Boureima Condé confirme les accusations de Kalemodou Yansané (vidéo)

15 décembre 2018 à 22 10 59 125912
Honorable Kalemodou Yansané

Comme indiqué dans une précédente dépêche de Guineematin.com, le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, qui supervise les élections des exécutifs communaux, s’est fait inviter au JT de 20 heures 30, de la télévision publique guinéenne, la RTG. Le Général Boureima Condé a annoncé que l’élection de l’exécutif communal de Matoto « sera reprise dans les prochains jours »…

Revenant sur la perturbation du vote, dans la journée de ce samedi, 15 décembre 2018, à la mairie de Matoto, le ministre a indiqué que ce sont des intrus qui auraient déchiré les bulletins de vote. Ce qui confirme les explications de Kalemodou Yansané de l’UFDG, qui jure avoir été élu selon les règles de l’art, le vote a été recompté, après une première contestation, dit-il. Et, le député de l’UFDG accuse un certain Balamoussa Keïta qui serait venu (comme l’a confirmé le ministre Boureima Condé) déchirer les bulletins.

Ci-dessous et en vidéo, Guineematin.com vous propose les versions de l’Honorable Kalemodou Yansané et du ministre Boureima Condé :

Lire

Cellou Dalein à l’AG de l’UFDG : « Matoto a eu le meilleur maire »

15 décembre 2018 à 22 10 43 124312

L’ambiance était toute festive ce samedi, 15 décembre 2018 au siège de l’UFDG à Conakry. Les responsables et les militants du principal d’opposition du pays se sont massivement mobilisés sur les lieux pour célébrer leurs victoires aux élections des maires de Dixinn, Ratoma et Matoto, trois des cinq communes de la capitale guinéenne.

L’heure n’était pas à la dénonciation ce samedi au siège de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG). Les habituels discours virulents exprimant de la colère et fustigeant le régime Alpha Condé ont laissé la place à une grande joie et à une totale fête sur les lieux. Les responsables du parti, en leur tête Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne, et leurs militants fortement mobilisés ont passé une bonne partie de la journée à célébrer les résultats engrangés par le principal parti d’opposition du pays aux élections des exécutifs des mairies de la capitale guinéenne.

En effet, sur les 5 communes de Conakry, l’UFDG se félicite d’avoir remporté 3 mairies. Même si l’élection de Kalémodou Yansané à la tête de la mairie de Matoto n’est pas encore reconnue officiellement puisque contestée par le parti au pouvoir, l’UFDG célèbre déjà la victoire de son candidat dans la plus grande commune du pays. Kalémodou Yansané était d’ailleurs le héros de la journée, aux côtés de Mamadou Samba Diallo, maire de la commune de Dixinn et Souleymane Taran Diallo, maire de la commune de Ratoma. Et, le député a pris la parole pour expliquer aux militants de son parti ce qui s’est passé ce samedi, 15 décembre à la mairie de Matoto.

« Nous avons totalisé 23 voix après deux décomptes. La presse qui était au grand complet est témoin. Lorsqu’on a recompté deux fois en haute voix jusqu’à 23, tous étaient en faveur de Kalémodou Yansané. Tout Matoto est en fête aujourd’hui. Je dois remercier tous ceux qui ont contribué à notre victoire. Ceux qui ont contribué moralement, physiquement, financièrement, je dois les remercier. Je dois vous dire qu’à partir de ce moment, vous avez devant vous, monsieur le député maire de la plus grande commune de la Guinée.

Je remercie les militants et militantes de Matoto. Avec votre intelligence, votre courage et votre bravoure, je suis convaincu que, grâce à l’aide de Dieu, Elhadj Cellou Dalein sera bientôt le président de la République de Guinée », a déclaré Kalémodou Yansané sous un tonnerre d’applaudissements.

Ensuite, ce fut au tour de Cellou Dalein Diallo de prendre la parole pour féliciter les maires présents pour leurs victoires dans leurs communes respectives. « Monsieur le maire de Dixinn, monsieur le maire de Ratoma, monsieur le maire de Matoto, je voudrais vous féliciter vous trois pour la victoire éclatante de l’UFDG dans vos mairies respectives. Nous sommes fiers de vous parce que vous avez hissé très haut le drapeau de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée.

Aujourd’hui, c’est une grande fête pour vous, mais surtout une grande fête pour l’UFDG. Nos adversaires ne délireront pas, parce qu’il leur arrive de faire preuve d’arrogance, de minimiser la force de l’UFDG, sa capacité d’organisation, le dévouement et l’engagement de ses militants et ses responsables. Aujourd’hui, le choix de la population a prévalu. C’est pourquoi nous sommes en train de nous réjouir », a dit le président de l’UFDG.

En ce qui concerne le cas particulier de Matoto, malgré la confusion qui règne actuellement dans le pays, le chef de file de l’opposition n’a aucun doute que le candidat de son parti a remporté l’élection et qu’il va diriger cette mairie. Pour lui, c’est d’ailleurs le meilleur maire auquel Matoto pouvait s’attendre. « Les élus d’autres listes savent bien que l’UFDG avait le meilleur candidat. C’est pourquoi nous avons gagné. Parce que d’autres élus d’autres listes ont voté pour nous parce qu’ils sont confiance à Kalémodou et à l’UFDG. Et je dois vous dire que Matoto a eu le meilleur maire qu’il pouvait avoir dans cette élection.

Je connais personnellement honorable Kalémodou Yansané, il a été mon collaborateur. Je me rappelle des performances que le ministère de Travaux Publics a réalisées pour le pays sous ma direction. Mais, c’est grâce aux efforts conjugués de Kalémodou, moi-même et d’autres cadres qu’on a construit la route Kouroussa-Kankan avec le pont sur le Niger de 372 mètres. C’est avec lui, avec sa technicité qu’on a construit la route Kankan-Kourémalé 217 kilomètres avec le plus grand ouvrage. C’est un ingénieur attentif, rigoureux, compétent, intègre. Nous avons réalisé la route Kankan-Kourémalé avec une économie de 16 millions de dollars sur le budget qui était approuvé », a rappelé Cellou Dalein Diallo.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Lire

Mairie de Matoto : « l’élection sera reprise », annonce le ministre Boureima Condé

15 décembre 2018 à 20 08 53 125312

C’est au cours du journal télévisé de la RTG que le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, le Général Boureima Condé, a annoncé que l’élection de l’exécutif de la mairie de la commune de Matoto « sera reprise dans les prochains jours ».

A en croire le Général Boureima Condé, le processus électoral se déroulait normalement quand des intrus ont perturbé le vote et déchiré les bulletins… Une explication qui semble confirmer les affirmations de l’honorable Kalemodou Yansané de l’UFDG.

Le vice-président et candidat du principal parti de l’opposition guinéenne à Matoto a dit avoir été normalement élu. Mais, un certain Balamoussa Keïta aurait protesté contre ce vote. Exclu de la salle, ce dernier reviendra plus tard pour assister à la reprise du décompte. Et, c’est après l’ultime annonce de la victoire du candidat de l’UFDG que Balamoussa Keïta aurait déchiré les bulletins, a indiqué Kalemodou Yansané, peu après le vote qu’il jure avoir légalement remporté.

Même si le ministre Boureima Condé ne cite pas ce nommé Balamoussa Keïta, ses explications à la télévision publique guinéenne semblent corroborer celles de l’Honorable Kalemodou Yansané. Ce dernier acceptera-t-il la reprise du vote qu’il jure avoir remporté dans les règles de l’art ? Wait and see…

A suivre ! 

Lire

Corruption, grève des enseignants, vol des élections : Sidya Touré flingue le pouvoir d’Alpha Condé

15 décembre 2018 à 20 08 49 124912

Après avoir démissionné de son poste de Haut-Représentant du chef de l’Etat, Sidya Touré reprend sa casquette d’opposant et tire sur le pouvoir actuel. Le président de l’UFR qui a présidé l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, ce samedi, 15 décembre 2018, s’est montré amer à l’égard des autorités guinéennes. Il a dénoncé la corruption qui gangrène l’administration, la gestion de la grève des enseignants en cours et le fichier électoral, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

C’est la première rencontre entre Sidya Touré et ses militants depuis sa récente démission de son poste de Haut-Représentant du président Alpha Condé. Et, le président de l’UFR peut se féliciter d’avoir pris cette décision. Car ses partisans ont bien apprécié sa démission, et ils ont tenu à le lui exprimer. Sidya Touré en a profité pour expliquer les raisons qui l’ont poussé à jeter l’éponge. Ce sont, selon lui, un certain nombre de dysfonctionnements qu’il a constatés dans la gouvernance actuelle et le refus du président de la République d’écouter ses conseils.

Parmi les problèmes que dénonce le président de l’UFR, figure « la corruption qui gangrène l’administration et le manque de volonté du gouvernement d’aller de l’avant ». Pour lui, l’actuel gouvernement ne peut pas amener la Guinée vers le développement souhaité. « Ce gouvernement ne peut pas faire avancer un pays, parce qu’il y a pas une feuille de route précise et il n’y a pas de volonté. L’administration est gâtée, tout le monde cherche l’argent. La corruption est telle qu’on ne peut plus rien faire.

Dans l’administration, chacun cherche des marchés. C’est leur travail durant toute la journée, uniquement pour faire sortir de l’argent et mettre dans ses poches. On ne peut pas travailler avec ça. Regardez comment Conakry est sale aujourd’hui. Est-ce qu’on peut dire à un étranger qui vient nous trouver dans cette situation, 60 ans après notre accession à l’indépendance, qu’on est fier de notre dignité ? Est-ce que c’est une dignité ça ? La dignité commence par la propreté », a-t-il dit.

Sidya Touré a fustigé aussi la gestion de la grève des enseignants qui paralyse le secteur éducatif guinéen depuis plus de deux mois. Une situation extrêmement grave, estime le président de l’UFR : « Les enfants qu’on prive d’éducation aujourd’hui, que deviendront-ils dans 10 ans ou dans 20 ans ? Rien du tout. Dans le monde entier, tous les gouvernements sérieux font de l’éducation leur programme numéro 1, leur première priorité c’est l’école. C’est l’éducation qui peut nous préserver de tous les maux. Mais quand on n’étudie pas, on ne peut rien faire aujourd’hui. On ne peut pas ignorer ce problème pendant plus de deux mois comme si de rien n’était ou en faire un problème de personnes.

Est-ce que ce pays appartient au père de quelqu’un ? On est tous guinéens ici et c’est notre pays à nous tous. Donc on ne peut considérer que la crise qui secoue le secteur éducatif est un problème de personnes, c’est un problème guinéen. Aujourd’hui, on entend certains dire que les enseignants ne sont pas bien formés. Mais, cela fait 8 ans depuis qu’ils sont au pouvoir, pourquoi ils ne les ont pas formés pendant tout ce temps ? Il faut qu’ils s’asseyent pour discuter et trouver une solution afin de permettre à nos enfants d’étudier.

Quelqu’un peut te demander 10 millions, tu lui dis que tu n’as pas la possibilité de lui donner ça. Tu lui dis de prendre 100 mille en attendant d’avoir un peu plus de moyens. S’il y a la confiance entre vous, vous allez vous entendre. Mais si vous prenez tous problèmes des guerres de personnes. Vous êtes en guerre avec l’opposition, en guerre avec les syndicats, en guerre avec les travailleurs, ça veut dire que c’est un gouvernement qui ne veut pas aller de l’avant. Parce que vous ne pouvez pas travailler sans les Guinéens, et si vous êtes en guerre avec tout le monde, ça veut dire que vous ne voulez pas travailler ».

L’ancien Haut-Représentant du chef de l’Etat guinéen décide donc, au vu de toutes ces situations, de s’éloigner de cette gouvernance actuelle pour se consacrer à son parti et chercher à conquérir le pouvoir en 2020 afin d’inverser la tendance actuelle. Mais, avant les élections à venir, le président de l’UFR veut que le fichier électoral soit complètement assaini. Car, dit-il, l’actuel fichier ne permet pas d’aller à une élection transparente. « Il y a 1.574.000 personnes inscrites sur le fichier électoral qui n’ont pas leurs empreintes. Ce sont des noms fabriqués pour pouvoir voler. Donc le fichier électoral n’est pas bon.

C’est soit on fait un nouveau fichier ou alors on demande à tous ceux qui sont inscrits d’aller mettre leur empreinte pour qu’on sache que c’est effectivement eux qui sont inscrits sur le fichier. Parce que ces 1.574.000 personnes, on ne sait pas d’où viennent-elles. Est-ce que ce sont des anges ? Est-ce que ce sont des diables ? On ne sait pas. Donc qu’ils viennent mettre leurs empreintes pour qu’on puisse les voir. A ce moment, on verra s’il y a des diables qui ont des empreintes. Parce que quiconque obtient 1.574.000 voix comme ça personne ne peut le battre à une élection. On ne l’acceptera jamais. Ce fichier sera totalement assaini avant qu’on aille aux prochaines élections », a indiqué Sidya Touré.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Lire

L’UPR peine à mobiliser : « les manifestations ont freiné la mise en place de nos sections »

15 décembre 2018 à 20 08 28 122812

L’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) s’est réunie en assemblée générale ce samedi, 15 décembre 2018, à son siège à la Minière. Depuis la reprise des rencontres au terme de la rénovation du siège, le parti de Bah Ousmane, ministre conseiller à la présidence, a du mal à mobiliser ses militants. Le parti s’active dans les préparatifs de la célébration de son vingtième anniversaire, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’assemblée générale de ce samedi a été présidée par Mamadou Bah Beyla, membre du bureau exécutif de l’UPR, chargé de l’implantation. Dans son intervention monsieur Bah a fait savoir que les préparatifs vont bon train. « Les préparatifs de la cérémonie d’anniversaire, vous savez, notre parti doit organiser la cérémonie du 20ème anniversaire de la naissance de notre Parti UPR, on l’avait décalé, pour mieux nous organiser, pour que cette fête là puisse être une très grande fête. Nous confirmons que cette cérémonie aura lieu. Nous sommes en train de prendre toutes les dispositions, pour la tenue de cet anniversaire ».

Par ailleurs, pour ce qui est de la situation sociopolitique, Mamadou Bah Beyla a dit que les manifestations de l’opposition républicaines ont empêché l’UPR de dérouler son programme. « Depuis un certain moment, nous sommes dans la logique de la redynamisation des activités à la base. Par rapport à ça, on avait soumis un programme de mise en place des sections dans la capitale et ce travail avait très bien commencé. Mais malheureusement, les manifestations en haute banlieue ont freiné ces activités. Parce que nos militants n’avaient plus les moyens de se déplacer pour aller au lieu des réunions et j’avoue que ça a sérieusement affecté nos activités. Comme la situation s’est calmée, il faut reprendre ces activités au niveau des fédérations. Et, toutes les projections qui avaient été faites pour la mise en place de ces sections, il faut absolument reprendre ».

En outre, Mamadou Bah Beyla appelle les militants du parti à se mobiliser et à reprendre les activités pour être fin prêts dans la perspective des consultations électorales à venir. « On a en perspective deux grandes élections : les élections législatives et présidentielles. Je crois que, si le programme est respecté, on commencera par les élections législatives. Il faut qu’on reprenne nos activités. Il ne faut pas attendre à la veille des élections pour reprendre les activités du parti. C’est maintenant là qu’il faut préparer les différentes élections », a-t-il averti.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Vers le retour de Papa Koly à la mouvance ? Des émissaires du pouvoir dans son village natal

15 décembre 2018 à 20 08 18 121812
Elhadj Papa Koly Kourouma, président du parti GRUP

Revenu récemment d’un long séjour en Europe, Papa Koly Kourouma, président du parti GRUP (Génération pour la Réconciliation, l’Union et la Prospérité) a participé à la dernière manifestation étouffée de l’opposition républicaine. Mais, jute après, le président Alpha Condé aurait décidé de passer par tous les moyens pour le ramener dans le giron de la mouvance présidentielle, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, le chef de l’État aurait envoyé une équipe chez son ancien allié pour tenter de le faire revenir à la maison. Et si tout se passe comme prévu, Papa Koly pourrait accepter de revenir à la mouvance présidentielle.

Des tractations sont en cours et si tout se passe comme prévu, le président du GRUP devrait être de la fête de demain dimanche à N’zérékoré où Alpha Condé est attendu.

Notre source précise qu’en ce moment, des émissaires du chef de l’État se trouvent dans le village natal de Papa Koly Kourouma pour négocier avec les notables le retour de leur fils dans la mouvance présidentielle. Un vol spécial serait mis à sa disposition pour rallier la capitale de la région forestière demain dimanche, 16 décembre 2018.

Il reste à savoir si les notables de Kpaya accepteront la main tendue du chef de l’État et s’ils parviendront à convaincre Papa Koly de lâcher Cellou Dalein pour Alpha Condé.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620 16 68 16/ 666 89 08 77

Lire

Mairie de Matoto : l’UFDG et le RPG-AEC se disputent le leadership (vidéo)

15 décembre 2018 à 19 07 22 122212
Mamadouba Toss Camara du RPG-AEC et Kalemodou Yansané de l’UFDG

Comme indiqué dans les précédentes dépêches de Guineematin.com, l’élection de l’exécutif communal a été perturbée ce samedi, 15 décembre 2018, dix mois et dix jours après l’élection communale du 04 février.

Dans un premier temps, la victoire de Kalemodou Yansané de l’UFDG a été annoncée avec 23 voix contre 22 pour son challenger, Mamadouba Toss Camara du RPG arc-en-ciel. Mais, juste après, c’est le candidat du parti au pouvoir qui réclame la victoire, en disant avoir récolté, lui aussi, 23 voix contre 22 pour celui de l’opposition. 

Ci-dessous et en vidéo, Guineematin.com vous propose l’ambiance qui prévalait peu après ses annonces contradictoires et les réactions à chaud des deux camps :

Lire

Mairie de Ratoma : Taran Diallo annonce ses priorités pour les 5 ans à venir

15 décembre 2018 à 18 06 55 125512

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, Souleymane Taran Diallo, président de la délégation spéciale sortant et candidat de l’UFDG, a été élu maire de la commune de Ratoma. Après cette élection, le nouveau maire a invité tous les conseillers à se donner la main pour développer la commune. Devant les journalistes, Souleymane Taran a dressé ses priorités.

Le conseil communal de Ratoma est composé de quarante-cinq (45) membres. Et sans surprise, c’est l’UFDG qui a remporté les 8 postes de vices maires. Après son élection à la tête de la mairie, Souleymane Taran a d’abord remercié l’ensemble des conseillers avant de les inviter à se donner les mains pour développer la commune de Ratoma. « Nous sommes heureux de cette élection, nous invitons les autres qui étaient des adversaires, pas des ennemis, à nous donner la main et à travailler ensemble pour le développement de la commune de Ratoma »

Par ailleurs, le nouveau maire a eu à dévoiler ses priorités. « Mes priorités, elles sont nombreuses. Vous savez que tout est à construire, tout est à refaire. Et, nous avons des problèmes d’eau un peu partout. Nous avons des problèmes d’emploi. Nous avons toute sorte de problèmes, les écoles pour les enfants. La santé et l’assainissement sont incontestablement un problème sérieux. Et à Ratoma, vous avez vu tout ce qui s’est passé dernièrement, une commune qui était la plus propre à un moment est devenue pratiquement la plus sale. Dieu merci, le travail est en train de se faire, la commune est en train de reprendre des couleurs ».

Parlant de son élection à la tête de la commune, Souleymane Taran Diallo a dit que ce n’était pas une surprise, au regard des actes que son équipe et lui avaient posés lorsqu’il était à la tête de la délégation spéciale. « Je ne dis pas que cette élection est une surprise. Parce que je crois que nous avons fait un certain travail en deux ans. Vous n’avez qu’à vous retourner et voir ce bâtiment qui est là, qui n’était pas là avant. C’est un investissement que nous avons réussi à faire en pratiquement une année. Et, la devanture de la commune, vous n’avez qu’à voir et vous souvenir de ce que la devanture était. C’était un dépotoir d’ordures. Nous en avons fait quelque chose de propre. Et ça, c’est sur le plan infrastructurel. Du point de vue des relations, les relations humaines au sein de la commune ont complètement changé. Nous sommes avec tout le monde, nous travaillons avec tout le monde. Ça, je n’ai pas besoin de le dire, il faut demander ici, au sein de la commune. Donc, voilà ce qui prouve que la gouvernance, je pense qu’elle est positive. Donc, nous nous attendions à ce résultat », a-t-il ajouté.

Ibrahima Sory et Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Grèves du SLECG : des manifestations annoncées à Conakry et à l’intérieur

15 décembre 2018 à 18 06 02 120212

Au lendemain de l’annonce de la fin de la grève des enseignants à N’zérékoré par Fayala Doumbouya, coordinateur régional du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée), le bureau national est furieux. A l’occasion de l’assemblée générale de ce samedi, 15 décembre 2018, le SLECG a démenti les propos de Fayala Doumbouya, accusé de tous les péchés d’Israël. Les enseignants annoncent des protestations le lundi à Conakry et dans toutes les préfectures, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

De nombreux enseignants, membres du SLECG, ont pris part à cette assemblée hebdomadaire. Comme on pouvait s’y attendre, l’appel lancé par Fayala Doumbouya passe mal aussi bien au niveau du bureau exécutif que de l’ensemble des enseignants présents ce samedi.

Dans son discours, Aboubacar Soumah a eu des mots très durs à l’encontre de son camarade de N’zérékoré, Fayala Doumbouya, qu’il accuse de corruption. « Fayala Doumbouya s’est permis de faire un communiqué hier (vendredi 14 décembre, ndlr) suspendant la grève à N’zérékoré, sans se concerter avec les membres de son bureau, sans se concerter avec la base. Il a pris seul l’initiative de rédiger le communiqué qu’il a fait passer hier à la radio. Cela s’explique tout simplement par le fait que le Directeur Préfectoral de l’Education et le préfet lui ont donné de l’argent. Ils lui ont également promis de lui accorder une bourse pour la Chine », accuse le secrétaire général du SLECG.

Par ailleurs, comme mesure de « rétorsion », Aboubacar Soumah annonce qu’un communiqué devra être diffusé ce samedi pour appeler les enseignants de la région de N’zérékoré à poursuivre le mouvement de grève, entamé depuis le 03 octobre 2018. « Nous avons joint les adjoints de Fayala Doumbouya qui sont en train de rédiger un autre communiqué pour apporter une contradiction à celui qu’il a diffusé ».

Aboubacar Soumah a rassuré ses collègues que « les enseignants de N’zérékoré ont dit qu’ils ne trahiront jamais la cause commune. Ils nous demandent de voir ce qui va se passer lundi dans la ville ».

En outre, le secrétaire général SLECG a fait le compte-rendu de la rencontre avec le gouverneur de la banque centrale dans la tentative de renouer le fil du dialogue. Selon lui, les lignes n’ont pas bougé à cause de la volonté des autorités d’associer la FSPE (Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education) et le SNE (Syndicat National de l’Education) aux négociations. Ce que les responsables du SLECG ont trouvé inacceptable.

Enfin, Aboubacar Soumah invite tous les enseignants à se mobiliser pour la journée du lundi, 17 décembre 2018, à travers des manifestations dans les cinq (5) communes de Conakry et dans les préfectures de l’intérieur du pays.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. 628 17 99 17

Lire

Toss Camara du RPG-AEC : « je suis élu maire de Matoto »

15 décembre 2018 à 17 05 33 123312
Hon. Kalemodou Yansané

L’élection du conseil communal de la mairie de Matoto a été perturbée ce samedi, 15 décembre 2018. Au sortir de la rencontre qui devait donner le nom du maire et la composition de l’exécutif, chacun des deux candidats (le député et vice-président de l’UFDG, Kalémodou Yansané et Mamadouba Toss Camara du RPG arc-en-ciel), rapporte le reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Aux termes du vote des quarante-cinq conseillers, élus le 04 février dernier, c’est le doyen d’âge des conseillers qui a procédé au dépouillement des voix. Après le décompte, le candidat de l’opposition, Kalémodou Yansané, est arrivé en tête avec un score de 23 voix contre 22. Un résultat qui sera très vite contesté par le camp de Mamadouba Toss Camara. Et, injures et autres forme de perturbation ont pris le relais…

Impossible de calmer les nerfs des conseillers du fait que chaque camp se proclame vainqueur.

Présent dans la salle, le député Ousmane Gaoual Diallo et les autres conseillers de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) ont clamé haut et fort la victoire de leur candidat, Kalémodou Yansané.

Du berger à la bergère, les conseillers du RPG arc-en-ciel n’ont pas tardé également d’attribuer la victoire à leur candidat, Mamadouba Toss Camara.

Dans cet imbroglio, le représentant du ministère de l’Administration et de la décentralisation s’est abstenu de valider le résultat qui fait de Kalémodou Yansané le maire élu de la commune de Matoto.

Même si aucun des deux candidats n’a été officiellement présenté en qualité de nouveau maire de la commune de Matoto, les partisans de Kalémodou Yansané et de Mamadouba Toss Camara étaient massivement mobilisés et ne manquaient pas de clamer leurs soutiens.

L’élection du conseil communal de Matoto ne s’est plus poursuivie après cette scène de pagaille et les huit postes à pourvoir n’ont pas été meublés.

Mamadouba Toss Camara

Pourtant, face aux médias présents, le candidat du parti au pouvoir a juré être le maire élu… « Le dépouillement a été fait dans les règles de l’art par l’administration ; et, déjà, le candidat du RPG arc-en-ciel, Mamadouba Toss Camara, que je suis, en alliance avec l’UFR, a enregistré les 23 voix. Quand ils ont constaté que les 23 voix sont là, ils ont demandé de reprendre le décompte. Au moment du décompte, directement ils ont semé la pagaille. Donc, c’est ce qui a amené tout ce tohu-bohu. Mais, je vous dis déjà, avec cette victoire, le candidat du RPG arc-en-ciel reste le maire de la commune de Matoto jusqu’à ce que l’administration se prononce pour valider ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Assemblée nationale : les députés du RPG-AEC et l’UFDG se querellent la victoire à Matoto

15 décembre 2018 à 15 03 48 124812

Comme annoncé dans les précédentes dépêches de Guineematin.com, c’est ce samedi, 15 décembre 2018, que les ministres Zakaria Coulibaly des Hydrocarbures et Mariama Camara de l’Agriculture présentent leurs budgets sectoriels devant les députés. Mais, actualité oblige, l’élection du bureau exécutif de la commune de Matoto occupe tous les esprits.

A l’Assemblée nationale où se trouvent deux reporters de Guineematin.com, les députés issus des deux plus grands blocs politiques de la Guinée (le RPG arc-en-ciel et l’UFDG), revendiquent chacun la victoire de son parti dans cette commune, la plus grande du pays.

Ce sont d’abord les députés du groupe parlementaire Libéral Démocrate qui ont donné le ton par la voix de l’Honorable Fodé Ammar Bokar Maréga. « Nous sommes heureux de vous annoncer que l’UFDG a remporté la mairie de Matoto avec 23 voix contre 22 », a annoncé le député de Dinguiraye.

Une annonce qui a aussitôt irrité ses adversaires de la mouvance présidentielle, notamment l’Honorable Ali Nabé. C’est ainsi que les attaques verbales ont commencé entre les deux bords, ainsi que les appels téléphoniques. Chacun contactant la source qui lui semble la plus fiable pour savoir ce qui s’est réellement passé dans cette commune.
Quelques minutes plus tard, les députés de la mouvance présidentielle sont revenus à la charge pour annoncer la victoire de leur candidat… Ils se font alors applaudir par les députés du pouvoir.

Après une petite pagaille, les esprits se sont finalement calmés pour laisser les ministres répondre aux questions des députés.

Aux dernières nouvelles, le processus électoral a été arrêté à Matoto et chaque camp continue de revendiquer la victoire dans cette commune.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Lire

Parlement : les budgets de l’Agriculture et des Hydrocarbures revus à la hausse

15 décembre 2018 à 15 03 16 121612

Comme annoncé dans une précédente dépêche de Guineematin.com, les ministres de l’Agriculture, Hadja Mariama Soguipah Camara, et des Hydrocarbures, Zakaria Koulibaly, sont devant les députés ce samedi, 15 décembre 2018, pour présenter les budgets sectoriels de leurs départements.

Prenant la parole devant les députés, Hadja Mariama Camara a expliqué que le budget de son département pour l’année 2018 est de 295 milliards 608 millions 450 mille 253 dont 90 410 127 000 avaient été affectés pour les investissements. Ce budget a été exécuté à hauteur de 55%.

Pour l’exercice 2019, le département de l’agriculture est doté d’une enveloppe de 348 milliards 154 millions 275 mille dont les 38% sont destinés pour le traitement des salaires contre 155 milliards 815 millions 7 mille, représentant 45 %, vont être investis au compte de ce département. Soit une augmentation de plus de 17%.

Au nombre de ses projets pour 2019, Mamariama Camara s’engage à accompagner les populations à établir des villages agricoles dans les zones minières. Un projet qui requiert déjà l’engagement de la BAD.

Pour me ministère des hydrocarbures crée en mai 2018, son budget affecté s’élevait à 5 milliards. Il a été exécuté à 51, 78% selon le jeune ministre qui ne manque pas d’ambition pour faire de la Guinée un pays pétrolier à l’image de certains de ses voisins.

Pour 2019, le gouvernement a accordé 10 milliards 703 millions 146 mille à ce département.

Après la présentation des discours, ce au tour des députés de s’exprimer. Les débats se poursuivent.

Depuis le Palais du peuple, Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Ratoma : l’UFDG rafle tous les postes électifs…

15 décembre 2018 à 14 02 32 123212
Alpha Oumar Sakho, 2ème vice-maire de Ratoma

La victoire de l’UFDG à Matoto a rapidement pris le dessus sur l’actualité guinéenne de ce samedi 15 décembre 2018, même si le parti présidentiel, le RPG arc-en-ciel, fait encore de la résistance en contestant ce qu’il n’a pas pu empêcher par les urnes. Mais, non loin de là, Ratoma offre tout au parti de Cellou Dalein Diallo, rapportent les journalistes de Guineematin.com qui couvrent cette autre élection.

Après les deux les deux premières places (Souleymane Taran Diallo, le maire et Issa Soumah, le premier vice-maire), le principal parti de l’opposition guinéenne s’est accaparé de tous les postes électifs ! C’est Alpha Oumar Sakho qui a été élu 2ème vice-maire, madame Mariama Ciré Barry, 3ème vice-maire ; Alpha oumar 3 Diallo, quatrième vice-maire ; Faya Touré, 5ème vice-maire ; madame Marguerite Camara, sixième vice-maire ; et, au poste de septième vice-président, Mamoudou Diallo. Pourtant, parmi ces huit élus de l’UFDG, seuls les deux derniers l’ont été sans adversaires…

Très critiqué ces derniers temps, puisque soupçonné par certains de ses camarades de l’UFDG de prêcher pour une autre chapelle, Alpha Oumar Sakho de Ratoma 3 a été élu deuxième vice-maire de la commune avec 31 voix sur les 45. Il avait un adversaire de taille en face : Dalasso Zoumanigui du RPG arc-en-ciel. Mais, ce dernier n’a pu récolter que 13 voix ; et, un seul conseiller a préféré voter nul.

Au poste de troisième vice-maire de la commune, madame Mariama Ciré Barry, qu’on disait à une époque proche de l’ancien vice-président, Bah Oury, a recueilli le soutien de son parti, l’UFDG. Elle a récolté 32 voix contre 12 pour Thierno Ibrahima Bah du RPG arc-en-ciel. A préciser qu’il y a également eu un bulletin nul.

Au poste de quatrième vice-maire, Alpha Oumar 3 Diallo, le candidat de l’UFDG a recueilli 31 voix contre 08 en faveur de madame Issa Bobo Diallo de l’UPR, elle a pourtant bénéfcié de l’accompagnement de la mouvance présidentielle. Mais, il y a eu 5 bulletins nuls et une abstention.
Au poste de cinquième vice-maire de la commune de Ratoma, c’est Faya Touré de l’UFDG qui a battu Madjou Diallo, candidat indépendant avec 28 voix contre 12, quatre bulletins nuls et une abstention.

Au poste de sixième vice-maire, c’est Madame Marguerite Camara de l’UFDG qui a été élue. Apparemment humiliés par les pertes successives depuis le processus, les autres conseillers communaux ont préféré ne pas se porter candidats, même s’ils ont refusé d’accompagner la dame. Elle a donc recueilli 31 voix contre 13 bulletins nuls et une abstention.

Enfin, au poste de septième vice-président, Mamoudou Diallo, un autre candidat de l’UFDG, qui a été élu. Lui aussi n’a pas eu d’adversaire, même si 12 conseillers ont préféré voter nul et un autre s’est abstenu. Il a donc été élu avec 32 voix sur les 44 conseillers communaux votants.

Bref, contrairement à Matoto où le processus a été perturbé suite à la victoire de l’UFDG et la défaite du RPG arc-en-ciel (le parti du président Alpha Condé), le vote s’est déroulé normalement jusqu’à son terme dans la commune de Ratoma. Et, il a été relayé en live sur la page Facebook de Guineematin.com, grâce à nos deux vaillants reporters.

Salimatou Diallo et Ibrahima Sory étaient à Ratoma pour Guineematin.com

Lire

Sidya Touré ne gagnait rien avec Alpha Condé : « même les membres de mon cabinet, c’est moi qui les payais »

15 décembre 2018 à 14 02 00 120012

Quelques jours après sa démission de son poste de Haut représentant du chef de l’État, Sidya Touré préside l’Assemblée générale de son parti, l’UFR, ce samedi, 15 décembre 2018. Une rencontre qui connaît une mobilisation inhabituelle. Les partisans du président de l’UFR sont venus massivement exprimer leur soutien à la décision de leur leader.

Sidya Touré a mis cette occasion pour revenir sur les raisons qui l’ont conduit à accepter le poste de Haut-Représentant du chef de l’État. Il explique que c’était pour aider le président à développer le pays. Mais il précise qu’il n’a pas accepté de prendre ni salaire ni budget de fonctionnement.
Selon lui, la seule chose qu’il a demandée aux autorités, c’était de prendre en charge les membres de son cabinet et son chauffeur. Une demande, dit-il, qui a acceptée par les autorités.

Selon Sidya Touré, les autorités elles-mêmes ont calculé le salaire des membres de son cabinet et son chauffeur et lui ont dit qu’il se chiffre à 60 mille euros par mois. Mais il précise que ce salaire n’a jamais été versé. « C’est moi-même qui les payais jusque-là », a-t-il révélé.

A suivre !

Lire

Parlement : débats sur les budgets de l’Agriculture et des Hydrocarbures

15 décembre 2018 à 13 01 51 125112

Dans la journée de ce samedi, 15 décembre 2018, les députés accueillent deux ministres pour la présentation de leurs politiques sectorielles inscrite dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances initiale 2019.

Selon le programme réaménagé, dont Guineematin.com détient copie, ce sont Oyé Guilavogui du ministère de l’Environnement des eaux et forêts et Zakaria Koulibaly des Hydrocarbures qui étaient programmés pour la présentation de leurs budgets. Le 3ème membre du gouvernement, initialement programmé, Cheick Taliby Sylla du département de l’Energie et de l’Hydraulique, a présenté son budget 72 heures plutôt.

Seulement, à la dernière minute, c’est Madame Mariama SOGUIPAH Camara, la ministre de l’Agriculture et son homologue des Hydrocarbures, Zakaria Koulibaly qui sont présents à la plénière de ce samedi.

Si la liste des départements est close ce samedi, deux des 34 ministres n’auront pourtant pas présenté leurs budgets sectoriels. Il s’agit du tout nouveau ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Dr Mamadou Taran Diallo (nommé récemment, à la suite de la démission de Gassama Diaby), et le ministre d’Etat en charge de l’Environnement, des Eaux et forêts, Oyé Guilavogui, en mission d’Etat.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Lire

Guinée : après sa démission, Sidya Touré remobilise

15 décembre 2018 à 13 01 28 122812

La démission de Sidya Touré de son poste de Haut représentant du président Alpha Condé semble faire des effets sur le terrain. Quelques jours après l’annonce de cette décision du président de l’UFR, une mobilisation inhabituelle est remarquable au siège du parti à Matam, rapporte l’équipe de Guineematin.com qui relaie en direct l’assemblée générale de l’UFR sur notre page Facebook officielle.

Sidya Touré a été accueilli en héros par des centaines de ses partisans venus exprimer leur adhésion à sa décision de prendre ses distances avec la gouvernance actuelle. En attendant la prise de parole du leader de l’UFR, une ambiance festive est en cours au siège de son parti. Cette ambiance prouve que le Sidya Touré est en train de remobiliser ses troupes qui étaient dispersées suite à sa collaboration ambiguë avec le président Alpha Condé. On se rappelle d’ailleurs que plusieurs voix s’étaient élevées dans les rangs de l’UFR pour réclamer la démission de Sidya Touré de son poste de Haut-Représentant du président de la République.

« Nous sommes là pour remercier le président de l’UFR pour avoir entendu l’appel des militants et des responsables du parti, en prenant la décision de démissionner. Nous lui disons dans le même temps que ses militants sont massivement mobilisés derrière lui pour le porter au pouvoir en 2020 », a introduit l’honorable Ibrahima Bangoura, vice-président de l’UFR, sous les ovations des militants.

A suivre !

Lire

Matoto : Kalemodou Yansané de l’UFDG élu maire (23/22)

15 décembre 2018 à 12 12 43 124312

C’est la plus grosse défaite jamais enregistrée par un parti au pouvoir en République de Guinée ! Le RPG arc-en-ciel, dirigé par le président Alpha Condé vient d’être chassé de Conakry ! Avec l’élection de Kalemodou Yansané à la tête de la maire de Matoto, l’UFDG (principal parti de l’opposition guinéenne) dirige désormais 3 communes sur les 5 de la capitale.

C’est de justesse (avec 23 voix contre 22) que le vice-président de l’UFDG a pu arracher la mairie de la commune de Matoto, la plus grande de la République de Guinée. A cause des négociations pour permettre au parti du président Alpha Condé d’avoir au moins une commune dans la capitale, les élus du 04 février dernier ont été bloqués pendant 10 mois et 10 jours avant de prendre fonction ce samedi, 15 décembre 2018. Pourtant, ce jour restera celui d’un lamentable échec du président Alpha Condé. Conséquence sans doute d’une gouvernance chaque jour plus critiquable que la veille, avec des relents dictatoriaux exprimés notamment par les restrictions croissantes des espaces de libertés individuelles collectives, l’éloignement progressif des espoirs suscités par le changement d’il y a huit ans !

 Il n’a eu qu’une seule voix de plus sur Mamadouba Toss Camara, le candidat du RPG arc-en-ciel (23 voix pour Kalemodou Yansané de l’UFDG contre 22 pour celui du RPG arc-en-ciel). Mais, cette voix était suffisante pour le candidat de l’UFDG et ses partisans de soupirer et enfin annoncer officiellement leur victoire dans cette commune.

Aux dernières nouvelles, le reporter de Guineematin.com qui est sur place rapporte que le camp du parti au pouvoir (le RPG arc-en-ciel) a contesté le résultat et mis en doute la victoire de Kalémodou Yansané de l’UFDG. Une scène de pagaille s’en est suivie. Les responsables de l’UFDG ont alors quitté la salle, estimant que le jeu démocratique est fait et qu’il n’y a plus aucun moyen de reprendre le processus… 

A suivre !

Lire

Tournée du président : Alpha Condé attendu à Lola

15 décembre 2018 à 12 12 42 124212

Dans le cadre de la tournée qu’il effectue depuis une semaine à l’intérieur du pays, le président de la République est attendu demain, dimanche 16 décembre 2018, à Lola. Guineematin.com a appris que le Professeur Alpha Condé veut lancer les travaux de construction de la route Lola-N’zoo (à la frontière avec la Côte d’Ivoire), longue de plus de 40 km et du bitumage de 12, 5 km de voirie urbaine. Et, dans la ville de Lola, on s’apprête à réserver un accueil chaleureux au chef de l’Etat.

Pour bien préparer l’accueil du président Alpha Condé à Lola, les femmes de la ville se sont réunies hier, vendredi 14 décembre 2018, dans la salle de conférence de la préfecture. L’objectif était de discuter autour de l’accueil à réserver au chef de l’Etat guinéen. L’occasion pour madame Mariam Traoré, la coordinatrice préfectorale du REFMAP (Réseau des Femmes du Fleuve Mano), de sensibiliser les femmes à se mobiliser massivement pour accueillir chaleureusement leur hôte.

« Le président de la République n’est pas le président d’un parti ou d’une ethnie, il est pour tout le monde. Donc il faut que nous soyons tous là-bas pour le recevoir et aussi le bonheur qu’il vient donner à la population de Lola », a-t-elle exhorté. Les femmes de Lola entendent aussi à profit cette visite du président de la République pour lui soumettre quelques doléances.

« Depuis que le président nous a octroyé le financement de 200 millions lors de la journée du paysan à N’zérékoré, la banque Afriland Bank ne nous a pas remis la somme pour démarrer les activités. Moi, j’ai mobilisé plus de 200 millions de francs guinéens et le président a ajouté 200 millions, mais rien n’est à notre disposition, la banque n’a pas libéré l’argent.

Aujourd’hui, ces femmes qui avaient cotisé, nous accusent de détourner leur argent, donc on veut faire un plaidoyer demain auprès du président afin que la banque nous donne l’argent pour ouvrir ces banques locales MC2 et MUFFA », a expliqué madame Gobou DORE, la présidente de la mutuelle de crédit communautaire de Lola.

La réception du président Alpha Condé est prévue demain dimanche à 8 heures au stade Phils Devis de Lola.

De Lola, Léopold Konté pour Guineematin.com

Lire

Ratoma : Issa Soumah de l’UFDG élu 1er vice-maire

15 décembre 2018 à 12 12 36 123612

Comme annoncé dans les deux précédentes dépêches de Guineematin.com, le principal parti de l’opposition s’est offert la tête de la mairie de Ratoma. Avec 30 voix sur les 45, Souleymane Taran Diallo de l’UFDG a battu à plate couture ses adversaires présentés par le RPG arc-en-ciel, le PEDN et le mouvement UFDG Renouveau.

Après avoir validé le premier ticket, le parti de Cellou Dalein Diallo a raflé la deuxième place de cette commune. Au poste de premier vice-maire, c’est madame Saran Condé, présentée par le RPG arc-en-ciel qui a été battue par le candidat du principal parti de l’opposition guinéenne. Dans ce bastion imprenable de l’UFDG, la candidate du RPG arc-en-ciel n’a récolté que 9 voix sur les 45.

Ainsi, monsieur Issa Soumah, le candidat de l’UFDG, a été élu premier vice-maire de la commune de Ratoma avec le vote favorable de 35 conseillers communaux sur les 45 dont un seul a décidé de glisser un bulletin nul, en refusant ainsi de choisir entre l’UFDG et le RPG arc-en-ciel.

A suivre !

Lire

N’zérékoré: sous la pression des autorités, le SLECG local décide de reprendre les cours

15 décembre 2018 à 11 11 52 125212

Le coordinateur régional du syndicat des enseignants de N’zérékoré décide, à la surprise générale et contre l’avis du bureau national, de l’arrêt de la grève dans sa zone. Fayala Doumbouya justifie cette attitude par le fait qu’une majorité écrasante des membres du bureau exécutif du SLECG local a déjà repris les cours, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est le début de la fissure tant recherchée par le gouvernement ? En tous les cas, cette annonce de Fayala Doumbouya sème le doute dans les esprits et donne des sueurs froides à Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée).

Fayala Doumbouya

Selon le coordinateur régional du SLECG de N’zérékoré, « cela fait maintenant plusieurs mois que nos salaires sont gelés. Ensuite, j’avais reçu un coup de fil, m’informant que nos amis partent à l’école pour enseigner et quand j’ai mené l’enquête, j’ai trouvé effectivement que c’était vrai. Vous savez, dans le bureau du SLECG, nous sommes au nombre de 25. Et, dans les 25, il y a 20 qui partent à l’école pour enseigner. Et nous les 5, que pouvons-nous faire ? C’est ainsi qu’on dit, au lieu d’attaquer tout temps les autorités, il faut que je sauve la tête des 5 autres membres du bureau. Et, c’est ainsi que j’ai informé le bureau national. Ceux-ci m’ont dit de rester dernière le bureau. Mais, je ne pouvais plus. J’ai dit non à Aboubacar Soumah et j’ai appelé les autres à reprendre les cours le lundi, 17 décembre 2018 », annone Fayala Doumbouya.

Le préfet de N’zérékoré ne pouvait que s’en réjouir, après que le gouvernement ait gelé les salaires des enseignants pour les contraindre à reprendre les cours. Selon Elhadj Sory Sanoh, « le SLECG de N’zérékoré n’avait plus le choix, parce qu’il était sous contrôle et certain d’entre eux étaient suspendus de leurs postes. Mais, en ce qui concerne leurs salaires, gelés depuis deux mois, je ferai tout de mon possible pour les dégeler », promet-il.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tel: (00224) 620 16 68 16/ 666 89 08 77

Lire