En l’absence de Cellou Dalein Diallo, en séjour à Dakar où il a été récemment réélu vice-président de l’international libéral, c’est son vice-président, Dr Fodé Oussou Fofana, qui a animé l’assemblée générale de l’UFDG ce samedi, 1er décembre 2018. Il avait à ses côtés, les vice-présidents, Bano Sow, Kalémodou Yansané, certains députés et plusieurs autres responsables du parti, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son discours d’une vingtaine de minutes, le président du groupe parlementaire des Libéraux-démocrates à l’Assemblée nationale, Dr Fodé Oussou Fofana, a touché à plusieurs sujets d’actualité nationale, notamment l’assainissement de la ville de Conakry, l’installation de PA dans la commune Ratoma ; mais aussi, le retard de l’installation des conseils communaux de Matoto et de Ratoma.

Parlant de l’assainissement, Dr Fodé Oussou Fofana a déploré la méthode utilisée par les autorités qui consiste à ériger des barrages un peu partout dans la ville et qui empêchent même les personnes malades de se rendre dans les hôpitaux. Selon lui, au lieu de mettre en place des stratégies pour rendre la ville propre, le gouvernement préfère organiser de la « mamaya » et de la comédie.

« Si on veut faire le nettoyage, on peut le faire la nuit ; mais ici, on empêche un médecin, un pharmacien d’aller à son travail. Imaginez qu’une femme enceinte, qui veut rejoindre l’hôpital, les taxis n’ont pas droit de circuler, elle va perdre la vie », a-t-il dénoncé tout en demandant aux autorités d’aller prendre l’exemple sur les autres pays de la sous-région.

Sur l’installation des points d’appui (PA) un peu partout dans la ville, l’opposant dénonce une tentative d’intimidation qui, dit-il, est loin de les ébranler. D’ailleurs, il se pose la question de savoir, en cas d’attaque contre la Guinée, qui pourra-t-on faire sortir pour nous défendre à partir du moment où, la police, la gendarmerie et l’armée sont tous dans la rue pour un prétendu maintien d’ordre. « Avant c’était la police et la gendarmerie. Maintenant, c’est la police, la gendarmerie et l’armée. Ils sont paniqués. Le jour où, je ne souhaite pas, ce pays va être attaqué, qui va-t-on faire sortir ? », s’interroge Fodé Oussou Fofana.

Revenant sur leur marche du jeudi qui a été étouffée, le parlementaire a parlé de « haine » contre les opposants avant d’ajouter que parmi les forces de l’ordre présents ce jour, il y avait certains qui avaient des armes. « Dès qu’on est sorti, on a vu des camions venir à vive allure avec la haine. Et, on a observé que parmi les policiers, les gendarmes et les militaires, certains avaient des armes.

Aujourd’hui, on ne sait plus c’est quoi le maintien d’ordre. Il y a tellement de désordre entre la police, la gendarmerie et l’armée, qu’on ne sait plus à qui on a affaire », explique Dr Fodé Oussou Fofana qui annonce par la même occasion, d’autres manifestations la semaine prochaine.

Pour ce qui est du retard de la mise en place des exécutifs des communes de Ratoma et de Matoto, l’opposant accuse de pouvoir d’Alpha Condé de vouloir coûte que coûte gagner Matoto pour ne pas perdre toutes les 5 communes de Conakry. Sans citer de nom, Dr Fodé Oussou Fofana, a parlé d’un « pyromane » qui serait à Sékoutouréya et qui distribuerait de l’argent pour acheter les consciences des élus pour que ceux-ci soutiennent le candidat du RPG Arc-en-ciel.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin