Komboïgo Wen-Venem Eddie Constante Hyacinthe, candidat du congrès pour la démocratie et le progrès

Les réactions se poursuivent dans la classe politique burkinabè, suite à la publication des résultats provisoires de l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, qui donnent le président sortant vainqueur avec 57, 87 % des suffrages exprimés. Classé deuxième avec 15, 48 %, Eddie Komboïgo, candidat du congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), estime que son parti méritait mieux que ce qui lui a été attribué. Il annonce toutefois qu’il ne va pas contester les résultats qui seront proclamés par le conseil constitutionnel, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Ouagadougou.

Recalé en 2015 par le conseil constitutionnel, Komboïgo Wen-Venem Eddie Constance Hyacinthe, était à sa première participation à une élection présidentielle cette année. Et, le candidat du congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti fondé par l’ancien président Blaise Compaoré, a déjoué les pronostics. Il est arrivé deuxième devant le chef de file de l’opposition Zéphirin Diabré. Mais malgré ce score, l’intéressé n’est pas tout à fait satisfait. Il estime que son parti méritait mieux que les 15, 48 % des suffrages qu’il a obtenus.

« Je pense que nous méritions mieux. On sait que les élections en Afrique valent ce qu’elles valent. Les uns et les autres ont constaté beaucoup d’irrégularités qui se sont déroulées dans ce processus électoral. Nous avons convenu au dialogue politique de retoucher le code électoral afin d’assurer la confiance électorale. Malheureusement, nous avons constaté qu’au cours de ce processus électoral, beaucoup d’irrégularités ont été relevées », a-t-il dénoncé.

Malgré tout, Eddie Komboïgo n’écarte pas l’idée de féliciter le président sortant, Roch Marc Christian Kaboré, si sa victoire venait à être confirmée par le conseil constitutionnel « Vous savez que je suis légaliste, je fais confiance aux institutions judiciaires de mon pays. Si les résultats sont validés par le conseil constitutionnel, je vais certainement le féliciter. Ce qui importe pour nous, c’est l’intérêt supérieur de la nation, la paix, la réconciliation nationale et le développement de notre nation », a dit l’opposant.

L’une des promesses de campagne du candidat du CDP, c’était de faciliter le retour de Blaise Compaoré, qui vit en exil en Côte d’Ivoire. N’ayant pas gagné l’élection, il espère que le président Kaboré facilitera le retour de l’ancien chef d’Etat burkinabè, chassé par une insurrection populaire en 2014.

Komboïgo Wen-Venem Eddie Constante Hyacinthe, candidat du congrès pour la démocratie et le progrès

« J’espère que la raison va dominer celui qui a été réélu, d’autant plus qu’il avait promis que dans les 6 mois qui suivront sa réélection, il va organiser un dialogue de réconciliation. Nous attendons donc la réalisation de cette promesse. Nous demandons même d’aller plus vite parce que le peuple a tant souffert de la pauvreté, la misère, l’insécurité et de tous les maux. Le congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ne ferme pas sa porte, il reste ouvert à tout dialogue pour le retour dans les conditions normales du parrain d’honneur de ce parti, Blaise Compaoré », a dit Komboïgo Wen-Venem Eddie Constance Hyacinthe.

A noter que plusieurs candidats, dont Tahirou Barry, Ablassé Ouédraogo et Kam Yéli Monique, sont déjà passés à la présidence de la République pour féliciter le président Roch Marc Christian Kaboré.

De Ouagadougou, Abdoulaye N’koya SYLLA, envoyé spécial de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin