Grâce à la médiation de certains citoyens, les syndicats des transporteurs de Kankan et de Mandiana ont suspendu le bras de fer qui les opposait depuis deux semaines. Le trafic a repris normalement entre les deux villes en attendant les négociations pour une sortie de crise, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mandiana.

C’est un ouf de soulagement pour les chauffeurs affiliés aux syndicats des transporteurs de Kankan et de Mandiana. Ils pourront maintenant circuler librement sur toutes les lignes sans être inquiétés. Ce qui n’était pas possible au cours des deux dernières semaines. Une période pendant laquelle les deux camps se livraient une véritable bataille à distance. Tous les véhicules enregistrés au compte du syndicat des transporteurs de Mandiana étaient bloqués et leurs passagers débarqués de force à Kankan. L’union syndicale des transporteurs de Mandiana faisait la même chose avec les véhicules en provenance de Kankan.

 

Face à cette crise qui n’arrangeait personne, les ressortissants de Mandiana résidant à Kankan ont engagé une médiation entre les deux camps en conflit. Et, cette démarche commence à porter fruit, parce que les adversaires ont accepté de donner la chance aux négociations. Mais pour une sortie de crise effective, le syndicat des transporteurs de Mandiana, par la voix de son président, Papa Diakité, pose deux conditions « non négociables ».

 

« On a reçu une forte délégation composée de nos frères, fils, parents résidant à Kankan. Ils sont venus nous plaider pour qu’on accepte de lever les barrages de contrôle sur la route et rétablir le mouvement habituel avec Kankan, en attendant une résolution définitive du problème. Comme ce sont nos frères, on a accepté leur doléance, mais avec des conditions non négociables. Premièrement, il faut que soit clair que Mandiana peut voyager sur toutes les villes et à n’importe quel jour de la semaine tant qu’il y a des passagers.

 

La deuxième condition, c’est qu’à la gare routière de Kankan, le tableau de voyage des sous-préfectures de Mandiana n’enregistre que des véhicules de Kankan, alors que ça doit être divisé entre Kankan et Mandiana. On a toujours revendiqué d’avoir nos véhicules sur ces différentes lignes parce que ce sont nos sous-préfectures. Mais cette fois-ci, ça devient une condition obligatoire pour une sortie de crise », a laissé entendre le responsable du syndicat des transporteurs de Mandiana.

 

Papa Diakité indique que son camp donne un mois à l’équipe de médiation pour trouver une solution définitive à cette crise. Passé ce délai, il annonce que l’organisation qu’il dirige va remettre en place les barrages le contrôle sur la route pour arraisonner tous les véhicules appartenant au syndicat de Kankan et débarquer leurs passagers.

 

A rappeler que le conflit entre ces deux organisations syndicales est partie de la décision de l’union syndicale des transporteurs de Mandiana d’embarquer des passagers pour Guéckédou un mercredi, alors que d’habitude, c’est seulement les vendredis que ses chauffeurs prennent des passagers à Mandiana pour Guéckédou. Cette situation n’a pas plu au syndicat des transporteurs de Kankan, qui a décidé d’intercepter les véhicules en provenance de Mandiana pour débarquer leurs passagers.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Tel. 625 81 03 26

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin