La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proclamé les résultats provisoires des élections législatives tard la nuit d’hier, samedi 28 novembre 2020. Sans surprise, c’est le mouvement du peuple pour le progrès (MPP) du président réélu, Roch Marc Christian Kaboré, qui s’offre 56 sièges sur les 127 de l’Assemblée nationale. Il est suivi du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) avec 20 sièges, du nouveau temps pour la démocratie (NTD) avec 13 sièges. Il faudra remonter à la quatrième place pour retrouver l’Union pour le progrès et le changement (UPC) du chef de fil de l’opposition avec 12 sièges.

Sur les 126 partis politiques en lice, seuls 15 ont obtenu des sièges. 2 987 478 Burkinabè ont voté à ces législatives pour un taux de participation de 50,70%.

Ce double scrutin a permis au congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti fondé par Blaise Compaoré, de revenir au premier plan. Après s’être placé deuxième à la présidentielle, il rafle le plus grand nombre de sièges à l’Assemblée nationale derrière le MPP et au détriment de l’UPC de Zéphirin Diabré. Ce parti dirigé par Eddie Komboïgo ambitionne de conquérir la magistrature en 2025.

A rappeler que le mouvement du peuple pour le progrès (MPP) avait 55 députés issus des législatives du 29 novembre 2015 ; 33 pour l’UPC (Union pour le progrès et le changement), 18 pour le CDP (congrès pour la démocratie et le progrès), ancien parti au pouvoir, 5 pour l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR-PS) pour ne citer que les principales forces politiques de l’époque.

De Ouagadougou, Abdoulaye N’koya SYLLA, envoyé spécial de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin