Amadou Sadio Diallo, dit Diallo cravate

Amadou Sadio Diallo, plus connu sous le nom de Diallo Cravate, est décédé des suites d’une longue maladie ce vendredi, 7 février 2020, à Conakry à l’âge de 72 ans. Cet homme d’affaires a fait parler de lui dans son litige avec la République Démocratique du Congo (RDC) qu’il a trimbalé à la Cour Internationale de Justice (CIJ) dans un dossier portant sur 36 milliards de dollars USD, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ces dernières années, Diallo Cravate était gravement malade et alité. La maladie de Parkinson a eu raison de lui ce vendredi. Ce richissime homme d’affaires est né en 1947 à Binany, dans la préfecture de Gaoual, au Fouta Djallon.

Selon nos informations, c’est à l’âge de 17 ans que monsieur Diallo a rejoint le Congo, en 1964. Dix ans après, sous forme de Société Privée à Responsabilité Limitée, il créa à son propre compte Africom-Zaire et Africontenere-Zaire.

Ses affaires vont prospérer au point qu’il devint parmi les plus nantis de son Etat de résidence, rebaptisé le Zaïre en 1971. C’est ainsi qu’à la fin des années 1980, il va connaitre divers litiges commerciaux qui vont l’opposer à ses partenaires que sont les sociétés publiques de l’Etat du Zaïre : la Zécamine, Zaïre Shell, Zaïre Fina, Zaïre Mobile. A l’issue de ces différends, il va réclamer à l’Etat Congolais 32 milliards de dollars à titre principal, 4 milliards de dollars de dommages…

Notre source ajoute qu’en 1988, Diallo Cravate est arbitrairement arrêté et emprisonné près d’un an sans aucune procédure régulière. Libéré, il relance les procédures judiciaires et tente « d’internationaliser son cas », en écrivant notamment à certaines hautes institutions telles que le Président de Cour Internationale Justice (CIJ).

En 1995, il est à nouveau arrêté et passe près de 75 jours en détention préventive. Et soudain, un décret d’expulsion le concernant est pris le 31 octobre au motif que sa présence et sa conduite troublaient l’ordre public Zaïrois. Ce décret a été exécuté le 31 janvier 1996 comme une mesure de refoulement.

Le milliardaire se retrouve refoulé vers la Guinée où il n’a qu’un seul complet, une seule cravate, une seule paire de chaussures, car c’est de la prison qu’on l’a soustrait pour aller l’embarquer.

Après une longue bataille judiciaire, la CIJ a condamné le Congo de payer à la Guinée seulement 95.000 dollars à titre d’indemnisation. Malheureusement, le célèbre Diallo Cravate n’est jamais entré en possession de cette somme.

Paix à son âme !

Alpha Kanso pour Guineematin.com

Guineematin.com vous propose de lire aussi :

Immensément riche, mais en souffrance : retour sur les différentes péripéties du milliardaire guinéen, ‘’Diallo cravate »

TEMOIGNAGE : le chemin de croix de Diallo cravate

Humanitaire : malade et alité à Novotel, le célèbre Diallo Cravate sollicite l’aide de l’Etat

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin