Un feu d’origine inconnue s’est déclaré hier lundi, 17 février 2020, aux environs de 19 h, dans un domicile privé au secteur Permanence, du quartier Ratoma centre. Il n’y a pas eu de pertes en vies humaines, ni de blessés, mais d’importants dégâts matériels ont été enregistrés, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.
Les incendies se multiplient en Guinée à un rythme effrayant. Une maison d’habitation a pris feu dans la nuit d’hier lundi à Ratoma Centre. La mobilisation des citoyens a permis de circonscrire l’incendie même si d’énormes pertes matérielles ont eu lieu sur place.

Selon la victime, Seydouba Bangoura, enseignant de profession, les pertes sont énormes. « C’est hier lundi, 17 février 2020, aux environs de 19 heures, j’étais à l’agence avec un collègue. Il s’est embarqué. Ensuite, j’étais avec deux autres amis, je leur ai dit que je venais manger à la maison. C’est en venant pour manger que j’ai croisé la femme de mon homonyme qui criait : au feu, au feu. Et c’est là que j’ai constaté que c’est la maison qui avait pris feu. On a alerté le voisinage.

Ainsi, les voisins, la famille, tout le monde est venu, mais le feu avait déjà fini d’occuper tout l’intérieur de la maison. Avec l’aide de tout le monde on a pu éteindre le feu, mais rien n’est sorti. Tout a été brûlé dedans. Même les documents administratifs, le passeport de ma femme, tout a été calciné. J’avais environ 10 millions de francs guinéens dedans. Ça aussi, c’est parti. Heureusement qu’il n’y a pas eu de perte en vie humaine », a fait savoir monsieur Bangoura.

Parlant des causes du drame, l’enseignant dit ne pas en avoir une idée précise. « On ne sait pas encore la cause réelle de l’incendie. Il paraît que le courant venu à 18 mais il n’a fait que 5 minutes. L’ampleur de ce que j’ai vu ici, ça veut dire que la maison est restée longtemps ici en train de brûler parce ça avait fait plus d’une heure, en train de brûler. Les dégâts que j’ai vus ici ne peuvent pas se faire en 20 minutes ou en 30 minutes. Ça avait commencé assez longtemps, avant que les gens ne sachent que c’était en train de brûler. »

Face à la multiplication des incendies à Conakry, Seydouba Bangoura demande au gouvernement de chercher à y mettre fin. « Aujourd’hui, nous sommes entrain de vivre des situations difficiles parce qu’au moment où j’informais un ami de cet incendie-là, lui aussi m’a dit que ça brûlait à Yimbaya et qu’il y avait un autre incendie qui s’est produit au marché de Matoto. Donc, c’est devenu très récurrent à Conakry. Je pense qu’il faut interpeler l’Etat sur cette situation pour qu’on trouve une solution. Sinon, c’est devenu très grave. »

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com
Tel: 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com