Honorable Saïkou Yaya Barry

Comme annoncé précédemment, les députés de l’opposition ont empêché la tenue de la cérémonie de clôture de la session budgétaire de l’Assemblée nationale guinéenne, qui devait avoir lieu ce mardi, 24 décembre 2019. Ils ont créé une véritable pagaille à l’hémicycle pour protester contre le blocage de leurs primes par le président du parlement. Ce qui a amené Claude Kory Kondiano à suspendre la cérémonie pour se retirer de la salle. Le chef du parlement a été suivi quelques temps par les diplomates et les membres du gouvernement qui étaient présents. Interrogé par un reporter de Guineematin.com, l’honorable Saïkou Yaya Barry, député de l’UFR, est revenu sur les raisons de cette protestation et sur leurs véritables réclamations.

« En matière de droit, l’accessoire suit le principal. Nous avons notre salaire et les primes liées à notre salaire en tant que députés. Nous sommes des députés de la République. On peut bloquer nos indemnités de session parce que nous n’avons pas participé aux travaux de la session. Ça, on ne le réclame pas. Mais, ce qui est lié à notre droit, particulièrement les primes liées à notre condition de vie en tant que députés, on ne peut pas toucher à cela. C’est un droit. Et c’est ce droit que nous réclamons parce qu’ils ont bloqué ce droit », a-t-il expliqué.

Il ajoute qu’il y a eu deux poids deux mesures dans les agissements du président de l’Assemblée nationale. « Il y a eu des députés de l’opposition qui ont quitté, et il y a eu des députés de la mouvance qui ont quitté à un moment donné. Mais eux, ils ont tous leurs droits perçus. Je vais vous dire que le président Kory Kondiano, Bernard Keita le questeur, Damaro Camara le président du groupe parlementaire de la mouvance ont accusé le président de la République de bloquer les avantages des députés. Et nous ne pensons pas que cela soit vrai. Mais, c’est leur habitude de mentir toujours sur le président de la République pour dire que c’est lui qui a dit ça.

Alpha Condé a été député de la République. Il venait à l’ouverture des session et il quittait. Ses primes de sessions étaient bloquées, mais les avantages liés au fait qu’il soit député n’ont jamais été touchés. C’est ce droit-là, que nous avons réclamé. Les Guinéens ont tendance à confondre en disant que nous n’avons pas travaillé. Mais, cela n’a rien à avoir avec le travail que nous devons faire à l’Assemblée. C’est un droit pour tout député, qu’il vienne en session ou qu’il ne vienne pas, c’est un droit. C’est dans le règlement intérieur », précise le parlementaire.

Selon l’honorable Saïkou Yaya Barry, le président du parlement, le questeur et le président du groupe parlementaire de la majorité ont bloqué leur argent pour pouvoir le partager entre eux. « Comme l’avaient fait par le passé on n’a pas voulu ébruiter, cette fois encore ils ont décidé de le faire pour le partager entre les trois. Ils nous disent qu’ils ont reversé l’argent au trésor public. Nous leur avons demandé de nous montrer le reçu qui prouve qu’ils ont reversé cet argent au trésor. Parce qu’en ce moment, on aurait le droit de contacter le ministre des finances et celui du budget pour réclamer nos droits. Malheureusement, ils ont l’argent avec eux, ils attendent qu’on finisse la session pour le partager entre eux (…).

Je vous avoue ici aujourd’hui que les travailleurs parlementaires ont droit à une prime de 200 mille francs guinéens par session. Mais c’est 50 mille francs guinéens qu’on leur donne. Les salaires de ces travailleurs ne sont pas virés à la banque parce que tout simplement leur salaire est coupé en deux et le reste partagé entre eux (les dirigeants du parlement, ndlr). Nous allons dévoiler l’ensemble des problèmes qui se trouvent à l’Assemblée ici, parce qu’ils nous ont donné l’occasion de le faire », a laissé entendre l’élu de l’UFR.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin