Le président déclaré élu de la Guinée-Bissau (mais contesté par son adversaire), Umaro Sissoko Embalo, est présent au 33ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba. Il est arrivé hier, samedi 8 février 2020, dans la capitale éthiopienne où il a été accueilli par son « homologue », la présidente Sahle-Work Zewde, avec « tous les honneurs » comme on peut le lire sur sa Page Facebook en français. Tout le protocole entourant l’accueil d’un chef d’État en exercice a été déployé.

Pourtant, l’Union africaine avait annulé l’invitation du 24 janvier qui lui avait été adressée en sa qualité de président déclaré élu par la Commission électorale nationale (CNE). Une annulation motivée par le contentieux électoral en cours à Bissau qui oppose le camp d’Embalo à celui de son adversaire du parti au pouvoir, le PAIGC, Domingo Simoēs Preiras. Mais, l’audacieux Embalo n’en a cure, visiblement. Il est à Addis-Ababa, alors que le président sortant est resté à Bissau.

Umaro Sissoko Embalo a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle du 29 décembre dernier avec 53,55% des chiffrages exprimés, contre 46,45% pour son adversaire. Des résultats contestés par ce dernier, poussant la CEDEAO à demander à la CNE une vérification des procès-verbaux du second tour de la présidentielle. Une victoire confirmée par la Commission électorale le 4 février, après la vérification. Mais, la Cour Suprême du pays n’a toujours pas validé le scrutin.

Après la confirmation de sa victoire, le bouillant général Embalo a annoncé avec fracas qu’il prendra ses fonctions de chef d’État de la Guinée-Bissau le 27 février prochain de gré ou de force. Tous les regards sont désormais tournés vers Bissau.

Guineematin.com suit de près pour vous !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin