Le procès de Mamadou Aliou Sow, un jeune de 16 ans, s’est ouvert ce lundi, 24 décembre 2018, au tribunal de première instance de Mamou. L’homme est poursuivi pour injures publiques par voie de presse à l’endroit du président de la République, le professeur Alpha Condé. Et, à la barre, il a plaidé coupable des faits qui lui sont reprochés, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Mamou.

Les faits reprochés à Mamadou Aliou Sow remontent au mardi 27 novembre dernier. À cette date, le prévenu avait appelé dans une émission interactive (Moucedi) à la radio GPP FM-Mamou pour proférer des propos déplacés (des injures à l’endroit du président de la République et son père). Apparemment, le jeune homme avait pris de court l’animateur (Mamadou Alpha Soryah Diallo) qui était en direct à l’antenne. Sans décliner son identité, il a sorti des propos injurieux qui ont poussé l’animateur à lui retirer immédiatement l’antenne. Mais, le mal était déjà fait. Cependant, les propos de Mamadou Aliou Sow ont été unanimement condamnés par la population de la ville carrefour.

Le parquet s’est alors saisi du dossier. Et, en collaboration avec la direction de la radio GPP FM-Mamou, le numéro de Mamadou Aliou Sow a été identifié. Avec le concourt de la société de téléphonie Orange, la provenance de l’appel a aussi été identifiée. « Les investigations ont conduit les enquêteurs à Boulliwel (une sous-préfecture située à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Mamou). C’est là-bas que Mamadou Aliou Sow a été interpellé et conduit à la gendarmerie de Mamou, pour être ensuite déféré à notre parquet où il a été finalement placé sous mandat de dépôt et déféré à la maison centrale », a expliqué le procureur Sidiki Camara.

Appelé à la barre ce Mardi, Mamadou Aliou Sow a reconnu sans détour les faits mis à sa charge, tout en implorant le pardon du tribunal.

«Oui ! J’ai proféré des injures à l’endroit du président de la République ; mais, je vous demande de me pardonner. C’est Dieu qui a voulu que ça arrive parce que je n’ai jamais insulté quelqu’un. C’est ma première fois et c’est Satan qui m’a poussé à le faire », a expliqué le prévenu.

Concernant ses motivations pendant la commission des faits, Mamadou Aliou Sow indique : « Je n’avais aucune motivation. C’est Satan qui m’a poussé à agir comme ça ».

Entendu à titre de simple renseignements Mamadou Lamarana Bah, le directeur de la radio GPP-FM, est brièvement revenu sur les circonstances de la commission des faits, avant de déclarer : « ce jour-là, on était vraiment indigné. Parce que notre radio est là pour informer et éduquer la population. Entendre quelqu’un proférer des injures sur notre antenne a été une désolation pour nous ».

Dans ses réquisitions, le ministère public a demandé au tribunal d’accorder de larges circonstances atténuantes au prévenu, tout en lui condamnant à six (6) mois de prison ferme et à une amande de 2000 000 GNF (deux millions de francs guinéens).

Finalement, le tribunal a renvoyé l’affaire au 31 Décembre prochain pour la délibération.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin