Près de trois semaines après la présidentielle du 18 octobre 2020, la Guinée est secouée par une crise politique qui entraîne de graves conséquences, notamment sur plan économique. De nombreux citoyens se retrouvent sans aucune source de revenu, suite au pillage de leurs commerces lors des violences qui ont éclaté dans plusieurs villes du pays au lendemain du scrutin.

C’est le cas d’Alpha Oumar Barry, un habitant du quartier Baïlobayah, dans la commune urbaine de Dubréka. Sa boutique d’alimentation générale et de transfert d’argent a été attaquée et complètement vidée. Interrogé par un reporter de Guineematin.com ce mercredi 4 novembre, la victime accuse des agents des forces de l’ordre d’avoir commis ces pillages.

« Lorsqu’il y a eu la proclamation des résultats provisoires, il y a des voisins qui m’ont appelé pour me dire que ma boutique a été vandalisée par des agents en uniforme. Mais je ne pouvais pas venir parce qu’il y avait des tirs dans le quartier ce jour. C’est quand le calme est revenu que j’ai pu me déplacer pour venir constater les dégâts. J’ai trouvé que j’ai tout perdu.

Ils ont emporté le bureau et les marchandises qui étaient là. Il y avait des boites de sardine, des cartons de mayonnaise, du lait, et beaucoup d’autres choses dedans. Tout a été emporté. C’est seulement le registre qu’ils ont laissé ici. Selon les voisins qui habitent tout près de ma boutique, ce sont des agents en uniforme qui sont venus vandaliser et piller ma boutique », a-t-il expliqué.

Après son évaluation, ce commerçant dit avoir perdu plus de 20 millions de francs guinéens, le fruit d’un dur labeur. Partagé entre tristesse et désolation, il interpelle le gouvernement sur sa responsabilité. « Aujourd’hui, je suis vraiment choqué. Parce que ce sont les gens qui sont censés nous sécuriser qui viennent nous agresser, défoncer nos boutiques et piller nos biens.

Vraiment je suis très désolé pour ça. Je lance un appel au gouvernement pour lui demander de mieux former les agents qui viennent sur le terrain. Parce que ce sont des gens qui viennent ici pour faire tout ce qu’ils veulent. La formation leur manque. Le gouvernement doit travailler également à maintenir la paix et la quiétude dans le pays », a dit Alpha Oumar Barry, qui reste ouvert à toute aide lui permettant de se relancer.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com