Lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo, préfet de Dinguiraye

Comme annoncé précédemment, les locaux de la préfecture de Dinguiraye ont été la cible d’une attaque menée par des manifestants pro UFDG dans la soirée de ce mardi, 18 février 2020. Les opposants ont procédé à des jets de pierres sur le bloc administratif préfectoral, brisant quelques vitres. Joint au téléphone peu après l’incident, le préfet de Dinguiraye, le Lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo a livré sa version des faits.

« J’ai été informé par le maire de la commune urbaine de Dinguiraye que la fédération UFDG a déposé un courrier informant de l’organisation d’un meeting au stade préfectoral. Mais, la commune n’a pas accepté. Entretemps, il y a eu tiraillement entre eux. Finalement, moi-même, j’ai invité les responsables de l’UFDG, nous avons échangé. Ils ont dit qu’il faudrait qu’ils viennent tenir leur meeting au niveau du stade préfectoral. J’ai expliqué que c’est la commune qui autorise. Suite à une demande du maire de la commune urbaine, les services de sécurité ont été déployés au stade préfectoral ce mardi dans le but de sécuriser cet édifice public de l’Etat.

Après, vers les 15 heures, les notables se sont impliqués pour demander au maire d’accepter que les autres viennent tenir leur meeting au stade préfectoral. Ils ont été finalement été autorisés pour éviter le pire, pour ne pas qu’il y ait affrontement entre les forces de l’ordre et les manifestants. Ils sont venus, ils ont tenu leur meeting. Nous, nous avons quitté nos bureaux dans les environs de 17 heures, nous sommes rentrés à la résidence. Après leur meeting, entre 18h et 18h30, ils sont venus vers la préfecture où il n’y avait personne. Tout était fermé. Ils ont jetés des cailloux, ils ont cassé les vitres. Entretemps, les agents des forces de l’ordre sont venus, les manifestants ont pris la tangente. C’est ce qui s’est passé ici » a expliqué le préfet Mamadou Lamarana Diallo.

Parlant du refus d’autoriser l’accès au stade, le préfet de Dinguiraye insiste et persiste que « la commune est souveraine, le maire indépendant. C’est le maire de la commune urbaine, c’est lui qui a fait la lettre-réponse. C’est à la dernière minute que moi j’ai été informé. Je n’étais même pas au courant de ce programme. J’étais dans les collectivités. Je n’étais pas au courant qu’une délégation de l’UFDG devrait venir à Dinguiraye. J’ai été informé à la veille. La décision de refuser est venue de la commune. La commune est libre d’accepter ou de ne pas accepter. Moi aussi, en ma qualité de première autorité préfectorale, je suis tenu obligé de sécuriser les biens de l’Etat et la population si le maire en fait la demande » a-t-il ajouté.

Des informations ont fait état de l’interpellation de plusieurs manifestants. Mais le préfet de Dinguiraye dit n’avoir pas été informé par ses services de cette situation. Le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo précise d’ailleurs que ce ne sont pas des jeunes de Dinguiraye qui ont jeté des cailloux sur le bloc administratif préfectoral « mais ce sont les bodygards qui sont venus avec le député Fodé Maréga, qui ont dirigé l’attaque contre la préfecture. Ils étaient au nombre de 16, selon les informations que nous venons de recevoir », conclut l’administrateur territorial.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Contacts : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com