Dans le cadre de la lutte contre les incivilités et les violences en milieu scolaire, l’ONG COGINTA a lancé ce mardi, 18 décembre 2018, le concept « Policier référent » à Coyah. La cérémonie s’est déroulée au lycée Fily, dans la commune urbaine. Outre les élèves et les enseignants de l’école, l’événement a connu la présence des autorités de l’éducation, des élus locaux et de cadres du ministère de la sécurité, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Mme Jeannette Haba

Cette activité s’inscrit dans le cadre de l’aspect « Gouvernance locale de la sécurité », cinquième composante d’un vaste projet financé par l’Union européenne. Une composante qui est mise en œuvre par l’ONG suisse COGINTA. « Dans cette gouvernance, nous avons deux points essentiels : la police à l’école que nous sommes en train de lancer et la sécurité du quartier qui va se dérouler en deux phases : le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) ; et les forums locaux de sécurité et de prévention de la délinquance dont l’initiative est venue du manque de confiance entre la population, notamment les jeunes et les policiers », a expliqué madame Jeannette Haba, chargée de projet à COGINTA.

Mohamed Cissé

Selon le coordinateur national de la police de proximité, Mohamed Cissé, le concept « Policier référent » parle d’un policier appelé à faire de la sensibilisation au niveau des écoles pour lutter contre les incivilités, les violences en milieu scolaire et qui donne des points de vue sur la citoyenneté. Et, le projet a été étendu à Coyah en raison de la proximité de cette ville avec la capitale, a indiqué l’officier de police.

« Il y a beaucoup de personnes qui travaillent aujourd’hui à Coyah où à Conakry qui sont logés dans cette zone. Donc, Coyah représente une commune périphérique de Conakry. Et, dans l’extension de la police de proximité, dans la gouvernance locale de sécurité, il était temps que le projet soit étendu en commençant par Coyah et Dubréka », a-t-il dit, tout en rassurant que toutes les écoles qui ont bénéficié de cette initiative ont pu constater une évolution positive dans le comportement de leurs élèves.

Et, cette initiative a été accueillie avec une grande joie par les bénéficiaires. Le proviseur du lycée Fily, Bouna Kouyaté, a remercié l’ONG pour le choix porté sur son école pour le lancement des travaux dudit projet. Il en a profité pour demander aux élèves et aux enseignants de l’école, de bien collaborer avec la police qui a pour mission d’éduquer et de sensibiliser à la citoyenneté. « Cette collaboration va non seulement nous rapprocher des forces de sécurité ; mais également nous aider à bien cerner le concept de droit et de devoir », a dit le proviseur.

Mme Diop Fatoumata Kémoko Traoré

De son côté, la directrice préfectorale de l’éducation de Coyah, madame Diop Fatoumata Kémoko Traoré, a demandé aux élèves et aux policiers de collaborer ensemble afin qu’ils puissent comprendre le rôle de la police dans la société et surtout savoir quel comportement adopter face à un policier. « Vous pouvez ne pas être toujours en tenue ; mais vous rencontrez un policier. Vous devenez ici les porte-parole de toute la jeunesse et de toute la communauté de Coyah pour expliquer ce que c’est qu’un policier référent ».

Il faut noter que pour assurer la formation au niveau de la préfecture de Coyah, huit (8) agents de police ont été recrutés sur la base d’un certain nombre de critères et ils ont été formés pendant trois semaines à l’école nationale de la police de Kagbélen, dans la commune de Dubréka.

De retour de Coyah, Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin