture la plus décentralisée de la Guinée. Pita a des sous-préfectures qui sont des pôles de développement économiques. Chaque sous-préfecture a sa potentialité. Quand vous prenez par exemple Donghol-Touma, on a la culture de la banane et du café, sans compter les sites touristiques à Ley Miro ; vous avez la culture de l’arachide à Timbi-Madina, c’est la culture de la pomme de terre ainsi de suite. Donc, je vais en premier lieu identifier les besoins pour défendre les projets et les causes de ces sous-préfectures à l’Assemblée nationale. Ensuite, vous savez que Pita est impactée par l’enclavement. Pour quitter Pita et aller à Donghol Touma ou bien pour aller à Sangaréyah, avant pour relier ces deux localités, tu ne pouvais mettre que deux à trois heures de temps, mais maintenant tu mets 8 à 9 heures de temps entre ces deux localités. Donc, une fois à l’Assemblée nationale, je vais essayer de résoudre ce problème. Pita est aussi une préfecture où les enfants émigrent beaucoup. Quand vous allez à Dakar, en France ou ailleurs, vous y trouverez des fils de Pita qui s’impliquent beaucoup pour le développement de la préfecture. La quasi-totalité des infrastructures de la commune urbaine ont été réalisées par la diaspora. Donc, une fois élu député, je vais œuvrer à la réunification de tous les fils de Pita à travers la création d’une association faitière à l’image de Télimélé ».

A noter que Maladho Diallo s’est toujours investi pour la préfecture de Pita. Lors d’une de ses visites à Rochefort, en France, il a obtenu une promesse de dons de 3 mille livres au bénéfice des élèves de Pita.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin