Elhadj Safioulaye Bah, préfet de Labé

Le préfet de Labé, Elhadj Safioulaye Bah, a administré une paire de gifle à un citoyen ayant conduit un voleur présumé à son domicile. L’acte s’est passé à l’aube de ce vendredi, 06 décembre 2019. L’autorité préfectorale invoque une violation de domicile pour justifier son acte, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Labé.

Tôt ce vendredi, des habitants du quartier Mosquée dans la commune urbaine de Labé, ont mis main sur un homme, accusé d’avoir tenté de défoncer les portes d’un magasin de vente de pièces détachées. Ils ont mis de l’essence sur lui et s’apprêtaient à le brûler vif, lorsque Thierno Nouhou Diallo, un habitant de la localité, est intervenu pour le sauver la vie. Il a retiré le présumé voleur des mains des citoyens qui voulaient le lyncher pour l’emmener au domicile du préfet de Labé, situé non loin de l’endroit où la tentative de vol aurait eu lieu.

Nouhou Diallo, jeune giflé par le préfet de Labé

« Quand nous sommes arrivés au domicile du préfet, ce dernier est sorti me crier dessus, en disant que son domicile n’est pas un lieu de détention. C’est ainsi que le préfet, furieux, m’a administré trois gifles avant d’appeler les services de sécurité qui sont venus embarquer le présumé voleur. Je ne vais pas laisser passer cette affaire à moins que le préfet me présente des excuses », soutient Thierno Nouhou Diallo, étonné et choqué par la réaction du préfet.

Joint au téléphone, Elhadj Safioulaye Bah a confirmé son acte. Il parle d’une violation de domicile. « C’est exact, je l’ai giflé. Ils ont arrêté quelqu’un aux environs de 5 heures du matin pour l’emmener chez moi. Les gens se sont attroupés devant mon domicile pour demander à ce que leur soit livré le présumé voleur. Je leur ai dit non, la légitime défense c’est avant qu’il n’arrive dans les mains de l’autorité. Quel que soit son statut, l’autorité est obligée de le protéger. J’ai appelé la gendarmerie qui est venue le récupérer. Mais, c’est une violation de domicile parce que ce n’est pas chez moi qu’on doit emmener les voleurs. Quiconque emmène quelqu’un chez moi, dans ma cour, je le gifle. C’est un domicile privé », a dit le préfet de Labé.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin