Boubaar Barry, vice-président de l’UFR

Depuis la réouverture du dialogue politique inter-guinéen au sein du comité de suivi, plusieurs leaders d’opinion (dont des responsables de partis politiques) critiquent l’UFR pour sa participation à ces pourparlers. Mais, pour Boubacar Barry, vice-président de l’UFR, il est temps que « ces leaders politiques qui aiment prendre le micro pour se mettre en valeur » se ressaisissent et se consacrent à l’essentiel.

Il l’a dit ce samedi, 14 décembre 2019, à l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de l’union des forces républicaines (UFR) qui s’est tenue au siège du parti à Matam, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était à cette rencontre politique.

Apparemment très colère contre ceux qui critiquent l’UFR et accusent son leader, Sidya Touré, de travailler avec l’actuel chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé (dont il était le haut représentant), Boubacar Barry a déclaré que personne ne peut leur donner de leçon de patriotisme ou d’engagement.

« J’entends parfois des leaders politiques dire que Sidya Touré travaille avec le président Alpha Condé, Sidya est celui qui crée des problèmes dans ce pays… Mais, bon sang ! Qui peut mettre aujourd’hui le doute sur le combat de Sidya Touré pour la démocratie et le développement ? Ça va faire bientôt 20 ans que nous sommes dans ce combat. Personne ne peut nous donner de leçon de patriotisme ou d’engagement. Donc, je demande vraiment aux leaders politiques qui aiment prendre le micro pour se mettre en valeur, de se consacrer à l’essentiel », a dit l’ancien ministre, sous les ovations de l’auditoire.

Ce vice-président de l’UFR estime qu’à l’état actuel de la Guinée, ce qui doit nous unir est plus que ce qui doit nous diviser. « Nous avons des enjeux majeurs en face de nous, pas en tant que parti politique, mais en tant que guinéen. Tout le monde vit au quotidien les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Et, ces difficultés sont la conséquence de la mauvaise gouvernance. Tant qu’on n’aura pas des gens capables de gérer le pays comme il se doit, de rendre compte, de se préoccuper de l’intérêt général, nous continuerons à vivre dans la misère et dans les difficultés. C’est ça le combat de Sidya Touré, c’est ça le combat de l’UFR ; et, nous n’accepterons pas qu’un leader politique, quel qu’il soit, nous donne des leçons sur ce plan », a insisté Boubacar Barry.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin