Vous êtes préoccupés par le futur de vos territoires, vous souhaitez faire des études utiles à votre pays, vous avez l’ambition de booster le développement économique local de vos communes et régions, vous souhaitez étudiez et trouver rapidement de l’emploi, vous aimeriez créer votre propre entreprise rurale… Voici quelques filières de formation que je vous conseille.

Suivez ces formations diplômantes dans les écoles professionnelles de votre pays (s’il en existe) ou dans votre sous-région.

Si possible, commencer par le cycle moyen (niveau techniciens supérieurs) et après quelques années de pratiques professionnelles (4 à 7 ans), cherchez à aller poursuivre vos études dans les universités ou instituts supérieurs spécialisés pour obtenir des diplômes d’ingénieurs.

Ces filières constituent aujourd’hui les formations qui feront l’avenir de nos territoires et de nos pays demain.

1- Entrepreneuriat rural
2- Mise en place et développement de chaînes de valeurs agricoles et artisanales
3- Électrification solaire
4- Systèmes d’adduction d’eau potable, notamment à travers l’énergie solaire
5- Gestion des coopératives agricoles
6- Gestion du tourisme solidaire en milieu rural
7- Finances publiques locales
8- Agrobusiness et développement durable
9- Santé communautaire
10- Éveil, éducation et protection des enfants
11- TIC et métiers ruraux
12- Techniques de gestion post récoltes
13- Techniques de transformation agroalimentaire
14- Génie rural & techniques de conservation des eaux de ruissellement
15- Les techniques de mobilisation et de médiation sociales
16- L’économie sociale et solidaire
17- Gestion et audit organisationnel et comptable des entreprises rurales
18- Techniques du journalisme sur les métiers ruraux
19-Techniques de vente des produits agricoles et artisanaux
20- La gestion foncière et l’aménagement rural
21- Les techniques de conservation de sols
22- Etc.

L’avenir du continent réside dans le secteur primaire. Pour faire face aux besoins de plus en plus croissants des populations africaines, les bras valides n’auront pas de choix que de faire le chemin inverse : l’exode urbain. C’est à dire retourner dans les territoires ruraux et gérer les potentialités économiques locales : agriculture, élevage, artisanat, tourisme, …

Algassimou DIALLO
Expert Polyvalent en Développement
Passionné des activités économiques locales

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin