Les opposants au régime Alpha Condé réaffirment leur engagement à continuer le combat « pour l’instauration d’un véritable Etat de Droit » en Guinée. Ils l’ont annoncé à l’occasion d’une conférence animée ce mardi, 11 décembre 2018, à la maison de la presse de Coléah.

La grève qui mine le système éducatif et « les multiples violations de la loi par le régime Alpha Condé », sont les principaux points débattus au cours de cette rencontre, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Au tour de Cellou Dalein Diallo, on notait la présence d’Elhadj Dembo Sylla (UDG), Ahmed Kourouma (GRUP), Abdoulaye Kourouma (RRD), Diabaty Doré (RPR), Dr Ibrahima Sory Diallo (ADC-BOC).

En ce qui concerne la grève dans le système éducatif, le chef de file de l’opposition a dénoncé l’arrogance et le manque de considération dont fait preuve le gouvernement pour résoudre la crise. Cellou Dalein a rappelé les résultats catastrophiques enregistrés l’année dernière, tournant autour de 27%. C’est pourquoi, le président de l’UFDG va s’interroger : « où sont ceux qui ont échoué ? Que sont devenus les 73% ? ».

Face à cette crise, le chef de file de l’opposition met en garde le pouvoir en place. « Lorsque vous confiez votre enfant à quelqu’un pour l’éduquer, lorsqu’il a des revendications, le minimum à faire, c’est de l’écouter avec respect et considération. On ne peut pas sacrifier l’éducation. C’est plus important que les infrastructures. On a beau construit des infrastructures, chercher l’équilibre macroéconomique, si l’éducation est sacrifiée, nous serons sur une bombe », a avertit Cellou Dalein.

En outre, le principal opposant au régime Alpha Condé a dénoncé la faiblesse du budget alloué au ministère de l’éducation nationale, « qui tourne autour de 13%, alors que dans les pays voisins comme le Sénégal, ils sont entre 29 et 30% ».

Ainsi, Cellou Dalein demande à Kassory Fofana de reprendre le dialogue avec le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) en vue de sortir de l’impasse.

Pour le reste, le chef de file de l’opposition est revenu sur les sempiternelles questions liées aux accords politiques jamais respectées par la mouvance présidentielle, les violations répétitives de la loi, les manœuvres dilatoires entourant la constitution des exécutifs communaux,….

En outre, il a été question de la marche projetée par les opposants, après demain jeudi, 13 décembre 2018, sur certaines parties de Conakry. L’opposition républicaine invite ses militants à une forte mobilisation pour inviter le gouvernement à appliquer le contenu des accords politiques.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin